Accéder au contenu principal

Actualités

Le secteur des voyages scolaires en difficulté

La crise sanitaire n'épargne pas le secteur touristique et encore moins la filière des voyages scolaires qui connait une baisse accrue de son activité depuis déjà plusieurs années, à laquelle s'ajoute les nombreuses inquiétudes liées au Covid-19.

Tandis que la 5ème vague déferle sur le territoire français, les professionnels du tourisme sont à nouveau les premiers impactés. Le secteur des voyages scolaires est notamment en proie à des inquiétudes concernant son avenir dans les mois à venir. Les acteurs de ce secteur interpellent entre autres le ministère de l’Education nationale afin de savoir son positionnement sur ce sujet ou espère à minima un engagement de la part du Gouvernement.

Une répercussion sur les réservations se fait déjà ressentir, les rectorats étant de plus en plus réticents quant au fait de conseiller les établissements scolaires à faire sortir leurs classes, pour des voyages "découvertes". Un phénomène qui inquiète les professionnels des voyages scolaires alors que le secteur rencontre déjà de nombreuses difficultés ces dernières années. En réaction, Cap France a adressé un courrier à l’UNAT pour faire part de ses inquiétudes. 

Les séjours classes (de neige) représentent en moyenne entre 70 et 80% de notre activité de janvier à mars. […] Ce sont par ailleurs des centaines d’emplois, directs et indirects, qui y sont rattachés : accompagnants, professionnels de la restauration, moniteurs sportifs, autocaristes, animateurs, etc. 

Est écrit dans la lettre de Cap France

De plus, Cap France souhaite que le ministère de l'Education nationale prenne part à ce débat et exprime clairement son positionnement vis-à-vis des voyages scolaires. La raison de ce besoin de clarté réside dans les décisions prises par les responsables d'académie, avec certains recteurs déconseillant les sorties scolaires. 

Nous souhaiterions qu’une ligne claire soit officiellement portée par le Ministère de l’Education nationale à destination des académies afin d’éviter toute disparité territoriale.

Exprime Cap France dans sa lettre

Si jamais le cabinet de Jean-Michel Blanquer n'est pas en mesure d'aider le secteur ou va même jusqu’à déconseiller aux jeunes de voyager, le Gouvernement n'aura d'autres choix que de soutenir la filière selon Cap France. Il s’agira alors d’une décision administrative qui impacte un écosystème et elle doit ainsi faire l’objet d’un accompagnement financier pour les hébergements.

Également, les professionnels aimeraient qu'une vaste communication soit faite à l'intention des professionnels de l’Education nationale pour promouvoir l’intérêt pédagogique et social des classes de découverte en France. Les instituteurs étant de plus en plus réticents en raison de la responsabilité qui repose sur leurs épaules lors de ces séjours, il est ainsi nécessaire de les inciter à reprendre la route des classes de découverte avec leurs élèves.

Certaines destinations touristiques françaises réfléchissent aux solutions pour revitaliser les voyages scolaires. A l’image de Savoie Mont Blanc qui intègre pleinement cette ambition dans son travail de réflexion lancé cette année et baptisé « Demain Savoie Mont Blanc ». Le territoire cherche à développer des actions pouvant lui permettre d’accueillir plus de classes de neige dans les années à venir.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?