Accéder au contenu principal

Actualités

7,1 milliards d'euros perdus en 2020 pour Air France-KLM

Le Groupe franco-néérlandais annonce une perte de 7 milliards d’euros sur l’année 2020, soit une baisse de 59% par rapport à 2019. Un choc sans précédent provoqué par la crise de la Covid-19.

La déroute d’Air France-KLM reflète celle de l’ensemble du secteur aérien mondial. L’Association internationale du transport aérien a calculé des pertes cumulées de 118 milliards de dollars l’année dernière pour les compagnies, qui ont perdu 66 % de leur trafic passagers en 2020. Plus précisément une perte de 67,3 % des passagers de 2019 pour le groupe Air France-KLM. En effet, la rentabilité des compagnies aériennes qui consiste à faire voler le plus possible leurs coûteux appareils remplis au maximum n’a pu être atteinte dès le début de la pandémie. 

Le groupe a dû réduire ses effectifs qui comprenaient 83 000 personnes à la fin de 2019, soit une baisse de plus de 10 % en un an (5 000 de moins chez KLM et 3 600 chez Air France.) La perte subie inclut également la dépréciation de la flotte de 672 millions d’euros, les gros-porteurs Airbus A380, A340 et Boeing 747 n’étant plus exploités ainsi que les achats anticipés de kérosène dont la perte s’élève à 595 millions d’euros.

En revanche, le chiffre d’affaires du transport de fret s’est vu augmenter grâce à la hausse des tarifs, conséquence d’une réduction mondiale de l’offre et Air France-KLM a fini l’année 2020 avec des liquidités de 9,8 milliards d’euros grâce aux aides de l’Etat.

Ces aides des gouvernements français et néerlandais qui s’élèvent à plus de 10 milliards d’euros au total ont été contestées par Ryanair qui a effectué un recours contre les aides publiques à Air France. Ce dernier a été rejeté par la justice européenne.

Malgré ce bilan, le groupe maintient ses commandes d’avions neufs en 2021, espérant une reprise d’activité au cours des deuxième et troisième trimestres 2021 notamment grâce au déploiement du vaccin. 

La priorité du groupe consiste à réduire les coûts. D’après la directrice générale d’Air France aucune suppression d’emplois supplémentaire n’est prévue pour le moment.

 2020 a mis le groupe Air France-KLM à l'épreuve avec la crise la plus grave jamais connue par l'industrie du transport aérien. Je tiens à remercier nos équipes pour leur engagement et leur formidable capacité d’adaptation dans cette période, qui nous ont permis d’être résilients malgré une chute sans précédent du trafic. Dès le début de la crise nous avons établi les meilleurs standards en matière de sécurité sanitaire pour nos clients et nos employés, nous avons su adapter nos programmes de vol en continu face à l’évolution des restrictions de voyage, ou encore saisir les opportunités du cargo. Avec la même agilité et grâce au soutien des Etats français et néerlandais, nous avons réduit drastiquement nos coûts, protégé notre trésorerie et poursuivi le déploiement de transformations majeures au sein des compagnies, impliquant des efforts de la part de tous nos employés. Dans les mois à venir, nous continuerons à renforcer les fondamentaux du groupe, en améliorant sa performance économique et environnementale, afin qu’Air France-KLM soit en capacité de saisir pleinement les opportunités de la reprise. Nous commençons l'année 2021 en espérant que cette année verra une reprise du trafic dès que la vaccination sera déployée à grande échelle et que les frontières seront à nouveau ouvertes. Nos clients attendent avec impatience de pouvoir à nouveau voyager et leur attachement à Air France, KLM et Transavia s’est renforcé pendant cette crise.

Le directeur général du Groupe, M. Benjamin Smith

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?