Accéder au contenu principal

Actualités

Valence : l’étoile montante de la côte espagnole

L’Espagne est redevenue un point chaud pour les investisseurs hôteliers. Sur cet échiquier parmi les plus dynamiques d’Europe, Valence fait figure d’outsider très prometteur. Les atouts de la ville sont nombreux et ses infrastructures en plein essor.

La Movida économique et culturelle qui saisit l’Espagne depuis quelques temps n’oublie pas Valence, la grande métropole touristique de la Méditerranée espagnole. Lors de la dernière saison estivale, hôtellerie locale a enregistré de très beaux scores, en grande partie grâce aux épreuves préliminaires de l’America’s Cup. Mais ces résultats favorables s’inscrivent dans une tendance amorcée depuis des temps plus reculés. En 2005, la ville a enregistré le plus grand nombre de visiteurs de son histoire : 1 300 000, soit une augmentation de 16% par rapport à 2004. Selon les chiffres de MKG consulting, le RevPar de Valence a connu une hausse de 19,50% sur les douze derniers mois sous la poussée conjointe de la fréquentation et des tarifs. ! Autre indicateur de bonne santé : la recrudescence d’ouvertures au sein du parc haut de gamme. Les grandes enseignes internationales s’intéressent de près au potentiel de développement décidément très prometteur de la ville, rejoignant ainsi les opérateurs espagnols de type NH Hoteles et Silken en place depuis plus longtemps. Le Westin Alameda Valencia avec sa façade Art Nouveau, ses 124 chambres, 10 suites dont une “suite royale”, a ainsi ouvert ses portes en août dernier. Et ce n’est pas fini. Trois nouveaux établissements de luxe viennent renforcer le parc cette année : le Parador de El Saler (déjà existant mais rénové en hôtel 5*) et l’Hôtel Sorolla Palace (270 chambres), tous deux opérationnels depuis cet été, ainsi que le Hilton Valencia (premier 5* situé à proximité immédiate du grand Palais des Congrès), dont l’ouverture est planifiée en décembre prochain. Ce dernier ne comptera pas moins de 306 chambres et 18 salles de réunion.Enfin, tout porte à croire que 2007 sera une année phare pour Valence. En juin, elle accueillera la compétition finale de la 32e Coupe de l’America. Elle a gagné la compétition sur toutes ses rivales européennes en façade maritime : Marseille, Lisbonne et Naples. Un événement d’autant plus important pour la ville qu’il s’agira de la première édition européenne de cette régate prestigieuse, qui bénéficiera des conditions de vent idéales du littoral valencien. Les autorités locales ont décidé de rénover entièrement le port pour l’occasion, ainsi que d’y aménager un canal navigable pour séparer les voiliers sportifs des navires commerciaux. Un parc de 8 000 places pour les spectateurs ainsi que de nouveaux hôtels sont également au programme. Mais le plus important sera l’exploitation médiatique de cet événement sportif devenu l’un des plus suivis au monde. Outre les centaines de millions d’euros de retombées économiques immédiates, les retombées en termes de visibilité à l’international auront des effets à plus long terme. Tout cela devrait contribuer à dynamiser la zone d’influence du port, et donc de la ville toute entière par effet d’entrainement.A l’image de toute l’Espagne, qui flirte souvent avec la surcapacité, le parc hôtelier de Valence est déjà important puisqu’il compte 10 établissements 5 étoiles (en comptant les ouvertures citées précédemment) ; 34 hôtels 4*, dont certains ouverts très récemment comme le Zenit Valencia en centre-ville ; 37 hôtels 3* et un parc économique assez conséquent. Au total : plus de 13 000 lits. Cela a pu représenter un handicap par le passé pour les taux d’occupation de la ville. Mais depuis quelques temps, l’apport de la clientèle d’affaires et l’augmentation du volume de certaines clientèles étrangères semble rétablir l’équilibre. Les trois marchés émetteurs prioritaires pour Valence sont l’Italie, l’Espagne, et désormais la France, qui connaît d’ailleurs une progression spectaculaire : sur les sept premiers mois de l’année 2006, les Français ont représenté près de 25 000 visiteurs, soit 13,5% d’augmentation par rapport à 2005 qui avait déjà représenté une année record...Preuve du pouvoir d’attraction de l’environnement local, Valence est la ville espagnole qui compte le plus de résidences secondaires. Elle jouit d’une image évocatrice d’un “endroit où il fait bon vivre” et travaille à défendre ce statut en accordant le plus grand soin à son réseau d’espaces verts, dont six grands parcs et jardins dotés d’installations ludiques et sportives pour tous les âges. Le plus important d’entres eux, le parc de Cabecera (300 000 mètres carrés) bénéficie en ce moment d’aménagements considérables qui en feront un centre de loisirs essentiel pour les habitants comme pour les visiteurs. Il abritera un lac d’une surface navigable de 22 000 mètres carrés (pédalos, canots, pirogues...), un bioparc (futur parc zoologique) et un parc d’attractions. Valence ce sont aussi des plages renommées : l’un de ses atouts majeurs. En plus de leur beauté et de leur ensoleillement naturel (2 800 heures par an), elles bénéficient d’infrastructures particulièrement soignées, ce qui leur a valu de décrocher un “pavillon bleu”, LE label international de qualité en la matière qui prend également en compte la qualité de l’eau, l’accessibilité et la sécurité/surveillance.Mais la ville ne se limite pas au modèle de vacances “sea, sex and sun”, aujourd’hui dépassé. Ce seul marché très mature ne suffit pour rester compétitif. Valence a aussi de nombreux arguments à faire valoir en matière culturelle, ce qui s’avère salutaire face à l’évolution des comportements et la recherche de plus en plus répandue de séjours “chargés de sens”. La vitrine de son rayonnement à l’international reste la fête des Fallas au printemps, du 15 au 19 mars. Cette manifestation de très grande ampleur est l’occasion pour la cité méditerranéenne de se parer de mille feux (fallas signifie d’ailleurs littéralement pétards ou feux d’artifice). Plus de 300 monuments éphémères, le plus souvent d’imposantes structures de carton- pâte, transforment la ville en musée à ciel ouvert. Parades et festivités se succèdent quatre jours durant. Et la ville ne se repose que peu de temps avant que la fête à grande échelle n’envahisse à nouveau les rues lors de la “Feria de Julio” : tout le mois de juillet voit alors se succéder, concerts, corridas, animations de rue... et même une traditionnelle et gigantesque bataille de fleurs. Le même mois se tient le Certamen Internacional de Bandas - Concours International de Fanfares - qui met la ville en musique depuis plus d’un siècle. La fête est aussi dans les assiettes : Valencia est une capitale gastronomique qui a popularisé sa fameuse paella, mais aussi tout un assortiment de spécialités locales aussi connues que prisées par la clientèle de toute la Péninsule.Hors événements ponctuels, la culture occupe une place permanente à travers les musées : San Pio V, deuxième musée du pays après le Prado, l’Institut d’art moderne, la Cité des sciences et des arts... ; et les nombreux monuments, la Cathédrale, la basilique de la Vierge, les arènes... Par ailleurs, la Ciudad de las Artes y las Ciencias, du haut de son architecture futuriste, est un vaste complexe regroupant le Musée Prince Philippe des Sciences, l’Hemisférico (planetarium, salle de cinéma Imax, des installations sons et lumières...), le Palacio de las Artes (opéra, théâtre, salle de concert) et l’Oceonografico, une véritable “mini-ville”sous-marine doublée d’un aquarium géant.Adepte de la Movida espagnole dans tous ses aspects, Valence vit aussi la nuit. Le Barrio del Carmen reste le principal centre de la vie nocturne locale, mais les quartiers de discothèques et de bars sont dispersés à travers toute la ville... Avec son passé portuaire, animé et trépidant, la cité méditerranéenne bénéficie d’un riche héritage en la matière. L’atout est de taille, car la frange jeune de la clientèle domestique, c’està- dire la portion la plus dynamique actuellement (voir HTR n°138), est avant tout en recherche de fêtes et de socialisation durant les vacances.Mais si Valence se maintient au sommet de la compétition comme destination loisirs, elle a aussi su se donner les moyens de briller en matière d’affaires et de congrès. Et sur ce plan, elle a vu les choses en grand. Ses principaux atouts sont aujourd’hui des installations récentes et derniers cris destinées aux salons, foires et séminaires. Le “Palacio de Congresos” de la ville, considéré comme un modèle d’architecture contemporaine, se distingue aussi par son impressionnante capacité d’accueil, et plus encore la Foire de Valence, une installation destinée aux manifestations d’ampleur, est actuellement la plus grande surface couverte d’Espagne, et même l’une des dix plus grandes structures couvertes de la planète.Plus en marge, mais à ne pas négliger, la position enviable de Valence sur un certain nombre de niches touristiques actuellement porteuses. En matière de tourisme religieux notamment, la ville figure au premier plan. La Semaine Sainte y revêt une dimension particulièrement significative, avec des processions très importantes. De même lors du Corpus, à la fin de la période du Carême, avec un grand défilé de chars mettant en scène les mystères bibliques.Plus globalement, la ville bénéficie de très bonnes liaisons à la fois avec le reste de l’Espagne et avec l’étranger. Et, selon ses propres termes, elle travaille à se doter d’infrastructures du ni veau d’une grande métropole européenne. Lorsque se tiendra l’America’s Cup l’été prochain, la nouvelle ligne de métro reliera déjà le Port et l’aéroport de Manises, lui-même en plein travaux d’agrandissement. Dans un futur proche, la nouvelle gare centrale accueillera le TGV, qui assurera de liaisons avec toutes les villes importantes du pays...Enfin, tout porte à croire que 2007 sera une année phare pour Valence. En juin, elle accueillera la compétition finale de la 32e Coupe de l’America. Elle a gagné la compétition sur toutes ses rivales européennes en façade maritime : Marseille, Lisbonne et Naples. Un événement d’autant plus important pour la ville qu’il s’agira de la première édition européenne de cette régate prestigieuse, qui bénéficiera des conditions de vent idéales du littoral valencien. Les autorités locales ont décidé de rénover entièrement le port pour l’occasion, ainsi que d’y aménager un canal navigable pour séparer les voiliers sportifs des navires commerciaux. Un parc de 8 000 places pour les spectateurs ainsi que de nouveaux hôtels sont également au programme. Mais le plus important sera l’exploitation médiatique de cet événement sportif devenu l’un des plus suivis au monde. Outre les centaines de millions d’euros de retombées économiques immédiates, les retombées en termes de visibilité à l’international auront des effets à plus long terme. Tout cela devrait contribuer à dynamiser la zone d’influence du port, et donc de la ville toute entière par effet d’entrainement.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?