Accéder au contenu principal

Analyses

Novembre 2022 : L’hôtellerie française se maintient à l’équilibre

Les vacances de la Toussaint (qui se sont étendues du 22 octobre au 7 novembre) combinées au weekend prolongé du 11 novembre ont motivé les Français à partir en séjour en novembre. Les clientèles internationales et d’affaires ont également répondu présentes et cela s'est traduit par de bons niveaux d’activité sur les grandes agglomérations françaises. Bien entendu, l’effet de saisonnalité n’a pas permis des performances extraordinaires, mais il ne manque cependant plus grand-chose pour que le niveau de fréquentation revienne à ses niveaux d’avant-crise (-2,6 points seulement). Par ailleurs, des mouvements sociaux en milieu de mois ont perturbé la dynamique des déplacements sur l'Hexagone.

Si la dynamique novembre 2022 vs. 2019 (+8%) a été moins bonne que celle observée entre octobre 2022 et 2019 (+22%), les résultats du mois restent bons. Grâce à un prix moyen qui a augmenté de 13,1%, le pays a en effet pu afficher un RevPAR à +8,7 %. 

En novembre le taux d’occupation, au niveau national, s’élève donc à 61,8 % (soit -2,6 points relativement à 2019) : le segment super-économique est finalement celui qui parvient à rattraper le mieux son retard relativement à novembre 2019 avec un écart de seulement -1,1 points tandis que le haut de gamme affiche toujours -7 points. Même si la fréquentation ne se rétablie pas tout à fait ce mois-ci sur l’ensemble des segments, la hausse des prix moyens permet toutefois des croissances de RevPAR comprises entre 5 et 10%, sur l'ensemble des gammes . Le moyen de gamme affiche la meilleure progression en ce mois de novembre par rapport à l'avant-COVID (+10,1% de RevPAR) tandis que l’économique est le segment qui progresse le moins vite (+5,6% seulement en termes de RevPAR) en raison d’une hausse des prix plus modérée (+10,2% vs. 21,2% sur le haut de gamme !).

 

Si la fréquentation flirte avec les niveaux de novembre 2019, sans pour autant y parvenir sur l'ensemble des territoires, c'est la Province qui s'en sort le mieux. Elle enregistre un écart de seulement -1,5 points tandis que Paris affiche un écart de -3,8 points et l’Ile-de-France hors Paris -5,5 points. En revanche, si le prix moyen affiche une nette croissance relativement à l’avant-crise (+13,1%), celle-ci s’explique avant tout par la hausse des prix moyens parisiens (+23,2%) qui permet inéluctablement au RevPAR parisien de s’élever à 157,8€, soit +17,5%. A titre de comparaison, la Province affiche une variation de prix moyens de +9,8% comparé à novembre 2019 et une hausse de RevPAR de 7,2% tandis que l’Ile-de-France hors Paris bataille encore avec un écart de RevPAR à -2% en raison d’une hausse de prix moyen nettement plus contenue (+6,2%).

Excepté la Corse, l’ensemble des régions a affiché en novembre des niveaux de RevPAR nettement supérieurs à ceux de 2019. Le Centre Val de Loire, la Bretagne et l’Ile-de-France se sont légèrement démarquées avec des hausses de RevPAR supérieures à 10% relativement à novembre 2019.

Côté fréquentation, seules la Bretagne (+0,7 points), le Centre Val de Loire (+0,4 points) et la Nouvelle Aquitaine (+0,2 points) parviennent à dépasser leurs taux d’occupation d’avant-crise, mais côté prix l’Ile-de-France marque une grande différence avec une hausse des prix à +17,6%.

A l'échelle plus locale, les grandes agglomérations reprennent du poil de la bête en novembre : Strasbourg (11,4%), Toulon (15,2%) ou Paris (10,5%), Marseille Aix en Provence (13,2%) passent la barre de +10% de croissance en novembre 2022 vs. 2019, attestant de la reprise de l’activité économique et d’affaires. Même Toulouse qui avait pourtant vu son activité hôtelière mettre du temps à redémarrer affiche désormais une croissance de 6% en termes de RevPAR.

Malgré l’approche des fêtes de la fin d’année, les menaces de coupures d’électricité et la situation économique des Français, l’hôtellerie française est-elle toujours aussi résiliente ? Le mois d’octobre avait affiché +22% de différence d’activité avec octobre 2019, novembre 2022 n’enregistre que 8,7% de différence avec novembre 2019, quelle direction prendra la dynamique en décembre ? A ce stade, les taux de réservation pour la saison hivernale 2022-2023 restent encourageants.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?