Accéder au contenu principal

Analyses

Grèves SNCF : l’hôtellerie a-t-elle été perturbée près de chez vous ?

Le bilan national des premiers épisodes de grèves SNCF avait montré leur impact négatif sur la fréquentation hôtelière. Mais l’effet varie significativement d’une ville à l’autre : tandis que Paris a été peu touchée, certaines métropoles comme Lyon ou Bordeaux et plus largement de nombreuses agglomérations de province ont été plus durement affectées. Qu’en est-il dans votre ville ?

Dans un premier article « Grèves : Font-elles dérailler l’hôtellerie ? », un recul net de -7,0 points de fréquentation pour l’hôtellerie française avait été constaté sur l’ensemble des trois périodes de grève SNCF, même si une partie de la clientèle semble se reporter en-dehors de ces jours de grève.

Pour autant, les agglomérations sont-elles égales face aux grèves ?

En Île-de-France, et à Paris intra-muros qui est sur la même tendance, l’hôtellerie est parvenue à assez bien résister, tout d’abord en n’ayant pas d’effet visible du deuxième épisode de grève SNCF, et plus généralement en conservant une croissance du taux de fréquentation pendant la grève de +2,9 points. La différence de croissance est tout de même notable avec la période hors grève qui s’élève à +10,4 points. Il y a donc un manque à gagner réel, mais qui a pu être compensé par la forte dynamique actuelle.

En revanche, l’hôtellerie de province a davantage souffert de ces premiers épisodes de grève SNCF, enregistrant un taux d’occupation en baisse de -9,7 points pendant la période de grève (contre -0,7 point hors périodes de grève). D’autres facteurs ont eux aussi pu avoir un impact significatif sur l’activité, notamment le décalage calendaire de Pâques (qui accentue la baisse enregistrée la nuit du 2 avril, veille du 1er jour de grève SNCF, et explique les reculs des 14 et 15) et celui du calendrier des vacances scolaires qui impacte les tendances hebdomadaires des différentes villes en fonction de leur académie. A l’échelle locale, des évènements majeurs comme la Foire de Toulouse ou le calendrier parlementaire européen à Strasbourg, peuvent aussi jouer sur les dynamiques journalières.

Mais globalement, dans de nombreuses villes de province les écarts sont très marqués entre les périodes de grèves et hors grèves.

L’agglomération lyonnaise, premier nœud ferroviaire français hors Paris, ou encore Bordeaux, apparaissent fortement impactées avec un recul de fréquentation de près de 10 points supplémentaires pendant les jours de grève relativement aux périodes hors grèves.  C’est aussi le cas à Marseille Aix-en-Provence, Nice, Lille, Strasbourg, ou encore Caen, Douai Lens et Poitiers. Mais chaque ville est dans une situation particulière, à découvrir sur notre graphique interactif.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?