Accéder au contenu principal

Analyses

Novembre 2022 : L’hôtellerie européenne ralentit dans sa reprise

Après un mois d’octobre encore « estival » qui s’est traduit par de belles performances, la dynamique de reprise semble s’essouffler légèrement en novembre. Bien qu’un certain nombre de pays soit parvenu à afficher des niveaux de RevPAR supérieurs à 2019, d’autres à l’instar de l’Allemagne, l’Autriche et le Benelux repassent même dans le rouge ce mois-ci. Epidémies de grippe, retour du Covid, instabilité géopolitique, timide retour des clientèles étrangères, changement de saison, la santé de l’hôtellerie européenne serait-elle de nouveau menacée ?

Au niveau global, l’hôtellerie européenne affiche en novembre un RevPAR supérieur à l’avant-crise avec une croissance de +3,5%, un résultat positif mais qui s’était montré plus encourageant dernièrement. La dynamique reste tirée vers le haut par les prix moyens : l’écart de prix moyen versus la période pré-Covid affiche un écart de +12,2% en novembre versus novembre 2019. Le taux de fréquentation reste également correct à l’échelle européenne avec un écart de seulement -5,5 points comparé à novembre 2019.

 

Et en ce mois de novembre, la Hongrie affiche la plus forte hausse d’activité (+14,6% en termes de RevPAR relativement à novembre 2019) expliqué par le prix moyen en hausse de 38,5% biaisé par le taux d’inflation qui a atteint les 22,5 % en novembre, l’un des plus élevés d’Europe. Sa proximité avec l’Ukraine a également pu jouer « en faveur » de l’hôtellerie hongroise. De la même manière, la Pologne a affiché ce mois-ci +13,3% de hausse de RevPAR vs. 2019 tiré par une croissance de +19,5% du prix moyen. Comparé à la Hongrie qui affiche encore un écart de fréquentation à plus de 13 points des niveaux d’avant-COVID, la Pologne quant à elle n’est plus qu’à 3,7 points de ses standards.

Exception faite de la Hongrie, c’est l’Europe du Sud qui affiche encore les meilleures performances de reprise avec le Portugal qui signe également un RevPAR en hausse de 14,6% ce mois-ci vs. l’avant-COVID en raison d’un prix moyen en hausse de +24,2% lorsque la Grèce signe une croissance de 14,2% grâce à une évolution de ses prix moyen de +12,2%. Mais notons que la Grèce est également le seul pays à être parvenu à des niveaux de fréquentation meilleurs qu’avant-COVID avec un taux d’occupation en hausse de 1,1 points vs. novembre 2019. L’Espagne et l’Italie sont moins en avance avec des hausses de RevPAR respectives de 8,6% et 5,4% relativement à l’avant-COVID permises par des prix moyens en hausse de +18,7% et +16,9% alors que les taux de fréquentation sont encore à -4,3 points pour l’Espagne et -8 points pour l’Italie des standards d’avant-crise.

Le Royaume-Uni performe tout particulièrement bien ce mois-ci avec un RevPAR à +12,6%. Si comme partout ailleurs, le prix moyen justifie cette hausse, le taux de fréquentation britannique avoisine également ceux de 2019 (un écart de seulement 2,1 points).

La France retrouve également peu ou prou sa fréquentation en novembre avec un écart vs. 2019 similaire au Royaume-Uni (-2,6 points). Cependant, le pays qui était parvenu les mois précédents à dépasser les niveaux d’avant-COVID ne performe donc pas aussi bien ce mois-ci (versus 2019). Si le mois de novembre est toujours marqué par des performances hôtelières moindres relativement au reste de l’année, les vacances de la Toussaint et les weekends prolongés auraient pu avoir un impact plus fort, 2 ans après le Covid.

Mais la France n’est pas à plaindre comparé à ses voisins : qu’il s’agisse du Benelux, de l’Autriche ou de l’Allemagne, aucun n’est parvenu à retrouver son activité en novembre. L’Allemagne signe encore un écart de -8,8% en termes de RevPAR comparé à novembre 2019, l’Autriche -0,9% lorsque les Pays-Bas et la Belgique signe des baisses respectives de -0,2% et -5,8%. Le Luxembourg quant à lui fait parti des pays européens à souffrir encore le plus avec un écart de RevPAR estimé à -13,8%. Si les taux d’occupation sont encore en retard (environ -10 points comparé à novembre 2019) en raison de la dépendance de ces pays aux clientèles internationales et business, les prix moyens n’ont pas non plus connu des croissances significatives : +0,4% seulement au Luxembourg et 6,4% en Allemagne. Ils ont en revanche été plus importants en Autriche et en Belgique avoisinant les 15%.

Si le segment haut de gamme s’en sort moins bien à l’échelle européenne côté fréquentation (-7,9 points vs. 2019 contre -2,7 points sur le segment budget), il rattrape son retard par une hausse plus conséquente des prix moyens (+15,5% contre 11,2% sur le segment budget) permettant finalement de trouver un équilibre supérieur à celui de novembre 2019 en termes de RevPAR (+3,2%)

Le mois de novembre n’a pas été transcendant pour l’hôtellerie européenne mais les résultats sont satisfaisants compte tenu de la situation : période d’épidémie (grippe et retour de Covid), conflits géopolitiques, mouvements sociaux, météo peu clémente… Les vacances de Noël sauront-elles redonner un coup d'accélérateur aux hôteliers européens ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?