Accéder au contenu principal

Tendances

En RDC, l'écotourisme vient défricher un marché touristique à potentiel

Quatrième pays le plus peuplé d’Afrique avec 82 millions d'habitants, la République Démocratique du Congo dispose aussi du second plus vaste territoire du continent. S’étirant entre l’Océan Atlantique et la région des Grands Lacs, le pays offre à la fois une diversité culturelle et des richesses naturelles importantes. Aujourd’hui, près de 11% de la superficie du pays est constituée d’aires de conservation, afin de protéger sa faune et sa flore exceptionnelles : entre forêt équatoriale, savanes de haut-plateaux, et volcans indomptables, la RDC a bien des qualités à faire valoir pour développer son tourisme.

Malgré ses atouts et son patrimoine naturel très riche, avec 5 sites reconnus "patrimoine mondial" de l'UNESCO (et 3 sur liste indicative), les conflits qui ont ravagé la RDC, ou Congo-Kinshasa, ont empêché l'essor du tourisme dans le pays. Celui-ci est l’un des pays les plus pauvres au monde : près de 87% de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté, et son Indicateur de Développement Humain est parmi les plus bas de la planète. Devant ce constat, les autorités ont pris la décision d’amorcer une diversification de l’économie du pays. Quoi de plus naturel pour ce géant africain que de mettre en avant son potentiel touristique ? D'autant que le pays avait vu nombre de touristes occidentaux et asiatiques affluer dans les années 1970. Mais d’après les données de la banque mondiale, seulement 191,000 visiteurs internationaux se sont rendus en RDC en 2013. Bien qu’aucune donnée officielle ne soit disponible, les recettes liées au tourisme sont estimées à moins de 1% du PIB du pays, signe du retard de développement dans le secteur. L'objectif du plan directeur national pour le développement du tourisme, élaboré en 2014, est d'en tripler l'importance pour l'économie à l'horizon 2020.Le gouvernement, à travers le Ministre du Tourisme de la RDC Elvis Mutiri wa Bashara, a affirmé sa volonté de faire du tourisme « le troisième pilier de croissance » de l’économie nationale, aux côtés de l’agriculture et de l’industrie minière. Cela s’inscrit dans un contexte plus favorable pour les investissements, alors que la croissance du PIB devrait atteindre les 10% en 2015, et que l’inflation a fortement reculé. Dans cette optique, le pays compte attirer les investissements privés nationaux comme étrangers, et relancer le secteur à travers la multiplication des projets de partenariat public-privé. La coopération internationale atteint aussi un niveau sans précédent : le pays vient de signer des protocoles d’accord avec l’Afrique du Sud, alors que des programmes d’aide spécifique existent avec l’Union Européenne et plusieurs de ses pays-membres en vue de soutenir le développement des services et de l’offre touristique de la RDC. L’objectif est de rendre son tourisme de nouveau attractif, et de rapprocher son offre des standards internationaux. En 2014, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a par ailleurs annoncé la mise en place d’un programme de soutien à l’industrie touristique de la RDC, son Directeur reconnaissant que le pays avait un potentiel pouvant lui permettre de devenir une grande destination touristique du continent, à l’instar du Maroc, du Kenya ou de l’Afrique du Sud. Avec la création de sites d’hébergement, la réhabilitation des parcs nationaux, la promotion du tourisme vert et la construction de nouvelles voies d’accès aux principaux sites, le pays est sur le point d’amorcer un chantier des plus ambitieux pour la diversification de son économie. Une centaine de projets d’investissement touristiques sont en cours en RDC, dont 85 concernent l’hôtellerie. Des partenariats public-privé – en particulier avec des entreprises étrangères - ont par ailleurs permettre la réhabilitation et le renforcement de la capacité d’accueil de plusieurs hôtels, une stratégie amenée à se généraliser dans les années à venir. Le pays comptait en 2014 plus de 3,500 hôtels et lodges, pour une offre de 46,000 lits environ. Parmi les plus prestigieux établissements du pays, on compte notamment le Pullman Kinshasa Grand Hotel, adresse historique opérée par le groupe Accor depuis octobre 2014 et rouvert après rénovations cette année. Le Kempinski Hotel Fleuve Congo Kinshasa est quant à lui géré par le groupe allemand depuis février 2014. Seul établissement cinq étoiles de la seconde ville du pays, le Grand Karavia Hotel de Lubumbashi a été réhabilité en 2010 grâce à un partenariat avec la société britannique Lonrho.En août dernier, le Ministre du Tourisme a officialisé le début des travaux de la première école supérieure professionnelle d’hôtellerie de la RDC. Situé à Matebe, l’établissement devrait accueillir sa première promotion dès septembre 2016. Cette inauguration s’inscrivait dans le cadre d’une visite au Nord Kivu portant sur la relance des activités de l’industrie touristique, et donnant la priorité au sous-secteur de l’écotourisme. Le Ministre Elvis Mutiri wa Bashara a par ailleurs annoncé le lancement d’un incubateur d’entreprises afin de donner aux jeunes diplômés la possibilité de créer leur propre société, en particulier dans le domaine du tourisme. La RDC s’engage donc dans un processus de long terme afin de peu à peu rattraper le retard causé par les tragiques conflits dans l’est du pays. La seule création d’un Ministère du Tourisme en 2014 revêt une importance toute particulière pour le pays : ce dernier en était privé depuis près de dix ans.C’est certainement dans la province du Nord Kivu que le renouveau de l’offre d’hébergement apparaît comme le plus évident. Un site d’hébergement touristique haut de gamme a récemment ouvert ses portes sur l’île de Tchegera : proposant des chambres modernes entièrement équipées sur un site respectant les dernières normes écologiques, il offre aussi la possibilité de séjours sous des tentes tout confort. L’île est située dans le mythique Parc National des Virunga à l’est du pays, patrie des gorilles des montagnes offrant des paysages spectaculaires –établi en 1925 et site UNESCO depuis 1979, il est par ailleurs le plus ancien parc naturel d’Afrique. Malgré les dangers que l’exploitation pétrolière ou l'instabilité politique font peser sur le parc, ce dernier a néanmoins connu une hausse sensible de la fréquentation ces dernières années. En 2015, près de 3000 touristes ont visité le secteur sud du parc, qui permet d’admirer ses huit volcans et leurs lacs de lave, ou de se rapprocher au plus près des gorilles des montagnes. Ce chiffre était de zéro en 2008, les sanglants conflits régionaux ayant forcé les autorités à fermer le parc durant plusieurs années. Le renouveau de ce parc symbolique est primordial pour le secteur touristique du pays. Le documentaire Virunga, nommé aux Oscars (et produit par Leonardo DiCaprio), a notamment contribué à médiatiser l’histoire du parc et les efforts exceptionnels de ses équipes afin de le protéger contre les ravages des groupes armés et des braconniers, ou plus récemment de l'impact des compagnies pétrolières.Ouvert cette année à Rumangabo, le lodge de luxe Mikeno est lui aussi venu renforcer l’offre hôtelière du parc. Ses pavillons nichés au cœur de la forêt permettent d’accéder facilement aux pentes du volcan Nyiragongo. Ce stratovolcan abrite le lac de lave le plus étendu au monde, tandis que ses contreforts de verdure renferment une richesse animale exceptionnelle : guibs harnachés, chimpanzés et autres espèces de singes. Pour les plus audacieux, douze abris sont situés le long d’une crête au sommet du volcan : s’ils n’offrent pas le même confort que les lodges précédemment évoqués, les vues offertes sur le cratère et les plaines des alentours sont sans pareilles. Les touristes sont invités à y passer la nuit ; l’hébergement est compris dans le permis d’ascension du volcan. Une initiative originale qui saura certainement convaincre les visiteurs à l’âme aventurière, d’autant plus que les tarifs pratiqués sont bien plus abordables que dans d’autres destinations africaines plus courues par les touristes, comme le Kenya ou l’Afrique du Sud.C’est aussi dans le domaine des infrastructures que la RDC compte bien rattraper son retard, une donnée essentielle afin d’attirer de nouveaux visiteurs. Sur le millier de sites touristiques répertoriés par le Ministère du Tourisme, près de 400 ne disposent pas de voies d’accès suffisantes, ou se trouvent dans des zones n’offrant pas la sécurité nécessaire. En août de cette année a ainsi été inauguré un nouvel axe routier à partir de Goma, permettant un accès facilité au site de Bukima au cœur du parc. Un hébergement de charme y reçoit déjà ses premiers visiteurs, dans un village de tentes au pied des volcans. De la même manière, la réouverture de l’aéroport international de Goma en juin 2016 devrait faciliter le retour des touristes dans la région – près de 13 ans après qu’une éruption du volcan Nyiragongo avait rendu sa piste impraticable. Trois autres aéroports internationaux du pays sont par ailleurs en cours de modernisation : il s’agit des aéroports de Kinshasa, de Lubumbashi et de Kinsangani. Le domaine des infrastructures revêt une importance stratégique toute particulière pour ce pays au cœur géographique de l’Afrique, qui dénombre pas moins de neuf pays frontaliers.La stratégie touristique du pays s’inscrit par ailleurs dans un cadre de coopération transnationale, fondamentale dans cette région. Le 22 septembre dernier, la RDC, le Rwanda et l’Ouganda ont signé le Traité de collaboration transfrontalière du grand Virunga (GVTC). Ce dernier prévoit une collaboration accrue dans le domaine de la protection de l’environnement et du patrimoine, et insiste notamment sur le nécessaire développement du tourisme durable pour ces trois pays de la sous-région des Grands lacs, visiblement prêts à tourner la page des conflits passés pour travailler ensemble à la revitalisation de ce secteur stratégique. Le Traité encadre notamment la promotion de l’écotourisme, comme « un des maillons importants du secteur touristique » de cette région à la biodiversité sans pareille. Plus largement, la mise en place de circuits touristiques interconnectés avec les pays voisins fait partie de la stratégie de renouveau touristique du pays.Si le cas du massif des Virunga est symbolique pour le tourisme de la RDC, il ne représente à l’échelle de cet immense pays qu’une part de son offre touristique si prometteuse. Le pays dispose de huit parcs nationaux et de plus de soixante réserves et domaines naturels. Plusieurs d’entre eux sont d’ailleurs inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Au nord-est du pays, le Parc National de la Garamba présente une mosaïque naturelle à la biodiversité exceptionnelle, entre savanes, marécages et forêts. Il abrite notamment quatre des plus grands mammifères au monde : l’éléphant, le rhinocéros blanc, la girafe et l’hippopotame. Le Parc national de Kahuzi-Biega héberge les derniers gorilles des plaines entre ses volcans éteints. Autre site UNESCO, le Parc National de la Salongo occupe le bassin central du fleuve Congo sur presque 3,5 millions d’hectares – c’est la plus grande aire protégée de forêt tropicale du continent. De la même manière, la RDC compte bien mettre en avant son patrimoine culturel et humain. Le pays rassemble ainsi des centaines d'ethnies aux traditions et coutumes souvent méconnues, mais néanmoins passionnantes. La richesse du pays dans le domaine est illustrée par la diversité des langues qui y sont parlées : bien que le français y soit la langue officielle, on y décompte près de 200 langues régionales. En termes de tourisme, les richesses du pays ne manqueront donc pas de convaincre des visiteurs internationaux de plus en plus nombreux. Après des années de conflits et de souffrance, l’exemple de la régénération des régions du Katanga ou du Nord Kivu laisse espérer des jours plus cléments pour ce géant au cœur de l’Afrique, où l'industrie du tourisme se développe dans un terrain presque aussi vierge que celui de ses vastes forêts.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?