Accéder au contenu principal

Actualités

Rythmes scolaires : l'industrie touristique se fédère

L'Umih, le SNRT, le CNPA, le Snav, le Seto et les Domaines Skiables de France réagissent ensemble aux récentes déclarations de Benoît Hamon, ministre de l'Education Nationale, concernant les rythmes scolaires, dans un communiqué commun.

La profession s'unit pour défendre ses intérêts. Pas moins de six syndicats des acteurs du tourisme français ont décidé de répondre ensemble aux récentes déclarations de Benoît Hamon, ministre de l'Education Nationale, à propos d'un possible "allègement des semaines en raccourcissant les vacances scolaires". Il s'agirait ainsi de ramener les vacances d'été à six semaines. Le collectif, qui comprend l'Umih (Union des Métiers et des Industrie de l'Hôtellerie), le SNRT (Syndicat National des Résidences de Tourisme), le CNPA (Conseil National des Professions de l'Automobile), le Snav (Syndicat National des Agences de Voyages), le Seto (Syndicat des Entreprises du Tour Opérating) et les Domaines Skiables de France, rappelle ainsi que la "détermination des vacances scolaires, si elle répond à des impératifs pédagogiques, a également des impacts importants sur l'emploi touristique français, qui représente 2 millions d'emplois directs et indirects". Pour eux, "une alternance adéquate accompagnée d'un zonage des périodes de vacances est particulièrement vertueuse. Elle permet à plus de Français de partir en vacances tout en leur offrant une plus grande souplesse dans les prix, d'éviter les pics d'activité en assurant une meilleure répartition de l'offre hôtelière, de faciliter les transports, de réduire les nuisances environnementales, et surtout de maintenir des activités touristiques et des emplois sur tout le territoire national". Les organisations rappellent également leur attachement à "accompagner l'éventuelle réduction des vacances estivales par l'instauration d'un zonage afin de pouvoir accueillir et recevoir les touristes dans les meilleures conditions, à maintenir des week-ends de 2 jours pleins pour les activités en famille, et à positionner les vacances d'hiver en février et les vacances de printemps au mois d'avril. La question des rythmes scolaires, c'est la mise en œuvre d'un nouveau calendrier scolaire qui, tout en respectant l'intérêt de l'enfant, doit également prendre la mesure de son impact sur l'économie du tourisme français, sur ses emplois et ses retombées positives pou r le financement des collectivités locales et de l'Etat".

Vous aimerez aussi :

  • Abandon de la réforme du calendrier scolaire : la grogne des hôteliers
  • Rythmes scolaires : les hôteliers contre un raccourcissement des vacances scolaires
  • Calendrier scolaire : la grogne continue
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?