Accéder au contenu principal

Analyses

Tourisme durable : l’Union Européenne s’engage à moderniser le réseau de transports

Les mobilités durables sont au cœur des toutes les préoccupations actuellement et l'Union Européenne a décidé de s'emparer du sujet en acceptant diverses propositions visant à rendre le réseau de transports européen plus vert et intelligent.

Dans le cadre des objectifs définis par le Pacte vert pour l’Europe, la Commission a adopté quatre propositions visant à moderniser le réseau de transports européen. Une transition nécessaire pour avoir une mobilité plus propre, plus verte et plus efficace. Afin de réaliser cette ambition, ce sont donc quatre propositions qui ont été étudiées et validées :

  • Améliorer la connectivité et transférer davantage de passagers et de marchandises vers les rails et les voies navigables intérieures
  • Soutenir le déploiement de points de recharge, d'infrastructures de ravitaillement alternatives et de nouvelles technologies numériques
  • Mettre davantage l’accent sur la mobilité urbaine durable
  • Faciliter le choix des différentes options de transport dans un système de transport multimodal efficace

Ces solutions devraient permettre au secteur des transports européen de réduire jusqu’à 90% des ses émissions. Un chiffre conséquent quant on sait que les transports font partie des secteurs émettant le plus d’émissions carbone ainsi la réduction, voir la neutralité carbone, devient une nécessité dans les temps actuels. 

La transition écologique et numérique de l'Europe entraînera de grands changements dans nos modes de déplacement. Les propositions présentées aujourd'hui mettent la mobilité européenne sur la voie d'un avenir durable : des liaisons ferroviaires européennes plus rapides, avec des billets faciles à trouver et des droits améliorés pour les passagers ; un soutien aux villes pour augmenter et améliorer les transports publics et les infrastructures pour la marche et le vélo ; et la meilleure utilisation possible des solutions pour une conduite intelligente et efficace. 

Frans Timmermans, Vice-Président exécutif du Pacte vert pour l’Europe

Le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) est un projet qui vise à relier 424 grandes villes à travers des ports, des aéroports et des terminaux ferroviaires. Une fois terminé, il permettra de réduire considérablement le temps de voyage entre ces différentes destinations. Afin de combler les chainons manquants et de moderniser l’ensemble du réseau, la proposition suggère de : 

  • Permettre aux principales lignes ferroviaires de circuler à 160 km/h ou plus d’ici 2040 pour créer des liaisons ferroviaires à grande vitesse compétitives au sein de l'Union mais aussi assurer de bonnes conditions de navigation sur les canaux et rivières.
  • Créer plus de grands terminaux de transbordement, améliorer la capacité de manutention dans les terminaux de fret, réduire les temps d'attente aux postes-frontières ferroviaires, permettre l'allongement des trains afin de transférer davantage de marchandises vers des modes de transport plus propres et permettre aux camions d'être transportés par train sur l'ensemble du réseau. Pour répondre aux besoins opérationnels, il est prévu de créer neuf "corridors de transport européens" qui intègrent le rail, la route et les voies navigables. 
  • Introduire un nouveau délai intermédiaire de 2040 pour avancer l'achèvement de parties importantes du réseau avant l'échéance de 2050 qui s'applique au réseau plus large et complet. 
  • D’inciter les 424 grandes villes à élaborer des plans de mobilité urbaine durable afin de promouvoir la mobilité sans émissions et d'augmenter et d'améliorer les transports publics et les infrastructures pour la marche et le vélo.

Le train étant l’un des modes de transports les plus durables et sécuritaires, il est placé au cœur de la stratégie européenne pour développer la mobilité douce. Les propositions concernant le RTE-T s’accompagnent d'un plan d'action sur le transport ferroviaire à longue distance et transfrontalier qui établit une feuille de route prévoyant d'autres actions pour aider l'UE à atteindre son objectif de doubler le trafic ferroviaire à grande vitesse d'ici à 2030, et de le tripler d'ici à 2050.

Même si le nombre de voyageurs en train a augmenté ces dernières années, seuls 7 % des kilomètres ferroviaires parcourus entre 2001 et 2018 ont concerné des trajets transfrontaliers. Le plan d’action propose des actions concrètes afin d’encourager plus d’Européens à effectuer des voyages transfrontaliers en train :

  • Une proposition législative multimodale en 2022 pour stimuler une billetterie multimodale conviviale 
  • Permettre aux passagers de trouver les meilleurs billets au prix le plus attractif et mieux soutenir les passagers confrontés à des perturbations ainsi qu’un engagement à étudier une exemption de TVA à l'échelle européenne pour les billets de train 
  • L’abrogation des règles techniques et opérationnelles nationales redondantes 
  • L’annonce de propositions pour 2022 sur la gestion des horaires et des capacités, qui favoriseront des services ferroviaires transfrontaliers plus rapides et plus fréquents 
  • Des lignes directrices pour la tarification de l'accès aux voies en 2023, qui faciliteront l'accès des opérateurs ferroviaires à l'infrastructure renforçant ainsi la concurrence et permettant de proposer des prix plus attractifs aux passagers

La Commission pense que la mobilité durable passe par une mobilité intelligente et propose donc de mettre à jour la directive STI de 2010, en s'adaptant à l'émergence de nouvelles options de mobilité routière, d'applications de mobilité et de mobilité connectée et automatisée. Elle propose que des données cruciales sur les routes, les déplacements et le trafic soient mises à disposition sous format numérique afin de permettre le déploiement plus rapide de nouveaux services intelligents. Cette proposition garantira également que des services essentiels liés à la sécurité sont mis à la disposition des conducteurs le long du réseau RTE-T.

Le nouveau cadre pour la mobilité urbaine profitera aux usagers des transports et à tous ceux qui les entourent grâce à la proposition qui s’intéressant à des problématiques de mobilité actuelles comme les encombrements, les émissions et les nuisances sonores. Pour améliorer cette mobilité urbaine, l'accent sera mis sur les transports publics, la marche et le vélo. La proposition donne également la priorité aux solutions à émissions nulles pour les flottes urbaines, au dernier kilomètre des livraisons urbaines, à la construction et à la modernisation des plateformes multimodales ainsi qu'aux nouvelles solutions et aux nouveaux services numériques. La proposition définit aussi les options de financement pour les autorités locales et régionales afin de mettre en œuvre ces priorités.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?