Accéder au contenu principal

Actualités

Une pluie d’hôtels sur Montpellier

• Montpellier s’apprête à agrandir son parc, mais aussi à monter en gamme. Une étape qui semble indispensable à la ville pour recevoir des évènements de plus grande ampleur. • Il faut dire qu’avec son palais des congrès et sa salle de spectacle de plus de 13 000 m², elle dispose de tous les atouts pour prétendre à les accueillir. • Et parallèlement, la ville poursuit son réaménagement, avec notamment l’arrivée d'une nouvelle ligne de tramway qui la rapprochera de la mer.

Les projets d’ouvertures ne manquent pas à Montpellier. Un Holiday Inn Express verra le jour en avril 2012 à côté de l’Odysseum, le grand centre ludo-commercial de la ville. C’est aussi sur cette zone qu’Accor implantera un All Seasons de 81 chambres en 2013 via la franchise et la mairie y espère également l’ouverture d’un autre établissement : un complexe hôtelier d'une soixantaine de chambres tenu par les frères Pourcel, célèbres chefs de la région. Ils avaient effectivement exprimé leur envie d’ajouter un hôtel à leur offre, mais depuis, aucune annonce ne permet de savoir où en est ce projet. La mairie parle également d’un hôtel sur le parvis du futur hôtel de ville, pour fin 2011 : un Courtyard by Marriott de 125 chambres. Un hôtel Eurociel serait également prévu pour juin ou juillet 2011. Il s’agirait, selon le site Internet, d’un 3 étoiles "sur le thème des ciels du monde, installé entre la gare et le Polygone”, grand centre commercial de la ville. Par ailleurs, le seul 5 étoiles de la ville, l’hôtel du Domaine de Verchant, devrait augmenter sa capacité de 6 chambres et un nouveau 5 étoiles, appelé le Palais du Thé, pourrait faire son apparition en 2013. Mais l’ouverture la plus proche reste celle du Crowne Plaza. Un 4 étoiles de 146 chambres qui ouvrira ses portes en juin. Adossé au Corum-Palais des Congrès, il est particulièrement attendu par l’Office du tourisme comme par la ville, qui espère, grâce à lui, pouvoir accueillir des évène­ments plus importants.“Ces dernières années, le parc n’a que peu évolué. Il s’est simple­ment doté d’un 5* qui lui manquait. Mais entre les repositionnements qui vont être effectués suite à la nouvelle classification et les ouver­tures annoncées, le parc de 4 étoiles s’apprête à passer de quelque 200 chambres à plus de 800. C’est vrai que les chiffres de l’année dernière sont très bons pour cette catégorie. Mais les tarifs du Verchant, aujourd’hui passé en 5 étoiles, tiraient les prix moyens vers le haut. Et puis ce fût un très bon cru en matière de congrès, ce qui n’est pas toujours le cas. Je pense que le parc risque d’être déséquilibré. Pour moi, la mairie veut surtout faire des «coups», et jouer avec une politique de défiscalisation. Elle ne pense guère à la rentabilité des établissements en projet. Certes, le musée Fabre et l’Arena ont drainé une nouvelle clientèle, mais malgré cela, y aura-t-il de la place pour tous ces établissements ? Je considère qu'en travaillant autrement, le parc actuel suffirait. En septembre 2012, par exemple, un congrès de notaires et un autre d’assureurs sont prévus en même temps ! Alors forcément on nous dit que la capacité d’accueil n’est pas suffisante. Il nous faut travailler davantage en concertation plutôt que d’ouvrir de nou­velles chambres partout ! Le Crowne Plaza travaillera parfaitement avec le centre de congrès, nous ne devons pas aller plus loin. Nous venons tout juste de rebooster notre activité. Ce n’est pas le moment de prendre le risque de retomber aux mauvais résultats que nous enregistrions il y a 3 ou 4 ans à peine.”Pas moins de sept projets d’ouvertures, plus ou moins avancés. Et c’est sans comp­ter ceux de la Grande Motte, Juvignac, Mauguio, Saint-Aunès ou encore Palavas, concurrentes très proches de Montpellier. Restent à y ajouter les projets de résidences hôtelières : alors que la Résidence du Château 4 étoiles a ouvert en janvier ses 110 appartements, on parle déjà d’une rési­dence de 105 appartement, toujours en 4 étoiles, rue de la République. Et d’autres pourraient être dans les cartons… Philippe Saurel, maire adjoint chargé du projet urbain, de l’urbanisme et de l’aménage­ment durable, justifie cet élargissement du parc : "Nous en avons besoin pour accom­pagner le développement de la ville. Montpellier dispose d’infrastructures conséquentes et de qualité : l’Odysseum (avec ses boutiques, son planétarium, sa patinoire, son aquarium, son centre com­mercial, sa grande surface…), le musée Fabre qui, suite à sa réouverture il y a quelques années, draine une nouvelle clientèle de tou­risme d’agrément, le Corum-Palais des Congrès qui fonc­tionne très bien, et puis notre nouvelle salle, l’Arena, qui a déjà accueilli de très nombreux évènements (voir encadré). Et nous avons aussi en projet la création d’un centre d’art contemporain, pour lequel des études devraient être lancées en 2014. Il nous faut une capacité d’accueil en adé­quation avec les structures existantes, de manière à pouvoir les exploiter au mieux”. A l’office du tourisme aussi, on se réjouit de l’arrivée de ces nouveaux établisse­ments.Françoise Binder, directrice de l’office de Tourisme de Montpellier, rappelle que l’an­née dernière, le parc, notamment en 4 étoiles, a frisé la saturation : "Ces ouver­tures vont apporter un nouveau souffle. On passera de 450 à 500 chambres en 4 étoiles (ndlr : sans compter les repositionnements, suite à la nouvelle classification). Et c’est largement justifié par les chiffres de 2010. Le RevPAR a progressé de 5 à 10%. Et ce sont surtout les 3 et les 4 étoiles qui ont fait un carton avec 67% de taux d’occupation pour les premiers, et 70% pour les seconds ! Augmenter la capacité d’accueil est donc indispensable, notamment si nous souhaitons dévelop­per nos activités congrès. Le seul bémol, c’est que ces deux ouvertures vont intervenir à seulement 6 mois d’intervalle. Il y aura donc surement une petite chute d'acti­vité, le temps d’absorber cette augmenta­tion de la capacité. Mais ce sont aussi de nouveaux réseaux de distribution qui s’ou­vrent ! Et les choses reprendront donc vite leur cours”. Et Françoise Binder garantit que l’office restera vigilant quant à l’équi­libre du parc. "Nous travaillons avec la ville sur un schéma de développement tou­ristique sur 10 ans. Je suis parfaitement consciente que tout ne doit pas ouvrir d’un coup ni même n’importe où. Il faut que le parc s’élargisse, mais qu’il le fasse de façon harmonieuse, dans le temps, et nous y veillerons". Ces ouvertures interviennent alors que la ville est en chantier. De nouveaux quartiers sont aménagés, et d’ici l’année prochaine, la ville aura une troisième ligne de métro, qui pourrait avoir un certain impact sur le tourisme de loisir puisque elle va rappro­cher Montpellier de la mer. Montpellier Agglomération a lancé les travaux en 2009 (530 M€). Cette ligne se démarquera, d’une part, par sa longueur exceptionnelle dépas­sant les 20 km, d’autre part, par son design original puisqu’après Garouste et Bonetti pour les lignes 1 et 2, Montpellier Agglomération a choisi le couturier Christian Lacroix pour imaginer le design de cette ligne 3. Elle parcourra 22,4 km et desservira 4 communes de l’Ouest de l’ag­glomération en direction du Sud : Juvignac, Montpellier, Lattes et Pérols. Elle s’arrête­ra, au niveau des étangs de Pérols, à envi­ron 800 mètres de la plage. "Pile la dis­tance nécessaire pour décourager les tou­ristes !”, estime Philippe Etourneau, 1er Vice Président et Président de la branche Hôtellerie du Synhorcat Languedoc Roussillon – PACA et directeur de l’hôtel Aragon. D’autres pensent, au contraire, que cela constituera un bel atout . C’est le cas de Philippe Saurel, le maire adjoint : "avec ces deux projets, nous allons donner un visage maritime à Montpellier. Nous offrirons ainsi la plage à la ville”. De quoi, selon lui, séduire bon nombre de touristes d’agré­ment, que la ville a pour l’instant du mal à attirer. Et pour l’occasion, la grande avenue Raymond Durgand qui s’étend du nouveau quartier Port Marianne de Montpellier jusqu’à la mer va être totalement réaménagée.Pour développer son tourisme, Montpellier a aussi parfaitement conscience de la nécessi­té de se rendre toujours plus accessible. "Nous projetons de reconstruire notre gare centrale. Et une nouvelle gare externe pour­ra elle recevoir le fret, afin d’écarter ces trains du centre ville, et la LGV pour l’Es­pagne. Pour l’instant, il manque le tronçon Nîmes Perpignan. Cependant, les choses avancent puisque la décision a été signée il y a quelques jours”. En effet, le contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier a franchi une étape importante avec la signature d’un protocole avec l’État. Si tout se passe comme prévu, le TGV devrait circuler à 220 km/h entre Nîmes et Montpellier en 2017, contre 160 aujourd’hui. Et cette vitesse sera portée à 300 km/h quand la future gare TGV de Manduel, près de Nîmes, sera opération­nelle, en 2020 d’après les prévisions. À ce moment-là, les temps de trajet entre Montpellier et Paris seront inférieurs à trois heures. De quoi booster le tourisme d’af­faires, mais aussi d’agrément.Une bonne nouvelle pour la ville donc. Moins pour l’aéroport. Car même si, insiste Françoise Binder, "chaque fermeture de ligne est compensée par une ouverture, comme ça a été le cas avec le remplacement de la ligne pour Londres par une nouvelle vers Manchester”, le nombre de passagers est en baisse. 3,6% en moins ont été comp­tabilisés entre 2009 et 2010. Bien sûr, les mouvements sociaux, la mauvaise météo et le volcan ne sont pas sans rapport avec cette perte de 55 000 personnes. Mais la forte concurrence du TGV a elle aussi un rôle pré­dominant dans cette perte d’acti­vité. Logique, quand les vols domestiques représentent 70% du trafic. Alors l’aéroport redouble d’efforts pour s’internationaliser. Notamment en ouvrant des lignes vers l’Afrique du Nord, mais aussi vers la Belgique et quelques pays du Nord. Et surtout, il diversifie les compagnies low-cost présentes. Mais pour l’heure, la dimi­nution du nombre de passagers n’est pas enrayée. Ce qui n’empêche pas l’aéroport d’espérer inverser la tendance très pro­chainement. D’ailleurs, deux nouvelles lignes, vers Manchester et Birmingham, ouvriront cette année. Et chacun espère qu’elles contribueront à retrouver une courbe de fréquentation positive. Et à internationaliser aussi la clientèle pour la ville, aujourd’hui française à 70%. Chiffres à retenir -* 8ème ville de France -* 80 000 étudiants -* 300 jours de soleil par an -* 11km de la mer -* 250 000 habitants (420 000 dans l’agglomération) -* 5 millions de journées de consommations touristique -* 6 sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO à 2 heures de voitureArena, une salle colossale pour des évènements de taille Après avoir eu le premier Zénith de province, inauguré le 6 février 1986, Montpellier s’est enrichi en septembre dernier de la plus grande salle de France après le Palais Omnisports de Paris-Bercy: l'Arena. Avec cette salle de 13 500 m², Georges Frêche, président de la Région et de l’agglomération à l’époque, a vu grand, comme à son habitude. Selon lui, il était grand temps que Montpellier s’impose et séduise les organisa­teurs d’évè­nements sportifs et de tournées, en leur propo­sant un équi­pement de qualité, pou­vant accueillir des scènes importantes et un public conséquent, entre Nice et Barcelone. Construite en moins de deux ans et inaugurée en septembre 2010, cette salle colossale et multifonctionnelle a coûté 68 millions d’euros. Et dès le départ, le succès est au rendez-vous puisqu’après le concert inaugural d’Indochine, le numé­ro Un mondial du spectacle et des concerts de musique, Live Nation, a choisi Montpellier pour la troisième date en France (après Paris et Lyon) de la chan­teuse Shakira. Depuis les concerts se sont enchaînés, tout comme les manifestations sportives (Open Sud de France, tournoi international de catch, championnats du monde de gymnastique ryth­mique…). De quoi apporter une nouvelle clientèle et booster les week-ends dans une ville qui avait jusque là quelques difficultés à attirer les touristes d’agré­ment. Il ne lui reste maintenant qu'à main­tenir le rythme sur la durée. Et pour l’ins­tant, le programme de l’année 2011 semble un peu moins fourni. Laurette Lapeine, directrice du club hôtelier de Montpellier Qui sont principalement les touristes qui séjournent à Montpellier actuellement ? C’est aujourd’hui indéniablement le secteur Affaires qui apporte la plus forte contribution au parc hôtelier montpelliérain. La clientèle loisirs est plus difficile à attirer malgré un travail important de l’of­fice du tourisme et Hérault-Tourisme &Loisirs. C’est d’ailleurs une très bonne chose que Montpellier travaille à mettre en valeur la destination pour attirer ce segment de clientèle : notre voisine, la Grande Motte, qui séduit notamment grâce à son bord de mer, affiche com­plet pendant l’été ! Le tramway qui s’arrêtera bientôt à quelques centaines de mètre de la plage nous permettra de les attirer peut-être davantage.Et comment se porte l'activité des hôtels ? Très bien. D’ailleurs, les institutions publiques de la ville souhaitent développer le parc, notamment en 4 étoiles, pour accueillir des évènements et des congrès de plus grande ampleur. A partir de là, deux points de vue s’opposent. Certains disent que, certes leurs résultats sont bons, mais que personne n’est plein à 100% toute l’année et que sur certaines périodes, nous sommes même assez loin de la saturation… Et d’autres pensent que cela permettra d’attirer un nouveau segment de clientèle, qui pourra ensuite déborder sur les autres hôtels. Mais pour cela, il faut que l’Arena, la toute nouvelle salle de spectacle, fonc­tionnent à plein, tout comme le Corum (le palais des congrès). Si tel est le cas, nous avons tout à y gagner. En revanche, tous les hôteliers s’accordent pour dire que le nombre de projets de résidences touristiques est en explosion, et que cela posera problème puisque cette forme de concurrence est difficile à gérer.Quels sont, selon vous, les efforts que la ville doit encore faire pour accompagner cette augmentation du nombre de chambres ? La signalétique doit être revue. Montpellier, comme d’autres grandes villes, est perpétuelle­ment en travaux depuis dix ans. Les sens de circulation ne cessent d’être bouleversés si bien que nos clients s’y perdent, et que nous avons le plus grand mal à les aiguiller efficacement. Nous attendons beaucoup de la restitution du projet de schéma de développement du tou­risme initié par la mairie de Montpellier et espérons vraiment pouvoir jouer un vrai rôle en apportant notre expertise et nos idées. Parallèlement, il faudra poursuivre les efforts en matière de communication. Mais les choses sont déjà très bien engagées. L’office du tou­risme nous a présenté sa prochain grande campagne de communication, et le projet est très convaincant ! (ndlr : 370 000 euros de budget de promotion et de communication en 2011 pour l’Office du tourisme).Brice Marguet, directeur du Développement France et Afrique du Nord pour InterContinental Hotels Group“Montpellier est une destination qui monte sur le marché des congrès. Et cette activité devrait encore se développer puisque des organisateurs de séminaires s’y installent. Or, notre hôtel Crowne Plaza de 146 chambres, qui ouvrira en juin prochain, sera adossé au Palais des Congrès. Il sera donc un établissement de premier choix pour les congressistes. Notre futur Holiday Inn Express de 90 chambres devrait, lui, tourner avec un mix client plus large étant installé à proximité de l’Odysseum (le grand centre commercial de la ville), du parc de loisirs, du centre hospitalier et de structures de séminaires. Nous sommes confiants quant à l’avenir de ces deux établissements stratégiquement implantés. Notre Holiday Inn déjà installé à Montpellier fonctionne d’ailleurs très bien. Et puis avec ses bonnes tables, son dynamisme économique, son aéroport européen et son TGV, Montpellier a su attirer une clientèle internationale, notamment anglo-saxonne. Or, nous sommes très bien implantés sur ce marché et y jouissons d’une bonne notoriété. Ces touristes seront donc susceptibles de se diriger prioritairement vers nos enseignes, a fortiori lorsqu'ils sont membres de "Priority Club Rewards" le programme de fidélité d'IHG qui com­prend 52 millions de membres.” Serge Guiseppin, directeur général du groupe Bancarel, qui gère l’Etap Hotel Millénium, l’Ibis Centre, le Mercure Centre et le Mercure Antigone“Nous avons la chance d’être implantés en centre ville, à proximité de l’entrée Est - la plus importante de la ville - ou encore à quelques pas de la place de la Comédie, à côté du centre commercial Polygone. Quant au Mercure Antigone, il est dans le quartier autour duquel les réaménagements de la ville ont été mis en œuvre. Des emplacements stratégiques. Avec la nouvelle classification, je pense que les deux Mercure passeront en 4 étoiles et seront donc en concurrence directe avec les établissements qui vont ouvrir. Mais mes produits sont de qualité, et assez attractifs pour que je sois serein. Et puis cet élargissement du parc hôtelier sera positif pour la destination puisque le monde attire le monde ! Mais il faut tout de même être lucide. Certes, Montpellier jouit d’une image très positive de ville jeune et dynamique. Mais nous n’avons pas un tissu économique aussi important que d’autres destinations proches telles que Lyon, Marseille, Toulouse ou même Nice… Alors certes, le parc doit s’agrandir, mais il doit le faire de façon contrô­lée, à un rythme mesuré. Car le pire pour une destination, c’est d’avoir de grands et beaux hôtels… vides.”Thierry MAURER, Directeur Général de l’hôtel Pullman Montpellier Antigone“Les travaux ont débuté en novembre et s’achèveront fin mai 2011. Nous réaménageons entièrement les abords, une fontaine de 6.50 m de haut, et l’intérieur est repensé sur le thème de "L’Eveil des sens". Les chambres seront équipées de nouvelles salles de bains et les salles de réunions des dernières technologies. Un étage Deluxe a été ajouté ainsi qu’une suite supplémentaire. Nous pas­sons donc de 89 chambres à 88. Un espace lounge dédié aux pauses et une nouvelle salle «Executive board room» pour 12 personnes ainsi qu’un secrétariat privé avec assistante dédiée aux séminaristes feront aussi leur apparition. La qualité de notre produit, mais aussi le dynamisme de la ville et de ses infrastructure telles que le Corum, le Zénith ou encore la toute nouvelle salle Aréna me permettent d’être serein vis-à-vis de l’avenir. Bien sûr, avec les reclassifi­cations des hôtels Novotel, Mercure et autres 3 étoiles indépendants et les ouvertures à venir, le parc de 4 étoiles va largement s’agrandir. Mais cela permettra à la ville d’accueillir des évènements de plus grande ampleur. Cependant, il faut rester vigi­lant. Nous sommes en concurrence avec d’autres villes, notamment Barcelone, qui sera encore plus proche demain avec la LGV… Si nous souhaitons rester concurren­tiels, il est important de développer également l’activité de notre aéroport, avec davantage de lignes internationales.”Philippe Etourneau, 1er Vice Président et Président de la branche Hôtellerie du Synhorcat Languedoc Roussillon – PACA, Directeur de l’hôtel Aragon 3* “Ces dernières années, le parc n’a que peu évolué. Il s’est simple­ment doté d’un 5* qui lui manquait. Mais entre les repositionnements qui vont être effectués suite à la nouvelle classification et les ouver­tures annoncées, le parc de 4 étoiles s’apprête à passer de quelque 200 chambres à plus de 800. C’est vrai que les chiffres de l’année dernière sont très bons pour cette catégorie. Mais les tarifs du Verchant, aujourd’hui passé en 5 étoiles, tiraient les prix moyens vers le haut. Et puis ce fût un très bon cru en matière de congrès, ce qui n’est pas toujours le cas. Je pense que le parc risque d’être déséquilibré. Pour moi, la mairie veut surtout faire des «coups», et jouer avec une politique de défiscalisation. Elle ne pense guère à la rentabilité des établissements en projet. Certes, le musée Fabre et l’Arena ont drainé une nouvelle clientèle, mais malgré cela, y aura-t-il de la place pour tous ces établissements ? Je considère qu'en travaillant autrement, le parc actuel suffirait. En septembre 2012, par exemple, un congrès de notaires et un autre d’assureurs sont prévus en même temps ! Alors forcément on nous dit que la capacité d’accueil n’est pas suffisante. Il nous faut travailler davantage en concertation plutôt que d’ouvrir de nou­velles chambres partout ! Le Crowne Plaza travaillera parfaitement avec le centre de congrès, nous ne devons pas aller plus loin. Nous venons tout juste de rebooster notre activité. Ce n’est pas le moment de prendre le risque de retomber aux mauvais résultats que nous enregistrions il y a 3 ou 4 ans à peine.”

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?