Accéder au contenu principal

Tendances

Traversée du désert pour l'hôtellerie de Jordanie

Malgré son statut d'îlot de stabilité régional, le Royaume hachémite et son tourisme souffrent de plus en plus des conflits environnants. Le pays attend des jours meilleurs et ambitionne un retour au premier plan sur la carte touristique du Moyen-Orient.

Le Printemps Arabe avait déjà marqué un reflux inédit pour ce pays apaisé et à l’économie tournée vers le tourisme : secteur clé de l’économie jordanienne, il contribuait à 14% du PIB national en 2014. Cette année encore, signe de la désaffection de la clientèle internationale, les recettes touristiques devraient accuser une baisse de 15%. Difficile en effet, pour un pays qui partage une frontière commune avec la Syrie et l’Irak, de convaincre les touristes de sa stabilité. Le Royaume hachémite est pourtant une exception dans la région et a su maintenir un environnement politique relativement apaisé – et ce tout en assurant une hospitalité exceptionnelle compte tenu des crises régionales, avec notamment l’accueil de 650 000 réfugiés syriens.La chute des arrivées internationales se reflète clairement sur le taux d'occupation des hôtels jordaniens : ce dernier a baissé de 6.1% de janvier à octobre 2015, dans la lignée des tendances de l'année précédente. Les prix moyens en Jordanie suivent eux aussi une trajectoire décroissante (-3,7%), contribuant à la chute du RevPAR national : ce dernier recule de 14% par rapport à 2014. Pour les seuls hôtels de la capitale Amman, la chute est significative et atteint -12,5%. Performances hôtelières mensuelles en Jordanie de Janvier à Octobre 2015Un bon mois de juillet aura au moins permis au tourisme jordanien de limiter les pertes, grâce principalement à un calendrier du Ramadan beaucoup plus favorable que l'année précédente pour la clientèle moyen-orientale. Avec un taux d'occupation en hausse de 11,6 points, le Royaume aura profité de l'embellie régionale et vu son RevPAR atteindre des sommets (+33,7%). Alors que le pays souhaite cibler particulièrement les clientèles du Golfe, l'exemple de ce mois de juillet valide la stratégie nationale. La Jordanie espère aussi conquérir de nouveaux marchés, notamment en Asie : Chine, Corée du Sud ou encore Japon. D’autres formes de tourisme sont également en développement, comme le tourisme médical auprès des clientèles du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord. La Jordanie est déjà la première destination de ce type dans la région, avec 250 000 patients étrangers accueillis en 2014.Les eaux de la Mer Morte sont idéales pour la thalassothérapie et les cures thermales, en plus du patrimoine naturel exceptionnel que représente le point le plus bas de la surface du globe. Les sites propices au tourisme sont nombreux dans le pays ; on ne présente plus le Wadi Rum, Gérasa, ou bien évidemment la cité nabatéenne de Pétra. Signe de la morosité du secteur, le nombre de visiteurs dans le premier site touristique du pays a chuté de plus d'un tiers entre 2010 et 2014, passant de 975 000 à un peu moins de 600 000. Fréquentation annuelle à Pétra entre 2003 et 2014Jeudi 10 décembre 2015, l'ambassadeur de France en Jordanie David Bertolotti a annoncé la réouverture aux touristes français du site archéologique de Umm Qeis, surplombant les vertes vallées de Galilée. Il encourage ces derniers "à venir ici et plus largement à venir en Jordanie, [...] une destination sûre et agréable. Et nos amis jordaniens dans la période actuelle méritent aussi ce soutien de notre part. Nous devons venir les voir pour leur passer ce message de solidarité." A l'heure actuelle, seules les frontières avec le Syrie et l'Irak sont formellement déconseillées aux touristes dans le pays.Les professionnels jordaniens du tourisme et de l'hôtellerie espèrent une reprise rapide, estimant avant tout nécessaire de convaincre les visiteurs internationaux de la sûreté du pays. La priorité donnée aux nouveaux marchés asiatiques n'empêchera pas de nouvelles campagnes de communication envers les pays européens, Royaume-Uni et France en tête. L'Office de Tourisme de Jordanie ambitionne notamment de multiplier les partenariats avec les tour-opérateurs afin de permettre à la destination de gagner en visibilité - et de rassurer les visiteurs potentiels. En lançant un véritable plan d'urgence pour le tourisme, le Royaume hachémite compte bien sortir au plus vite de la tempête qui ébranle la région.

Vous aimerez aussi :

  • La Jordanie simplifie ses procédures de visa
  • La Jordanie mise sur le MICE pour développer son tourisme
  • Best Western se lance en Jordanie

 

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?