Accéder au contenu principal

Analyses

Une reprise du tourisme européen encourageante

La Commission Européenne du tourisme vient tout juste de publier sa nouvelle étude qui démontre bien la volonté des Européens de partir à nouveau en voyage, le contexte sanitaire n'était plus un frein dans la décision d'un séjour.

La reprise du tourisme est bel et bien amorcée comme le démontre la nouvelle étude publiée par la Commission Européenne du tourisme (ETC). Après de nombreux mois en berne pour l’industrie touristique, les touristes semblent à nouveau plus confiants pour partir en voyage. Cela a notamment pu être observé durant la saison estivale qui a enregistré des chiffres très encourageants et même si l’été est derrière nous, le désir de voyager est lui toujours bien présent.

Ainsi, 66% des voyageurs européens envisagent de partir voyager d’ici mars 2022 pour la première fois depuis an, la période estivale ayant apporté un regain de confiance et de sérénité. Parmi les destinations privilégiées, on retrouve l’Espagne et l’Italie pour 9% des voyageurs, la France pour 8% et la Grèce pour 7%. Alors que 2020 et une partie de 2021 rimaient avec tourisme domestique, la tendance semble s’inverser dans les mois à venir. En effet, 55% des voyageurs déclarent vouloir visiter d’autres pays européens.

A présent que la situation sanitaire se stabilise et que les restrictions liées à la pandémie font partie de notre quotidien, le nombre de cours séjours spontanés augmente démontrant que les Européens ne sont plus en « mode attente » comme ils ont pu l’être durant de nombreux mois. Également, ils sont plus déterminés à respecter leurs projets de voyage plutôt que d'attendre ou de reporter, plus précisément un nombre en hausse de 39% par rapport aux résultats de la précédente enquête.

Les city-breaks ont le vent en poupe cette année, ils sont en effet en augmentation de 43% depuis la période estivale même si les destinations littorales demeurent très populaires. L’accroissement de courts séjours explique notamment cet engouement pour les city-breaks, 30% séjours effectués dans des destinations urbaines n’excèdent pas les 3 jours. Cela affecte les budgets des voyageurs, ils sont de plus en plus nombreux à ne pas dépenser plus de 500 euros durant leurs séjours, une augmentation de 20% comparé à la dernière étude menée.

Les réservations de dernière minute sont également en hausse, au moment de l’étude seulement 29% des voyageurs européens avaient entièrement réserver leurs séjours. Ce chiffre atteint même les 15% pour ceux qui ont prévu de voyager plus tard en 2021. L’engouement pour les city-breaks et le nombre important de réservations de dernière minute sont les indicateurs d’un retour à la normal dans un futur proche.

Même si beaucoup de touristes hésitent encore à prendre l’avion pour se déplacer, plus de 50% des Européens « prêts à voyager » se disent impatients à l’idée de remonter à bord d’un avion, un chiffre en augmentation de 13% comparé à la dernière étude réalisée par l’ETC. Néanmoins l’application de protocoles sanitaires restent un critère capital pour la majorité des touristes qui ressentent toujours ce besoin de réassurance de la part des acteurs touristiques.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?