Accéder au contenu principal

Analyses

Vers un transport plus durable

Tandis que la SNCF dévoile son « train du futur », les compagnies aériennes s’engagent dans le développement durable.

Plus écologique, plus spacieux, plus moderne, moins cher à l’entretien, le TGV M, « train du futur » construit par Alstom à La Rochelle sera mis en service pour juin 2024.

« C’est un train qui roulera pour les Jeux olympiques » en 2024 à Paris, affirme à l’AFP le directeur de Voyages SNCF Alain Krakovitch, précisant que les premières livraisons de modèles commandés à Alstom auront lieu à l’hiver 2023.

TGV « M », car les qualités de ce train commencent la plupart du temps par cette lettre, fait valoir le dirigeant. Il sera notamment possible de configurer les aménagements intérieurs, transformer une première classe en seconde, et aussi bien d’exploiter sous format Inoui que sous format de Ouigo, le TGV à bas coût, précise-t-il. La mobilité du TGV M permettra aux personnes handicapées en fauteuil roulant de pouvoir embarquer en complète autonomie, du quai au niveau bas du train, grâce à une plateforme élévatrice.

Le train pourra accueillir 740 passagers, soit 20% de plus que les rames actuelles. L’écologie enfin aura une place de choix dans ce train aux 97% de matériaux recyclables, réduisant de 32% les émissions de CO2, de 20% la consommation d’énergie et de 30% les coûts de maintenance.

De son côté, Air France s’associe à OpenAirlines, fournisseur mondial de solutions d'efficacité énergétique pour réduire la consommation de carburant et les émissions de CO2. OpenAirlines analysera en permanence les données de milliers de vols quotidiens en déployant sa solution d'éco-vol SkyBreathe® - développée en partenariat avec Transavia France, une société du groupe Air France - afin d'identifier les possibilités d'économie de carburant et ainsi minimiser les coûts et les émissions de carbone.

Cette nouvelle initiative s'inscrit dans le cadre de l'engagement global d'Air France à réduire son empreinte environnementale par le renouvellement de sa flotte, ses pratiques de pilotage ou d'assistance au sol, l'utilisation de biocarburants, ou encore son partenariat avec la fondation Solar Impulse visant à développer des solutions innovantes et durables pour l'aviation. Air France s'est fixé comme objectif pour 2030 de réduire de 50% ses émissions de CO2 par passager/kilomètre par rapport à 2005.

"Le développement durable est une priorité absolue pour Air France, et l'une de nos plus grandes opportunités pour réduire l'empreinte carbone de l'aviation, au-delà de la modernisation de notre flotte, est la mise en place de procédures plus efficaces - à bord et au sol - pour rendre nos opérations plus écologiques", a déclaré Jean Fernandez, directeur général adjoint des opérations aériennes d'Air France.

Air France rejoint la grande communauté des compagnies aériennes qui adoptent SkyBreathe® pour améliorer leur efficacité énergétique, notamment Norwegian, Malaysia Airlines, Cebu Pacific, GoAir, Atlas Air et un certain nombre d'autres compagnies aériennes de premier plan.

Qatar Airways, première compagnie aérienne du Moyen-Orient à obtenir une accréditation au plus haut niveau dans le cadre du programme d'évaluation environnementale de l'IATA, est l'une des rares compagnies aériennes mondiales à n'avoir jamais cessé de voler tout au long de la crise dispose d’appareils modernes et économes en carburant comme l’A350 qui lui ont permis de développer un réseau durable et adapté.

Son Excellence M. Akbar Al Baker, PDG du Groupe Qatar Airways, a déclaré : "Le groupe Qatar Airways a une solide réputation de leader du secteur en matière de développement durable. Il est au coeur de la planification de nos activités, c'est pourquoi notre flotte a un âge moyen de moins de cinq ans, l'une des plus jeunes au monde. Grâce à nos investissements stratégiques et diversifiés dans notre flotte, la viabilité de nos opérations n'a pas été tributaire d'un type d'avion particulier. Nous avons ainsi été l'une des rares compagnies aériennes mondiales à ne jamais cesser ses activités pendant cette crise, en transportant plus de deux millions de passagers et en devenant ainsi la plus grande compagnie aérienne internationale du monde. Aujourd’hui, les passagers peuvent compter sur nous pour les emmener vers leur destination grâce à des avions de taille appropriée offrant une capacité raisonnable sur chaque ligne. En conséquence, nous ne reprendrons pas l'exploitation de notre flotte d'A380 tant que la demande ne sera pas revenue à des niveaux appropriés. Après avoir étudié de près les chiffres de l'impact environnemental, faire voler un avion aussi gros et avec un faible coefficient de remplissage ne répond pas à nos responsabilités environnementales et n’a pas de sens sur le plan commercial. Notre jeune flotte d'Airbus A350 et de Boeing 787 est bien mieux adaptée à la demande mondiale actuelle".

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?