Accéder au contenu principal

Actualités

Suite du feuilleton Air France-KLM

Après avoir écarté Philippe Capron – et, apparemment, Catherine Guillouard – la compagne aérienne Air France-KLM se serait donnée jusqu’à la fin du mois pour trouver un nouveau PDG.

Si aucun nouveau nom n’a été cité cette semaine pour prendre la direction du groupe, d’anciens ou actuels leaders syndicaux d’Air France et de KLM demandent à l’État de ne plus s’immiscer dans le processus de nomination. Mais le président de la République aura tout de même le dernier mot sur le nom du futur dirigeant de l’entreprise, dont l’Etat détient encore 14,3 % du capital.

Ainsi, la direction du groupe franco-néerlandais a déclaré consulter « beaucoup plus » les actionnaires Delta Air Lines et China Eastern Airlines, tandis que le COMEX d’Air France a « voté » en faveur du patron de KLM : Pieter Elbers.

En outre, la PDG de la RATP Catherine Guillouard aurait été définitivement écartée, à la demande du ministère des transports selon BFMTV. La ministre des transports, Elisabeth Borne, expliquait récemment qu’« Air France-KLM est dans une compétition mondiale » et qu’elle a besoin d’« un spécialiste du domaine aérien qui puisse prendre au plus vite les commandes de la compagnie ».

L’hypothèse d’un patron néerlandais 

Le comité exécutif (Anne Brachet : engineering et maintenance, Jean Christophe Lalanne : intelligence technology, Frédéric Gagey : finance et Patrick Alexandre : ventes et alliances) défendrait la candidature du président du directoire de KLM, Pieter Elbers. Mais à peine sorti, ce scénario aurait été démenti par la direction d’Air France-KLM qui a évoqué « une rumeur sans fondement ».

D’autres noms ont été cités : des dirigeants ou ex-dirigeants de filiales, comme Nathalie Stubler (Transavia) ou Lionel Guérin (Hop !), celui de Marc Rochet, ancien patron d’Air Caraïbes, ou encore, celui de Bruno Matheu, ex-directeur général délégué d’Air France parti pour la compagnie Etihad entre 2014 et 2017.

Et concernant la structure de la nouvelle gouvernance ?

Trois scénarios sont envisageables :

  • un président non exécutif, accompagné d’un directeur général exécutif d’Air France-KLM,
  • un PDG à la fois à la tête du groupe et président de la compagnie Air France au côté d’un PDG pour KLM,
  • un PDG du groupe au profil très international chargé des grandes alliances et du développement mondial, avec deux patrons plus opérationnels pour Air France et KLM

En revanche, la question d’une vente de sa participation par l’Etat ne semble plus à l’ordre du jour. Air France-KLM n’étant pas inscrit sur la liste des privatisables.

Et Matignon assure que l'éventuel retrait de l'Etat, n'interviendra que dans un deuxième temps, lorsque les nominations à la tête du groupe Air France-KLM et de sa filiale Air France auront été décidées et le redressement engagé. Et lorsque le cours de Bourse aura retrouvé un niveau correspondant à sa valeur réelle.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?