Accéder au contenu principal

Actualités

Les représentants de l’hôtellerie-restauration s’inquiètent d’être oubliés dans les dispositifs du Gouvernement

Dans un communiqué de presse en date du 22 décembre 2021, les principaux représentants de la branche hôtellerie-restauration ont partagé leurs inquiétudes quant à un éventuel oubli de leur secteur par le Gouvernement dans les mesures d'aide face à la pandémie qui reprend.

Mardi 21 décembre, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance a explicité, via un communiqué de presse, les détails de l’accompagnement économique promis par l’État aux entreprises affectés par le rebond épidémique et les mesures administratives mises en place par le Gouvernement au cours de ces dernières semaines.

Les représentants du secteur de l’hôtellerie, restauration, café, discothèques et traiteurs s’accordent sur le bienfondé de ces mesures qui permettront de protéger le secteur du tourisme néanmoins ils s’inquiètent du sort qui est réservé aux entreprises de la restauration et de l’hôtellerie. En effet, ces dernières semblent être mises de côté.

Un oubli étonnant sachant que ces entreprises sont tout autant impactées que les autres branches du tourisme avec entre autres une forte diminution de l’activité évènementielle, de nouvelles restrictions de déplacements concernant des pays émetteurs touristiques importants pour la France ou encore une baisse observée dans les voyages d’affaires dû au rebond épidémique dans de nombreux pays.

Les représentants de l’hôtellerie-restauration indépendante et de chaîne demandent donc à l’Etat de bien vouloir préciser si leur secteur d’activité pourra bénéficier également des ces aides mais également d’adapter au mieux ces aides selon les besoins des acteurs du tourisme. La crise sanitaire n’étant pas encore terminée, ces aides doivent à la fois penser sur le court terme mais également le long terme car les impacts de cette dernière se font ressentir sur de nombreux mois.

Depuis le début de la pandémie, le secteur touristique est sans aucun doute l’un des secteurs d’activité les plus touché par les conséquences de cette dernière. Malgré une reprise du tourisme en 2021 avec un allègement des mesures sanitaires, le secteur peine encore à se remettre d’aplomb, la 5ème vague ajoutant une contrainte supplémentaire.

 



 

Réaction des représentants de l’hôtellerie-restauration indépendante et de chaîne aux mesures d’accompagnement économique de l’État

Le 21 décembre dernier, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance a précisé par voie de communiqué de presse les détails de l’accompagnement économique de l’État pour les entreprises affectées par la reprise épidémique et les mesures administratives prises par l’État.

Si les représentants du secteur de l’hôtellerie, restauration, café, discothèques et traiteurs saluent des mesures visant à protéger le secteur du tourisme – donc les emplois de millions de français –, elles appellent à la grande vigilance de l’État sur le sort réservé aux entreprises de l’hébergement touristique et de la restauration qui semblent actuellement en marge du dispositif.

En effet, malgré une période de relative reprise économique à l’automne, cette nouvelle vague épidémique frappe le secteur du HCR de plein fouet au même titre que les autres professions du tourisme : la diminution de l’activité de l’événementiel et des traiteurs, les restrictions de déplacement de la clientèle britannique, la diminution de long terme des voyages d’affaire impactent les hôtels et restaurants au même titre que le reste de la chaîne de l’industrie touristique.

C’est pourquoi les représentants de l’hôtellerie-restauration indépendante et de chaîne appellent le Gouvernement à :

  • Préciser l’inclusion du secteur HCRD dans le dispositif d’accompagnement économique de l’État (fonds de solidarité, dispositif coûts fixes, dispositif fermeture, dispositif exceptionnel de chômage partiel sans reste à charge);
  • Abaisser les seuils d’éligibilité qui ne permettent pas une prise en compte globale de l’ensemble des entreprises mises en difficulté par les mesures administratives de lutte contre l’épidémie ; 
  • Garantir l’effectivité des aides sur les mois à venir afin d’offrir aux entreprises touchées le maximum de visibilité sur le pilotage de leur activité ; 
  • Prévoir une compensation intégrale des pertes d’EBE des entreprises les plus durement touchées par la crise sanitaire afin de couvrir le manque à gagner des entreprises des secteurs S1 et S1 bis.

A l’occasion du Comité de Filière Tourisme qui se tient ce mercredi 22 décembre, les représentants de l’hôtellerie indépendante et de chaîne continuent de manifester au Gouvernement leur besoin d’accompagnement court-terme et de visibilité long-terme pour sortir de cette crise.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?