Moyen-Orient : quelles destinations performent le mieux durant le Ramadan ?

15 min de lecture

Publié le 30/05/23 - Mis à jour le 30/05/23

Casa de alá, La meca y Mezquita.

Chaque année, le ramadan a un impact sur le tourisme et l’industrie hôtelière dans les pays du Moyen-Orient. Dans certains pays, la vie est à l’arrêt la journée, dans d’autres, la vie continue au ralenti. Quid du tourisme et des hôtels pendant le mois de jeûne ? La fin du ramadan et l’aïd al-fitr ont-elles un fort impact sur l’activité hôtelière ? Nous allons voir quelles sont les tendances hôtelières et les destinations qui se démarquent lors de cette période.

Le ramadan est l’un des cinq piliers de l’islam, pendant lequel les musulmans du monde entier pratiquent le jeûne et l’abstinence entre le lever et le coucher du soleil. L’année dernière, le ramadan avait débuté le samedi 2 avril, le dimanche 3 et le lundi 4 dans d’autres pays. Cette année, le mois de ramadan a débuté le jeudi 23 mars dans un certain nombre de pays et le 24 dans les autres. Il a donc débuté dix jours plus tôt qu’en 2022. Il s’est achevé le mercredi 20 avril au soir et le jeudi 21 pour les pays ayant commencé un jour plus tard que les autres. La fête de l’aïd al-fitr, qui clôture le ramadan, a ainsi eu lieu vendredi 21 avril et samedi 22.

Performances du mois de mars 2023 : le Moyen-Orient a-t-il été attractif en ce début de ramadan ?

Cette année, le ramadan est tombé pendant la haute saison touristique au Moyen-Orient qui court d’octobre à mai. En effet, au Moyen-Orient, l’été correspond à la basse saison touristique étant donné les fortes chaleurs qui surviennent ces mois-là. Cela correspondait également aux vacances d’avril. Pour certaines destinations, le ramadan a même eu un impact très positif sur l’industrie hôtelière, que ce soit pendant et après la période.

En mars, les trois pays qui ont le mieux performé sur la période du ramadan sont par ordre chronologique : les Émirats arabes unis, l’Egypte et l’Arabie Saoudite.

Emirats arabes :

Les Émirats arabes affichent un taux d’occupation à 81,60% pour 160,3 USD de prix moyen et 130,7 USD de RevPAR. En revanche, ils perdent en performances par rapport à 2022 : -6,8 pts, -10,1% et -17% mais augmentent par rapport à 2019, sauf en occupation : -5,5 pts, +13,8% et +6,6%.

La Plage de Jumeirah à Dubaï affiche un taux d’occupation de 84,4%, suivie par Dubaï (83,20%) et Dubaï City (81,60%). Abu Dhabi les talonne avec 79,80%.

Quid du Ramadan aux Emirats arabes ?

Dubaï est une ville cosmopolite qui regroupe un grand nombre d’expatriés et de résidents de nationalités et religions différentes. Le respect de la culture locale est très important, il faut adopter les bons comportements et observer certaines règles pendant le Ramadan en tant que touristes étrangers. Pendant le mois du jeûne, la ville s’adapte et ralentit son rythme : les horaires de travail sont réduits et les pauses en pleine journée sont fréquentes.  

En journée, et ce jusqu’au coucher du soleil, il est interdit de manger, boire ou fumer dans les lieux publics de Dubaï sous peine d’une amende. Cela inclut les stations de métro, les bus, le vieux Dubaï et même l’une des nouvelles promenades chics de Dubaï. En revanche, depuis 2021, des restaurants et des cafés ainsi que des aires de restauration restent ouverts aux touristes pendant la journée contrairement à avant, où ils leur fallaient de licences spéciales pour servir des repas pendant les heures de jeûne. Les résidents et les touristes qui ne jeûnent pas peuvent également trouver des bars ouverts le soir et consommer de l’alcool. Il est donc possible de sortir le soir pendant le Ramadan sans pour autant trouver de fêtes ou soirées organisées. Les nuits restent calmes mais la ville reste animée jusque tard.

Visiter Dubaï en cette période permet d’éviter la foule et de découvrir les coutumes du ramadan, comme celle de l’Iftar, le repas pris chaque soir après la rupture pour rompre le jeûne, une fois le soleil couché. Les hôteliers proposent des tarifs réduits afin d’attirer les visiteurs.

La situation est similaire à Abu Dhabi : le ramadan est une bonne période pour le tourisme et de nombreux hôtels proposent des offres spéciales à cette occasion afin de partager les coutumes locales lors du ramadan.

Egypte :

L’Egypte enregistre un taux d’occupation à 70,80% pour 104,3 USD de prix moyen et 73,8 USD de RevPAR avec de très bonnes évolutions positives par rapport à 2022 : + 13,7 pts, + 34,50% et + 66,70% et par rapport à 2019 : + 1,9 pts, +56,60% et + 61,00%.

Les villes qui ont le mieux performé en occupation sont Sharm El Sheikh et Sinai Peninsula toutes deux à 83,8% suivies par la capitale du Caire, à 73,9%.

Quid du Ramadan en Egypte ?

L’Egypte est le pays qui compte le plus de musulmans au sein du monde arabe. Or, le pays attire de nombreux touristes qui ne sont pas forcément musulmans. Aussi, les Egyptiens se sont adaptés aux visiteurs en rendant le mois du ramadan attractif pour les étrangers non pratiquants car ces derniers évitaient de voyager pendant cette période. Les cafés, les restaurant et les magasins restent ouverts toute la nuit et les maisons, cafés et mosquées sont illuminés pas des lanternes et décorations. Des plats spéciaux, des boissons et des bonbons liés au mois de Ramadan sont proposés dans les établissements. Le Ramadan en Egypte est un vrai festival, particulièrement dans la capitale du Caire. De plus, les prix sont plus bas pendant le ramadan afin de mieux promouvoir les voyages. Cependant, la journée, l’activité de la vie est à l’arrêt dans une grande partie du pays et les musées sont susceptibles de fermer plus tôt et les transports publics ne sont pas à l’abri de subir des perturbations.

Arabie Saoudite :

L’Arabie Saoudite affiche un taux d’occupation de 66,20% pour un prix moyen de 202,8 USD et un RevPAR de 134,2 USD avec des évolutions négatives en taux d’occupation et positives en prix moyen et RevPAR par rapport à 2022 : -7,5 pts, +55,30% et +39,60%. Par rapport à 2019, le niveau en occupation est quasiment rattrapé avec -0,5 pts et dépassé en termes de prix moyen et RevPAR : + 58,00% et +56,90%.

La ville en tête des performances d’occupation est Jeddah (74,60%), suivie par La Mecque (65,40%) et Riyadh (65,10%) qui sont quasi aequo.

Quid du Ramadan en Arabie Saoudite ?

Le Royaume d’Arabie Saoudite est une destination religieuse phare pour les musulmans étant donné qu’elle abrite les deux plus grands lieux saints de l'islam : la mosquée al-Harâm à La Mecque et la mosquée du Prophète à Médine. Sa capitale Riyad est la plus grande ville du pays qui s’étend sur 1 554 kilomètres carrés pour 6,2 millions d’habitants. C’est une capitale économique et politique qui se situe en plein centre du pays.

Le tourisme religieux est un enjeu économique important pour le royaume saoudien, notamment pour l’activité hôtelière. Après le Covid, beaucoup de complexes hôteliers et infrastructures ont été construits afin de développer cette source de revenu. Les deux destinations clés en matière de tourisme religieux sont La Mecque et Médine :

La Mecque est une ville sainte et une capitale religieuse d’ordre mondiale. C’est vers elle que se tournent les fidèles lorsqu’ils prient. C’est également la troisième plus grande ville du pays avec environ 1,7 million d’habitants.

Médine quant à elle, est la deuxième capitale religieuse du pays car c’est le lieu où est enterré le prophète Mahomet et c’est ici que se trouve la première mosquée jamais construite. Elle compte environ 1,3 million d’habitants.

Le pèlerinage qui attire le plus de visiteurs chaque année est celui du Hajj, suivi par celui de la Omra.

La Omra

La Omra ou Umra, qui signifie « petit pèlerinage », est une forme de pèlerinage à la ville sainte de La Mecque (Arabie saoudite) qui n’est pas obligatoire contrairement au hajj. Il peut s’effectuer tout au long de l’année et dure cinq ou six jours.

Le meilleur moment pour accomplir ce pèlerinage est le Ramadan car il est considéré comme un mois béni où même les plus simples bonnes actions récoltent de multiples récompenses. La récompense serait même équivalente à l’accomplissement du pèlerinage annuel du Hajj. Beaucoup de musulmans vont donc se déplacer vers les villes saintes à cette occasion.

Les vacances de printemps au mois d’avril sont également privilégiées pour effectuer le pèlerinage car il s’agit d’une période hors saison durant laquelle les prix ont tendance à baisser. Les vacances de décembre au moment du Nouvel An sont aussi un moment propice pour effectuer la Omra. En effet, le pays étant occupé à célébrer les festivités, les villes saintes de La Mecque et de Médine accueillent moins de visiteurs. De plus, la météo en Arabie Saoudite est particulièrement agréable en décembre et la Mecque est moins fréquentée par rapport à la haute saison du Ramadan. Le phénomène s’applique également au mois de septembre durant lequel peu de pèlerins viennent se recueillir. 

Cette année, 3 millions de pèlerins pour la Omra étaient attendus dans les deux saintes mosquées de La Mecque et de Médine au cours du mois sacré du Ramadan. L’affluence n’a jamais été aussi importante et La Mecque a accueilli un nombre considérable de musulmans :  selon le président général chargé des Affaires des deux saintes mosquées de La Mecque et de Médine, Abdulrahman Bin Abdulaziz Al-Sudais, plus de 22 millions de personnes ont accompli le pèlerinage sur les 20 premiers jours du Ramadan, soit une croissance de 25% selon le ministre saoudien de l’Intérieur, Abdul Aziz bin Saud.

Pour ce faire, l'Arabie Saoudite s’était préparée à accueillir des millions de musulmans du monde entier en élaborant un plan dont le programme était intitulé « De l’arrivée à l’accès » dans le but de d’encadrer les pèlerins pendant leur voyage. Ce dernier débute dans les cours extérieures des Deux Saintes Mosquées jusqu’au tour de la Kaaba à Masjid al-Haram jusqu’à la marche entre les collines de Safa et Marwa.

Par ailleurs, un grand nombre de mesures ont été mises en place pour faciliter la venue des musulmans : l’extension de la durée du visa Omra de 30 à 90 jours et qui donne le droit d’entrer dans le pays par voies terrestres, maritimes et aériennes, l’autorisation pour les citoyens saoudiens à demander des visas pour inviter des amis de l’étranger à effectuer la omra et à visiter le pays, la baisse des prix et l’autorisation des pèlerinages sans mahram pour les musulmanes (le mahram étant un membre de la famille avec qui le mariage serait considéré comme définitivement illégal ou il s’agit du conjoint).

Performances Omra pendant le Ramadan 2023 :

La Mecque a affiché des performances record sur les deux premiers mois de 2023, avec des évolutions positives par rapport à 2022. Cela s’explique par la levée des restrictions sur ces zones.

  • En janvier, le taux d’occupation est de 91,70% (+52,6 pts) pour 851,7 SAR de prix moyen (+64,2%) et 781,2 SAR de RevPAR (+284,9%).
  • En février, le taux d’occupation est de 93,10% d’occupation (+40,2 pts) pour 928,9 SAR de prix moyen (+55,3%) et 864,9 SAR de RevPAR (+173,3%).
  • En mars, les performances baissent avec un taux d’occupation à 65,40% mais augmentent en prix moyen : 1 178,6 SAR avec un RevPAR quasi équivalent 770,7 SAR.
  • En avril, le taux d’occupation (79,7%) augmente par rapport au mois de mars même s’il perd en évolution par rapport à 2022 (-6,3) ainsi que le prix moyen (2 082,1 SAR) et le RevPAR (1 659,3 SAR) dont les évolutions sont également négatives (-12,6% et -18,9%).

Cela signifie que les hôtels ont augmenté leur tarif pendant le mois du ramadan suite à la forte demande et affluence des pèlerins.

Le Hajj

Le grand pèlerinage du hajj a lieu à La Mecque entre les 8 et 13 du mois lunaire de Dhou al-hijja, douzième mois de l'année musulmane. Il constitue le cinquième pilier de l'islam sunnite et fait partie des auxiliaires de la foi chiite. Cette année, il aura lieu du lundi soir 26 juin au samedi soir 1er juillet 2023.

Si en 2022 beaucoup de restrictions conditionnaient la venue des pèlerins à La Mecque, en 2023 et après trois ans de restrictions, il n’y aura plus de limite d’âge et de nombre. L’année dernière, il fallait être âgé de moins de 65 ans, vacciné avec un test PCR négatif. Résultat, 900 000 fidèles (dont 780 000 étrangers) ont été accueillis à La Mecque après avoir été tirés au sort. Idem en 2021, seuls 60 000 résidents d’Arabie saoudite avaient pu effectuer le pèlerinage vs à peine un millier en 2020. Alors qu’en 2019 La Mecque a pu compter 2,5 millions de musulmans venus du monde entier.

Performances 2022 du Hajj :

En 2022, le Hajj s’est déroulé du jeudi soir 7 juillet au mardi soir 12 juillet 2022. En juillet, les hôtels avaient enregistré un taux d’occupation de 44,2% (+39,3 de plus qu’en 2021 et -10,0 pts de moins qu’en 2019) pour un prix moyen de 1 961,9 SAR (+243,3% pts de plus qu’en 2021 et +34% pts de plus qu’en 2019) et un RevPAR de 867,1 SAR (+2972,2% pts de plus qu’en 2021 et + 9,4% points par rapport à 2019) sur le mois. Soit une hausse globale par rapport à 2021.

Suite et fin du ramadan avec de l’aïd al-fitr : avril 2023

La fête de l’aïd al-fitr (vendredi 21 avril et samedi 22) clôture le ramadan. C’est une journée de célébration au cours de laquelle les croyants se félicitent pour les bonnes actions réalisées et se souhaitent le meilleur. Pendant la semaine, les gens voyagent dans le pays ou à l’extérieur et les villes sont à la fête.

Emirats arabes :

Les Émirats arabes affichent un taux d’occupation à 73,8% pour 143,6 USD de prix moyen et 106 USD de RevPAR. Ils performent mieux par rapport à 2022 :  + 17,5 pts, + 1,9 % et + 33,6% mais baissent par rapport à 2019, sauf en prix moyen : -13,2pts, + 2,9% et -12,7%.

La Plage de Jumeirah à Dubaï affiche un taux d’occupation de 77,5%, suivie par Dubaï (74,4%), Abu Dhabi (72,5%.) et Dubaï City (70,7%).

Arabie Saoudite :

L’Arabie Saoudite affiche un taux d’occupation à 60,6% pour un prix moyen élevé de 313 USD et un RevPAR de 189,8 USD avec des évolutions négatives par rapport à 2022 : -2pts, -4,40% et -7,50%. Par rapport à 2019, le niveau en occupation reste en dessous avec -7,4pts mais le prix moyen et le RevPAR augmentent : +147,50% et +120,6%.

La ville en tête des performances d’occupation La Mecque (79,70 %), talonnée par Jeddah (72,50%), puis Riyadh (37,10%).

Egypte :

L’Egypte enregistre un taux d’occupation à 67% pour 103,5 USD de prix moyen et 69,3 USD de RevPAR avec de très bonnes évolutions positives par rapport à 2022 : + 26,9 pts, + 78,5% et + 198,6% et augmente par rapport à 2019 sauf en occupation : - 3,7pts, + 28,7% et + 21,9%.

Les villes qui ont le mieux performé en occupation sont Sharm El Sheikh avec et Sinai Peninsula toutes deux à 86,5% suivies par Hurghada (79,6%) et la capitale du Caire à 63,1%.

Force est de constater une baisse par rapport aux performances du mois de mars sur ces trois pays, sauf l’Arabie Saoudite qui augmente son prix moyen en avril bien que son occupation ait baissée : de 202,8% en mars à 313% en avril.

Impact du ramadan et bilan du début d’année 2023 :

Les Émirats arabes unis restent en tête avec 81,40% d’occupation, 162,9 USD de prix moyen et 132,6 USD de RevPAR, suivis par l’Arabie Saoudite : 69,30% d’occupation, 209,5 USD de prix moyen et 145,2 USD de RevPAR, puis l’Egypte : 65,70% d’occupation, 103,8 USD de prix moyen et 68,2 USD de RevPAR.

Si on observe les chiffres de juillet 2022, les performances sont beaucoup plus basses, même sur les émirats arabes qui tournent autour des 60% d’occupation et l’Arabie Saoudite à 50,3%. Il n’y a que l’Egypte et la Turquie qui se démarquent avec 72% et 73%.

Témoignage de Marc Descrozaille, Chief of Staff to Chief Executive Officer Middle East, Africa, Turkey & Asia Pacific, Premium, Midscale & Economy au sujet du type de clientèle :

« La clientèle qui fréquente le plus nos établissements sont originaires de l’Europe de l’Est et de l’Ouest, de l’Asie, en particulier l'Inde et la Chine avec un grand retour des visiteurs chinois. Nous avons peu de visiteurs venant d’Afrique. Egalement, beaucoup de russes rencontrent des problèmes de restrictions géographiques pour voyager, ainsi beaucoup d’entre eux privilégient le Moyen-Orient pour sa proximité. Il s'agit d'une clientèle plutôt touristique qu'une clientèle d'affaires. »

Cette année, les Emirats arabes et l’Egypte ont réalisé de très bonnes performances. L’Arabie Saoudite est un cas à part étant donné que le pays est très lié au tourisme religieux et qu'il attire par conséquent beaucoup de visiteurs tout au long de l'année et particulièrement en ce mois de ramadan.

Les pays du Moyen-Orient sont des pays récepteurs de clients internationaux y compris pendant le Ramadan, le mode de vie s'étant adapté au tourisme : avant les restaurants étaient fermés et les visiteurs ne pouvaient pas acheter de l’eau par exemple mais désormais c’est le cas ! »

Quelle conclusion en tirer ?

Si le ramadan est avantagé par la haute saison touristique qui commence à la Toussaint et se termine en mai, il donne une impulsion à la fois au tourisme religieux, notamment en Arabie Saoudite favorisée pour ses destinations religieuses et au tourisme international. En effet, ce dernier n’était pas forcément praticable il y a quelques années mais il l’est désormais grâce à une certaine libéralisation de ces pays. Ces derniers sont désormais en mesure d’accueillir les visiteurs étrangers non musulmans pendant le ramadan en leur permettant de se restaurer tout au long de la journée, bien que dans certains pays comme Dubaï, certaines restrictions s’appliquent encore comme l’interdiction de manger ou boire dans les espaces publics.

Pour aller plus loin

Chaque semaine, l’équipe HON vous apporte un regard expert sur le monde de l’hospitalité. En devenant membre, vous aurez accès à un écosystème complet : contenu exclusif, emploi, etc.

DEVENIR MEMBRE

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?