Accéder au contenu principal

Actualités

Location de meublés touristiques à Saint-Malo : une nouvelle réglementation rentre en vigueur

Les problématiques liées aux locations de meublés touristiques ne cessent de faire entendre parler d'elles et ce phénomène s'intensifie notamment au sein de villes fortement touristiques. Après Paris, Lyon ou encore Marseille, c'est au tour de Saint-Malo de durcir sa réglementation vis-à-vis de ce type de logements touristiques.

Comme de nombreuses villes touristiques, Saint-Malo observe ces dernières années une forte expansion du nombre de meublés touristiques au sein de ses remparts, un phénomène qui engendre de nombreuses problématiques, dont notamment l’impact sur la vie quotidienne des locaux. Ainsi, la mairie a décidé de prendre les devants et d’instaurer une nouvelle réglementation pour mieux contrôler le développement rapide de cette offre d’hébergements alternative.

Notre objectif est de limiter le nombre de logements possible par propriétaire. Toutefois, les personnes vivant dans une résidence principale à Saint-Malo peuvent être titulaires chacune d’un logement locatif de courte durée.

Jean-Virgile Crance, 1ère adjoint au maire de Saint-Malo et Président du GNC

Des associations locales tentaient déjà depuis plusieurs mois d’alerter sur la situation, qui devient particulièrement tendue dans certains quartiers de la ville comme l’Intra-Muros. Les résidents de ce quartiers sont las des allers et venues quotidiens de locataires de ces hébergements, certains sont même allés jusqu’à engager des procédures en justice afin de faire interdire les locations de courte durée dans leurs immeubles. Pourtant la précédente équipe municipale avait d’ores et déjà engagé des démarches en ce sens-là, en effet, les loueurs avaient l’obligation de se déclarer auprès des services municipaux ainsi que de changer les affections d’usage de leur logement loué.

Jeudi 17 juin 2021, le conseil municipal de Saint-Malo a décidé de mettre en place de nouvelles mesures, ces dernières s’appuient sur le travail réalisé par une agence d’urbanisme. Ainsi pour atteindre l’objectif de limitation du nombre de logements, la municipalité a décidé de découper la ville en quatre secteurs. Il y a tout d’abord le quartier de l’Intra-Muros, le plus affecté pas le phénomène des locations, le nombre maximum de logements pouvant être autorisés à la location touristique en son sein sera de 12,5 % et ce à compter du 1er juillet 2021. Viennent ensuite le quartier baptisé littoral qui se verra appliquer un taux de 6,5%, le quartier nommé urbain rétro littoral qui aura un taux de 3% et enfin le dernier qui englobe les autres secteurs urbains et ruraux de la commune, se verra un taux de 1%.

Nous avions cinq hypothèses. Entre le régime le plus souple à quelque chose de très dur. Nous avons choisi l’option intermédiaire avec pour objectif de stopper l’hémorragie. […] C’était un engagement de campagne, rappelle le maire. Saint-Malo est aujourd’hui dans le top 5 du nombre de jours réservés sur les plateformes de location de courte durée en France. Et si l’on ramène ces données au nombre d’habitants, nous sommes numéro 1.

Gilles Lurton, maire de Saint-Malo

La ville durcit ainsi la réglementation concernant les meublés touristiques mais explique toutefois qu’elle ne souhaite pas non plus s’opposer à ce type d’hébergements puisque cela contribue à l’attractivité du territoire, elle entend simplement encadrer ce phénomène. Pour ce faire, un agent assermenté rattaché à la direction de l’urbanise sera embauché pour faire respecter ces mesures.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?