Accéder au contenu principal

Analyses

Cargaison de bonnes nouvelles pour les hôteliers de Rotterdam

Après avoir vu son offre hôtelière s'enrichir fortement au cours de ces dernières années, le port batave affiche des performances particulièrement encourageantes en cette fin d'année 2015. En ayant fait le pari audacieux d'un urbanisme porté par le design et l'architecture contemporaine, cette ville au cœur industriel du continent s'affirme comme une destination de premier plan pour l'hôtellerie européenne.

Alors que les résultats de l'année 2014 avaient été particulièrement décevants, avec notamment un RevPAR en baisse de -1.5%, la tendance semble enfin s'inverser sur les rives de la Nouvelle Meuse. C'est en particulier la hausse du taux d'occupation qui explique cette embellie pour l'hôtellerie du grand port hollandais : ce dernier est en hausse de 6,1 points de janvier à octobre - contre une augmentation de 2,5 points seulement pour les Pays-Bas dans leur ensemble.Les prix moyens sont quant à eux restés relativement stables par rapport à l'année précédente, accusant même un léger reflux de -0,2%. Cela n'a cependant guère d'incidence, car avec un RevPAR en hausse de 9,8% sur les dix premiers mois de l'année, les hôteliers de Rotterdam se satisferont de cette année bien remplie, et pourront ajuster les prix à l'avenir. Après la capitale Amsterdam (+11,5%), la seconde ville du pays enregistre la meilleure performance des Pays-Bas en 2015. Et elle est sur le point de conclure l'année en beauté ; comme en témoigne l'envolée du RePAR en octobre. Cette hausse spectaculaire est à mettre sur le compte du remplissage plus que satisfaisant des hôtels de la ville - avec une hausse de 15 points du taux d'occupation.Performances hôtelières mensuelles à Rotterdam de Janvier à Octobre 2015La performance de Rotterdam est indissociable du fait que son parc hôtelier a sensiblement progressé au cours de la période récente : la seule année 2014 a vu son parc d'hôtellerie de chaînes croître de 17%, gagnant 530 chambres au total. La ville a accueilli un nouvel hôtel ibis, ou encore le design avant-gardiste de l'adresse Inntel Hotel Rotterdam Centre, pensé par le cabinet WAM Architecten. Mais l'addition la plus marquante à l'offre hôtelière du port demeure néanmoins l'arrivée de l'enseigne Nhow de NH Hotels dans l'immeuble le plus volumineux du pays. Situé dans 23 des 44 étages du titanesque bâtiment De Rotterdam, surplombant le Pont Érasme, l'adresse de 278 chambres fait la part belle à l'art et à l'architecture - des atouts majeurs pour la ville batave dans son ensemble.Dans ce contexte de très forte expansion récente de l'offre, les performances hôtelières de la ville avaient longtemps été assez nettement en-deçà des standards du pays, avec un taux d'occupation moyen de 62,5% sur l'ensemble de l'année 2014 (source : European Hospitality Report 2015), la croissance du parc contraignant alors les hôtels à ajuster leur prix (-4,5% en 2014). Mais cette dynamique de croissance de l'offre a soutenu la croissance structurelle de la demande, amplifiée par les gains de compétitivité induits par la baisse des prix. L'an dernier, le nombre de visiteurs dans les hôtels de Rotterdam a ainsi progressé de près de 7%. En considérant la hausse des nuitées, le changement est encore plus évident : ces dernières sont en hausse de 13% entre 2013 et 2014. Plus largement, l'hôtellerie de la ville s'est bien rétablie ces cinq dernières années, après avoir traversé une période difficile entre 2007 et 2008 : les hôtels de Rotterdam avaient alors vu leur fréquentation chuter de plus de 50 000 nuitées. Le cap des 1,5 millions de nuitées devrait être franchi cette année, alors que l'internationalisation de la clientèle est de plus en plus évidente ; 51,5% des clients étaient d'une nationalité autre que néerlandaise dans les hôtels de la ville l'année dernière. Les visiteurs britanniques, puis les voisins allemands, belges et français, y sont les plus nombreux. Évolution du nombre de nuitées hôtelières à Rotterdam entre 2007 et 2014Et c'est en 2015, dans un contexte européen globalement favorable pour l'hôtellerie, que les établissements de la ville ont fini par récolter les fruits de cette hausse de long terme de la demande à travers un net rebond de leurs taux d'occupation, qui étaient restés à quai ces dernières années (2008-2014), du fait du contexte économique global puis de l'expansion du parc.La demande hôtelière de Rotterdam s'appuie sur un tourisme d'affaires de tout premier plan : premier port européen, la ville est le siège de nombreuses sociétés internationales (Unilever, Eneco, Robeco, etc.). Avec l'Université Érasme, le port compte aussi l'une des toutes meilleures universités du continent. Au-delà de ces qualités, Rotterdam a néanmoins su diversifier son tourisme de loisir, avec une offre différenciée de celle d'Amsterdam. La cité portuaire compte plusieurs musées majeurs, dont certains résolument ancrés dans la modernité, tels le Netherlands Architecture Institute ou le Witte de With Center for Contemporary Art. Sur le plan de l'urbanisme, c'est une véritable métamorphose que traverse la ville depuis une vingtaine d'années.Avec la multiplication des haut lieux de la culture et de la vie nocturne tels que le WORM, Rotterdam est aussi progressivement devenue un point de rencontre culturel ambitieux. D'un point de vue événementiel, le Festival international du film de Rotterdam se tient chaque année pour une dizaine de jours à la fin du mois de janvier. La ville accueille aussi depuis 2008 le North Sea Jazz Festival, qui rassemble de nombreux artistes internationaux - et un nombre croissant de visiteurs. Le Marathon de Rotterdam, le plus populaire du pays et l'un des dix plus importants au monde, a quant à lui lieu chaque mois d'avril. L'évènement a d'ailleurs contribué à la nette hausse du RevPAR de 28% enregistrée sur le mois en 2015.Ainsi, la ville de Rotterdam semble aujourd'hui dépasser sa réputation de centre portuaire et industriel. La métamorphose ambitieuse de ces dernières années lui permet enfin d'exprimer sa différence, et confirme sa dimension nouvelle en tant que destination design et culturelle à part. Il n'est guère étonnant que le New York Times ou les Rough Guides aient tous deux placés Rotterdam dans leur Top 10 des villes à découvrir l'an dernier. Si les marins ne sont pas prêts de quitter les docks du port batave, ils ont déjà été rejoints par les amateurs d'art, les noctambules, et par bien d'autres visiteurs en quête d'une expérience touristique originale.

Vous aimerez aussi :

  • Nhow s'installe à Rotterdam
  • InterCityHotel ouvre une adresse à Rotterdam
  • Worldhotels ajoute un établissement hollandais à son réseau
  • Ces hôtels complètement perchés

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?