Accéder au contenu principal

Actualités

Cyclotourisme : le slow tourisme est plus que jamais tendance

Tout comme le tourisme durable, le slow tourisme gagne en popularité et ce encore plus depuis la pandémie. Les touristes veulent voyager et découvrir des destinations différemment et cela implique le respect de l'environnement. Le cyclotourisme répond ainsi à ces nouvelles attentes et devient donc une réelle stratégie de développement touristique pour un grand nombre de territoires.

Le slow tourisme a le vent en poupe, les touristes sont de plus en plus à la recherche de détente, de sérénité et de découverte d’un territoire à un rythme lent avec des moyens de transports doux. Cette tendance explique l’explosion de la pratique du cyclotourisme qu’on a pu récemment observer, phénomène qui s’est par ailleurs amplifié avec la crise sanitaire.

En France, le marché du cyclotourisme pèse 5,1 milliards d’euros, ce chiffre d’affaires a augmenté de 46% en 10 ans. La période estivale est le moment le plus propice pour cette pratique, on comptabilise 21 millions de cyclistes sur les pistes cyclables de France en été. Ce type de mobilité douce s’inscrit dans la tendance du tourisme durable, en effet 50% des personnes pratiquent le cyclotourisme dans un rayon de 200km autour de leur domicile ainsi la pratique du vélo incite les voyageurs à opter pour un tourisme de proximité.

La France est une destination de choix pour le cyclotourisme, le territoire abrite plus de 17 000km d’itinéraires aménagés. Parmi ces itinéraires, on retrouve 9 000 km d’Eurovélo routes, en effet le pays a la chance d’être traversé par 10 itinéraires Eurovélo. Ces derniers attirent un nombre important de touristes et notamment sur les portions se situant en France. En 2018, c’était l’Eurovélo 17, reliant la Suisse à la Méditerranée, qui a été la plus fréquentée avec 422 passages journaliers en moyenne.

Parmi les autres EuroVélo routes fortement appréciées en France, on peut citer l’Eurovélo 3, surnommée la Scandibérique, qui est actuellement le plus grand itinéraire vélo français avec pas moins de 1 700km balisés qui traversent 4 régions et 20 départements. Elle s’est d’ailleurs récemment dotée d’un site web afin de permettre à ceux qui l’empruntent de connaitre toutes les étapes qui la composent ainsi que les points d’intérêts. L’EuroVélo 1, nommé Vélodyssée, est également très populaire et attire quant à elle une clientèle très famille, 37% de la fréquentation annuelle. Sur l’année 2018, elle a enregistré 3,6 millions de sorties cyclistes sur ses 1 290km de sentiers aménagés. Elle profite principalement à des territoires littoraux comme le Finistère, la Vendée, la Loire-Atlantique ou encore la Gironde puisque 2/3 de son itinéraire se situe en bord de mer. Les itinéraires cyclables en bord de mer sont les plus appréciés comme l’EuroVélo 4, la Vélomaritime, qui propose de pédaler de la Manche à la Mer du Nord. Pour promouvoir cet itinéraire, l’expérience d’une « micro-aventure » est mise en avant, invitant les cyclotouristes à découvrir les richesses culturelles et naturelles présentes sur le chemin.

Les itinéraires nationaux sont tout aussi connus et empruntés, comme la célèbre Loire à Vélo. Ses itinéraires connaissent tous les ans une progression importante de leur chiffre de fréquentation, entre 2010 et 2018 leur fréquentation a augmenté de 35%. En 2017, ce ne sont pas moins d’un million de cyclistes qui ont emprunté ces pistes, engendrant ainsi 30 millions d’euros de retombées économiques pour le territoire en question. La crise sanitaire a eu un impact positif sur la fréquentation de la Loire à Vélo, ses circuits ont ainsi enregistré une hausse du nombre de passages de 11%. La fréquentation de ces itinéraires a par ailleurs connu un pic en juillet, avec une augmentation de 31% comparé à la même époque l’année d’avant. L’année 2020 a aussi été marquée par l’inauguration en octobre d’un nouvel itinéraire cyclable, la Seine à Vélo. Ce sentier long de 420km permet de relier Paris à Deauville ainsi qu’au Havre en suivant les boucles tracées par le fleuve de la Seine. De nouveaux tronçons de cet itinéraire sont en construction et devraient voir le jour d’ici 2023 afin de proposer une offre plus complète et d’être en mesure de rivaliser avec la Loire à Vélo.

La France n’est pas le seul pays a attiré les touristes amateurs de cyclisme, la Belgique et plus particulièrement la région des Flandres est également une destination appréciée pour la pratique de cette activité. Le territoire est surnommé le plat pays, ce qui est donc un avantage pour les cyclotouristes qui souhaitent d’avantage mettre l’accent sur la découverte des terres grâce à un mode de transport doux plutôt que sur le côté sportif de la chose. La région abrite 3 180km de pistes cyclables, dont 2 000 km sécurisés avec l’absence de voitures à proximité, qui accueilleront en septembre prochain les championnats du monde de cyclisme. Un site internet est dédié à la pratique du vélo sur le territoire et renseigne sur les itinéraires, les courses, tout en promulguant conseils et recommandations. La majorité des pistes cyclables se situent en pleine nature pour offrir une réelle expérience aux voyageurs qui peuvent par exemple traverser un étang à Bokrijk ou s’immerger dans la forêt à Bosland. D’autres pays nordiques comme le Danemark ou la Norvège font tout pour simplifier la pratique du cyclisme sur leurs terres en développant le plus de pistes cyclables possibles. De plus, la culture du vélo est réellement ancrée dans leurs mœurs ainsi les portions de routes partagées entre voitures et vélos sont sans danger.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?