Accéder au contenu principal

Analyses

Nouveaux records pour le tourisme britannique

La Grande-Bretagne a enregistré l'an dernier 34,8 millions de séjours touristiques internationaux, soit 6 % de plus que pour l'année 2013, établissant un nouveau record. Le secteur a engendré £21,7 milliards (€30 milliards) de recettes. L'Office de tourisme britannique espère qu'en 2015, le record soit une nouvelle fois battu grâce à la fréquentation à Londres, mais aussi dans les autres villes secondaires et les régions hors de la capitale.

L'office du tourisme britannique (VisitBritain) a annoncé 34,8 millions de visiteurs internationaux l'an dernier dans le pays, soit environ deux millions de visiteurs supplémentaires  par rapport à l'exercice 2013 (+ 6 %). C'est un nouveau record pour la Grande-Bretagne qui se classe au huitième rang des destinations  internationales au coude à coude avec l'Allemagne, septième*. Parmi les clients qui se sont le plus déplacés, notons les bons scores des Nord-Américains (3,7 millions, +4 % par rapport à 2013) et des Européens (25,8 millions, +7 %). Helen Grant, ministre du tourisme, s'est félicitée des bons résultats. "Cela démontre que notre stratégie touristique fonctionne et cela met en évidence le rôle que joue l'industrie sur le plan économique à long-terme". Elle souhaite encourager les touristes à visiter toutes les régions du pays pour stimuler la croissance locale et l'emploi. De son côté, Sally Balcombe, directrice de VisitBritain, a annoncé : "le secteur touristique augmente d'année et année et cela fait deux années consécutives que la Grande-Bretagne finit l'année sur un record, avec une nouvelle prévision de croissance pour 2015 ". VisitBritain estime que cette année, 35,1 millions de touristes visiteront la Grande-Bretagne et que 22,2 milliards de livres sterling seront dépensés à ce titre.

Chaque région a profité de l'augmentation du nombre de touristes internationaux

Le secteur touristique a engendré 21,7 milliards de livres sterling en 2014, soit 3 % de plus qu'en 2013. Sur les neuf premiers mois de l'année 2014, Londres représentait déjà à elle seule près de 9 milliards de livres sterling sur les quelques 14 milliards récoltés. La capitale britannique représentait alors 65 % des revenus touristiques du pays. Malgré tout, la plus forte hausse des recettes, toujours de janvier à septembre 2014, est à mettre à l'actif des autres régions touristiques. Car si Londres a vu ses recettes augmenter de 6 %, les gains écossais et gallois ont grimpé respectivement de 12 et 14 %. L’Écosse a su profiter notamment d'événements sportifs (Commonwealth Games & Ryder Cup) pour accroitre la fréquentation touristique. Ainsi, les arrivées américaines ont grimpé de 37% et les arrivées suédoises ont doublé. Quant aux Gallois, ils ont accueilli le sommet de l'Otan à Newport en septembre dernier. Tout aussi significatif, le Yorkshire, région du nord de l'Angleterre (la plus vaste du pays) a vu ses revenus touristiques monter de 12 % grâce notamment au départ du Tour de France en juillet 2014.

Les groupes hôteliers doivent soutenir la demande hôtelière

Selon les chiffres de MKG Hospitality, le taux d'occupation des hôtels de Grande-Bretagne a atteint 79,2% en 2014, soit 2,2 points de pourcentage en plus par rapport à l'exercice précédent. C'est aussi le pourcentage le plus élevé dans l'Union Européenne. Avec un prix moyen hors taxe en hausse de 3,9 % (à 104,1 €), le revenu par chambre disponible est en hausse de 7 % par rapport à 2013. Parmi les grandes villes, seule Birmingham a un taux d'occupation en dessous du seuil des 75 %, mais a gagné pas moins de trois points de pourcentage supplémentaires  par rapport à 2013. La plus forte hausse du RevPar est à mettre à l'actif de Glasgow (+22,4 %). A noter aussi les bons scores de Cardiff (+13,6 % du RevPar) et des villes du nord de l'Angleterre, Leeds-Bradford (+11,3 % de RevPar) et Manchester (+10,3 % de RevPar).Alors que Londres avait du s'adapter à la demande croissante en hébergement pour les Jeux Olympiques 2012 (et le Diamond Jubilee), les autres villes doivent elles aussi répondre à une demande qui est en forte hausse. Qui plus est, le pays tout entier organise la Coupe du monde de Rugby cette année. Cardiff accueillera notamment deux quarts de finale. Cette compétition va attirer énormément de touristes en provenance d'Océanie, d'Amérique latine (Argentine, Uruguay) et d'Afrique du Sud. Les chaînes d'hôtels économiques comme Premier Inn, champion du développement en Europe en 2014 (voir), ou Travelodge s'adaptent donc pour répondre à la demande en développant des hôtels, notamment à Londres et sa périphérie.

Des perspectives de croissance à Londres mais aussi en province

L'objectif annoncé par le Gouvernement Cameron est d'atteindre 40 millions de visiteurs internationaux en 2020. La baisse du prix du pétrole, et donc du coût transport aérien, et le projet qui vise à faciliter l'accès (et le prix) au visa pour certains pays sont des atouts. Visitbritain espère augmenter la croissance des touristes internationaux vers les destinations terroir et les villes "secondaires" de l'île. Il y a quelques mois, l'Office de tourisme avait lancé des campagnes de communication pour promouvoir la campagne britannique (des Cornouailles aux Highlands) et des villes comme Manchester et Birmingham. Vu les chiffres hôteliers sur l'année, l'opération est plutôt réussie. Côté équipement, le vice-Président du pays Nick Clegg a annoncé un investissement de 500 000 livres sterling pour que le Yorkshire se dote de pistes cyclables modernes et 300 000 livres sterling afin de communiquer sur le comté. A Manchester, 800 nouvelles chambres d’hôtels seront livrées dans les douze prochains mois avec des chaînes réputées comme Motel One (330 chambres), Innside by Melia (208) comme des établissements indépendants (ex : l'Hotel Football des anciennes vedettes du club de Manchester). Pour Londres, VisitBritain cible en priorité la clientèle chinoise venue faire du shopping ou encore regarder un match de Premier League. En 2013, ils avaient dépensé 493 millions de livres sterling contre 184 millions en 2010 grâce à une hausse des arrivées de près de 80 %. Le potentiel de développement est donc énorme. *Le Royaume-Uni communique sur les arrivées de touristes internationaux tandis que l'Allemagne communique sur le nombre de nuitées internationales. Il est donc difficile d'établir un classement entre les deux pays.

Vous aimerez aussi :

  • Edimbourg, une vision solide pour l'avenir
  • 15 nouveaux hôtels Travelodge pour la Coupe du monde de rugby
  • Hampton by Hilton se met à la construction modulaire
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?