Accéder au contenu principal

Analyses

La relance touristiques des grandes métropoles européennes : Amsterdam

La crise sanitaire a profondément impacté tout le domaine touristique au niveau mondial en empêchant les personnes de voyager à leur guise durant des mois. Les grandes villes sont parmi les destinations les plus affectées néanmoins ne pas avoir accueilli de touristes durant plusieurs mois leur a permis de faire le point sur leurs activités touristiques. A partir de ce temps de réflexion, chaque grande métropole a décidé de se réinventer pour relancer le tourisme au sein de sa destination. Certaines changent totalement de direction tandis que d'autres poursuivent les actions déjà entreprises avant le début de la crise qui visaient à se renouveler. Plusieurs métropoles européennes ont accepté de réaliser des entretiens avec HospitalityHON afin de nous partager ce qu'elles ont vécu avec la crise sanitaire et comment elles comptent relancer le tourisme dans les mois à venir.

Le tourisme pré-covid

Le Tourisme à Amsterdam revêt depuis de nombreuses années un rôle capital en termes de retombés économiques, ce sont plus de 18 millions de touristes par an qui viennent découvrir toutes les richesses que la capitale néerlandaise a à offrir. Soit un chiffre bien supérieur au nombre d’habitants de la ville qui est de l’ordre de 17 millions, ce qui provoque ainsi un réel déséquilibre au sein de la destination.

Notre économie touristique se portait bien avant l'arrivée de la crise, nous avions 17 millions de touristes dont 50% étaient d'origine néerlandaise et 50% d'internationaux. Le secteur affaires était également très lucratif.

Geerte Udo, Directrice d'Amsterdam & Partners

En effet, Amsterdam est reconnu internationalement pour son ambiance festive et sa législation moins contraignante que d’autre pays pour la consommation de certaines substances, ce qui attire ainsi de nombreux jeunes touristes désirant principalement, voire uniquement, faire la fête. Cette typologie de touristes pose un certain nombre de problèmes en raison de leurs comportements jugés inappropriés et irrespectueux envers la ville et ses habitants, particulièrement la nuit. Pour satisfaire cette clientèle, de nombreux commerces ont ouvert dans les rues du centre-ville (coffee shops, boutiques souvenirs, stands de snacking etc..) et ne s’adressent qu’aux besoins de ces derniers, mettant ainsi de côté les locaux. L’autre problème découlant de cette concentration d’activité touristique dans le centre-ville d’Amsterdam est la mauvaise répartition des flux de touristes puisque tous se concentrent aux mêmes endroits, ainsi la répartitions des retombées économiques entre tous les professionnels de la ville est tout aussi mauvaise.

De ce fait, le tourisme est de plus en plus mal perçu par les locaux qui subissent de nombreux désagréments en raison du nombre très élevés de touristes au sein de leur ville. Les nuisances sonores ainsi que l’accaparation d’un certain nombre de quartiers sont de réelles problématiques auxquelles sont confrontés quotidiennement les amstellodamois provoquant ainsi un sentiment d’antipathie envers les touristes, un phénomène grandissant nommé « tourismophobie ». Le marché de l’immobilier est également un secteur fortement impacté par le tourisme puisque les locations de meublés touristiques type Airbnb ont envahi la ville, ce qui a eu pour effet d’augmenter considérablement le prix de l’immobilier ainsi il est de plus en plus compliqué pour un habitant de se loger à un prix décent et ce encore plus dans les quartiers très touristiques. La majorité des logements se situant dans les quartiers prisés par les touristes sont en réalité des meublé de tourisme car il est devenu très difficile voire impossible d’acheter ou de louer un bien immobilier dans ces endroits néanmoins cela commence à changer, les habitants réinvestissent petit à petit ces lieux de vie.

L'économie touristique du centre-ville posait quelques problèmes en raison de son impact négatif sur l'habitalibité dans certains quartiers. Et cela était dû aux comportements de certains touristiques qui étaient alcoolisés et bruyants. Les plateformes comme Airbnb amène également leur lot de problème et nous avions aussi remarqué qu'il y avait souvent trop de gens au même endroit au même moment, cela entrainait donc des problèmes de propreté au sein du centre-ville.

Geerte Udo, Directrice d'Amsterdam & Partners

La crise sanitaire : un temps de réflexion

La crise sanitaire a permis à Amsterdam & Partners, l’organisme en charge du tourisme dans la ville, de pouvoir faire le point sur l’activité touristique au sein de la destination en observant tout ce qu’elle apportait, bon comme mauvais. Ainsi à leurs yeux, cette pandémie qui a stoppé net le tourisme durant près d’un an a permis d’établir un état des lieux et de prendre du temps pour réfléchir à l’avenir de ce secteur à Amsterdam.

Le Covid a été un revers pour l'industrie touristique mais cela a également service de négatif photo. Cela a clairement démontré que certains endroits avaient une mono-fonctionnalité. [...] La crise sanitaire a corroboré la vision qui nous avions déjà depuis un certain temps, les quartiers d'Amsterdam doivent avoir un équilibre fonctionnel pour que les locaux puissent vivre, travailler et s'amuser.

Geerte Udo, Directrice d'Amsterdam & Partners

Il a ainsi été remarqué que la vie des locaux était plus paisible et plaisante sans les touristes qui « envahissent » principalement le centre-ville, les habitants ont pu retrouver une atmosphère calme qui leur a longtemps manqué en raison du tourisme de masse. Mais cela ne va pas durer éternellement car la crise commence à être maitrisée en Europe, permettant aux voyages de reprendre, et Amsterdam reste une destination très prisée auprès de nombreux touristes. Amsterdam & Partners souhaite donc instaurer un meilleur équilibre entre l’accueil des touristes et la vie quotidienne des locaux pour permettre une cohabitation plus harmonieuse. L’organisme insiste également sur le fait que l’argent dépensé par les touristes lors de leurs séjours doit servir à améliorer les conditions de vies des amstellodamois, pour ce faire, il est nécessaire de mettre en place un « cercle vertueux » afin que les retombées économiques du tourisme profitent à tous et pas à une poignée de personnes comme c’est le cas actuellement.

Le deuxième problème que la crise sanitaire a mis en lumière est le nombre important de commerces et d’établissements qui sont focalisés sur une seule et même activité, généralement de nature touristique. Ainsi durant cette période où les touristes étaient aux abonnés absents, ces établissements-là ont vu leurs chiffres d’affaires chuter drastiquement puisque les locaux fréquentent peu ou pas ces endroits. La majorité de ces établissements se situent dans le centre-ville ce qui implique que le centre-ville d’Amsterdam soit trop dépendant économiquement du tourisme. Il faut ainsi permettre aux habitants de se réapproprier leur ville afin qu’ils ne désertent pas certains quartiers au profit des touristes et c’est ce que Amsterdam & Partners souhaite mettre en œuvre. Pour ce faire, la ville doit être (re)pensée pour les amstellodamois et pas uniquement à destination des touristes. Les commerçants doivent diversifier leurs offres et s’adresser à plusieurs cibles afin ne pas être dépendant d’une clientèle en particulier. Ils ne doivent pas négliger les locaux dans leur stratégie commerciale car ces derniers peuvent devenir des clients fidèles contrairement aux touristes. L’organisme a donc pour ambition de suivre un plan de revitalisation et de développement d’une mixité de commerces dans les divers quartiers de la ville afin d’améliorer la qualité de vie de ses habitants.

Nous devons investir maintenant pour avoir une économie touristique positive qui est bénéfique autant pour les acteurs économiques de la métropole que ses résidents.

Geerte Udo, Directrice d'Amsterdam & Partners

L’après Covid

A partir de ce constat plutôt contrasté, Amsterdam & Partners, avec l’aide de différents acteurs touristiques locaux ainsi que les habitants, a élaboré un programme qui comporte 7 axes traçant les grandes lignes du tourisme de demain au sein de la destination. Tous souhaitent à présent œuvrer au développement d’un tourisme plus durable mais aussi mieux contrôlé, une ambition exprimée bien avant l’arrivée du Covid-19. L’objectif étant une meilleure gestion des flux touristiques ainsi qu’une meilleure redistribution des retombées économique dues à cette activité d’ici 2025, année où Amsterdam fêtera ses 750 ans. Cependant la crise a permis à tous de mieux comprendre les enjeux et la nécessité d’une transformation du modèle touristique de la ville.

Le premier axe concerne la typologie des touristes qui viennent à Amsterdam, la ville ne veut plus accueillir des personnes venues seulement pour faire la fête de manière excessive sans respect pour les habitants et la ville. Amsterdam veut à présent attirer des touristes qui viennent pour découvrir ses richesses patrimoniales, culturelles mais également naturelles, des touristes dits « de qualité ». Elle compte ainsi changer d’image en mettant notamment en avant son patrimoine ainsi que ses habitants qui font partie intégrante de son identité. Une campagne à destination des touristes, et plus particulièrement des jeunes touristes, sera lancée afin d’exprimer clairement quels comportements sont acceptables et lesquels ne le sont plus au sein de la ville. L’accent sera dès lors mis sur l’offre culturelle, artistique, gastronomique et de loisirs qu’Amsterdam a à offrir pour ainsi cibler de nouveaux segments clientèles plus en adéquation avec les valeurs de la ville. Il est également envisagé l’instauration d’une taxe de séjour à destination des touristes.

Pour attirer ces « touristes de qualité », il est nécessaire d’apprendre à mieux les connaitre pour savoir par la suite comment les atteindre et les faire venir. Aussi pour proposer un tourisme plus qualitatif, il faut travailler activement sur le problème d’engorgement de certains lieux touristiques en adoptant une stratégie permettant de mieux répartir les flux touristiques sur l’ensemble de la ville. La récolte de données quantitatives et qualitatives relatives aux comportements des touristes est ainsi un bon moyen d’en apprendre plus sur eux. Amsterdam & Partners désire créer un datalab où serait centralisé toutes les données recueillies sur les touristes, à propos de leurs profils, leurs habitudes, leurs comportements ainsi que leurs attentes. Ce lab servirait ainsi de base de données pour des applications telles que celles déjà développées par la ville, comme IGOR (Usage Intelligent des Espaces Publics) et City Card, permettant alors d’informer en temps réel sur les lieux publics bondés ce qui aura comme effet d’inciter les touristes à aller voir d’autres lieux moins visités. Le but étant de mieux cerner les touristes désirés et ceux qui ne sont plus la bienvenue ainsi que de proposer une meilleure expérience client sur place en gérant les flux touristiques parfois trop importants à certains endroits précis. Un dispositif toutefois à nuancer, certaines destinations ont fait l’expérience de ce type de dispositif pour constater que si l’on s’éloigne trop de la demande initiale du touriste, celui-ci ne suit pas les recommandations proposées.

Pour améliorer l’image d’Amsterdam et développer le tourisme durable, l’engagement des entreprises présentes dans la ville est nécessaire. Elles forment toutes ensembles une partie de l’identité de la ville et participent à son attractivité ainsi qu’à son fonctionnement quotidien. Amsterdam & Partners souhaite donc mettre en avant celles qui contribuent à la communauté et qui ont des politiques de RSE et développement durable bien implantées. Il serait ainsi envisagé de leur décerner un label ou équivalent qui démontre leur volonté de rendre Amsterdam meilleur à l’échelle économique, sociale et écologique. Pour l’obtenir, il serait nécessaire de remplir différents critères tels que la durabilité, l’inclusivité, la transparence et l’importance accordée au bien-être de ses employés. Un moyen d’encourager d’autres entreprises à s’engager à leur tour. La ville souhaite également encourager le développement d’entreprises locales et notamment de start-ups en facilitant l’échange avec des entreprises déjà en place depuis plusieurs années pour que ces dernières puissent les conseiller et les accompagner.

Impliquer les habitants dans l’élaboration de stratégies touristiques est indispensable pour faire croître leur sentiment d’appartenance ainsi que de fierté de leur lieu d’habitation. C’est d’autant plus important pour Amsterdam car le tourisme a tendance à être perçu comme nuisible par beaucoup de locaux ; ainsi leur permettre de donner leur opinion et la prendre en compte permet de construire une stratégie qui profite à tous, touristes comme habitants. Amsterdam & Partners propose ainsi de créer des fonds de voisinage pour accompagner les projets portés par des habitants et des entreprises locales au sein de leur quartier. Il est également important de rendre plus visible et touristique certains quartiers qui sont pour le moment délaissés, comme Nieuw-West et Zuidoost, afin de permettre aux personnes l’occupant de profiter des retombés économiques du tourisme. Pour ce faire, il faut créer une identité pour chaque quartier en s’appuyant notamment sur le story-telling, cela aidera également les habitants à s’approprier leur propre quartier. Enfin l’un des objectifs est aussi de pousser les amstellodamois à partir à la découverte des autres quartiers de la ville, cela renforcera ainsi le sentiment de communauté.

Amsterdam & Partners est conscient qu’un vaste nombre de personnes vient dans la ville uniquement pour faire la fête et profiter de certaines offres propres à Amsterdam. Cette fréquentation entraine de nombreux désagréments comme du tapage nocturne et divers comportements irrespectueux, parfois même dangereux. Cette typologie de touristes appartient à une catégorie de voyageurs bien identifiée et se rend à des endroits bien spécifiques de la ville souvent durant la même tranche horaire. Pour lutter contre ce phénomène, le monde de la nuit doit être repensé et amélioré afin d’offrir une expérience bien différente de celle connue actuellement, ce qui permettra par la suite d’attirer de nouvelles typologies de touristes. Il est ainsi envisagé de développer une politique de vie nocturne plus encadrée pour éviter ces « débordements » et celle-ci serait portée par les forces de l’ordre mais également par les commerçants qui doivent s’assurer de responsabiliser leurs clients. Pour les lieux nocturnes fortement fréquentés, une approche managériale proche de celles observées dans les festivals serait une piste intéressante afin de mieux appréhender ces situations. Également, il faut sensibiliser les touristes par des campagnes et autres actions pour leur faire comprendre que mêmes les quartiers dits festifs sont habités par des personnes et qu’il faut donc se montrer plus respectueux.

Certains quartiers d’Amsterdam comme le centre-ville sont devenus au fil du temps inaccessibles économiquement parlant pour les locaux et ils sont également très populaires auprès des touristes, ce qui dissuade les habitants de s’y rendre alors qu’avant ils étaient des lieux de vie comme les autres. En premier lieu, la ville veut lutter contre l’invasion de locations de meublés de tourisme du type Airbnb car une majorité des habitations du centre-ville ne sont actuellement plus de lieux de résidences principales. Aussi le phénomène Airbnb a fait monter en flèche le prix de l’immobilier dans les quartiers touristiques ce qui a donc comme conséquence d’empêcher les locaux de vivre dans ces lieux en raison du prix des loyers qui est bien trop élevé. Amsterdam & Partners souhaite que les locaux puissent se réapproprier leur centre-ville, que cela soit en y habitant à nouveau ou alors en y retournant pour profiter des restaurants, des commerces et autres établissements accueillants du public. Pour rendre cela possible, il faut repenser ces lieux et les rendre à nouveau attractifs pour les résidents en retrouvant l’identité originelle de la ville.

Amsterdam est une ville très touristique qui observe donc des larges regroupements de personnes à de nombreux endroits mais qui sont constitués de touristes comme de locaux, les transports accentuant cet engorgement. Dès lors, il serait envisagé de restreindre l’accès à certaines zones voire à l’interdire dans certains cas pour des modes de transport tels que la voiture. L’accent serait donc mis sur la création de plus de zones dédiées aux piétions ainsi qu’aux cyclistes qui sont nombreux dans la ville, cela permettrait de réduire le trafic routier parfois très dense. La solution fluviale est également préconisée pour désengorger les rues tout en offrant une alternative de transport durable. Aussi, en plus de travailler sur la redistribution des flux, il faut également penser à améliorer les espaces publics pour que ceux-ci soient plus verts, plus propres et plus sûrs. Toujours dans l’optique de diffuser la fréquentation de manière plus homogène, il serait bon de mettre en lumière des attractions touristiques hors du centre-ville en améliorant la communication dessus. Il faut montrer tant aux touristes qu’aux habitants toutes les richesses d’Amsterdam, des attractions phares aux plus confidentielles.

 

Ainsi Amsterdam avait déjà commencé à imaginer sa nouvelle stratégie touristique visant à attirer des voyageurs « de qualité » en choisissant d’en accueillir moins mais de mieux les cibler pour avoir des touristes en phase avec les valeurs portées fièrement par la ville. La crise sanitaire a finalement servi à accélérer ce processus de réflexion en mettant aussi en lumière des problèmes qui étaient moins visibles auparavant. La question de la durabilité est également un axe tenant une grande place au sein de leur plan de développement touristique, la nature étant très présente au sein de la Venise du Nord et l’écologie faisant partie intégrante du quotidien des amstellodamois. Amsterdam & Partners met ainsi tout en place pour construire le tourisme de demain dans la ville, un tourisme durable, contrôlé et de qualité.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?