Accéder au contenu principal

Analyses

Juin 2022 : l'hôtellerie européenne reprend des couleurs

A l’aube de l’été 2022, l’hôtellerie européenne tourne la page des années covid, prête à entrer dans un nouveau chapitre : nombreux sont les pays qui ont fini de se remettre de la crise sanitaire, tandis que d’autres finissent de résorber leur retard.

A l’heure des premiers départs en vacances, l’hôtellerie européenne se porte bien avec un RevPAR de 5,4% supérieur à son niveau d’avant Covid. Ces performances sont portées par une augmentation du prix moyen (+12,2% par rapport à juin 2019), tandis que le taux d’occupation, qui n’est plus qu’à 4,9 points de son niveau d’avant crise, se rétablit plus lentement mais surement. Cette tendance d’un RevPAR porté par le prix moyen malgré un taux d’occupation encore légèrement ou modérément inférieur aux niveaux de 2019 est une tendance qui concerne l’ensemble des pays européens.  

 

 

Le sud de l’Europe est ce mois-ci encore à l’honneur, l’Italie et la Grèce affichant des RevPAR en progression de plus de 20% par rapport à 2019. Le Portugal, reprend également de l’avance avec un RevPAR de 6,5% supérieur à juin 2019.  De son côté, le nord de l’Europe connaît enfin des jours plus ensoleillés avec notamment un retour de l’Allemagne qui gagne 9,0% d’avance sur son RevPAR de 2019. Le Royaume Uni maintient sa croissance avec un RevPAR de 3,6% supérieur à son niveau de 2019, soutenu par le retour de la clientèle américaine, et les Pays-Bas continuent à se rapprocher de leur niveau d’avant crise. 

L’Europe de l’Est reste impactée par le conflit en Ukraine, ce qui se traduit par difficultés qui persistent (-29,2% en Lettonie, -19,1% en République Tchèque et -3,5% en Hongrie). Ce sont en effet les trois seuls pays d’Europe qui n’ont pas vu leurs prix augmenter par rapport à 2019.

Par ailleurs, l’ensemble des gammes de l’hôtellerie européenne bénéficient désormais d’une croissance de leur RevPAR. A l’instar du critère géographique, cette croissance est portée par une hausse des prix tandis que le taux d’occupation est toujours légèrement en retard. Les segments haut de gamme et moyen de gamme sont plus exposés à cet écart de taux de fréquentation, mais le segment haut de gamme, grâce à une hausse du prix moyen de 17,2% parvient à afficher la croissance la plus soutenue (+7,4% par rapport à son niveau de 2019). Les segments budget et économique sont moins affectés par le retard de taux d’occupation (-3,1 et -3,2 points), mais la hausse de leur prix moyen de 7,8% et 9,2% leur permet d’afficher des croissances de leur RevPAR de 3,7% et 5,0%.  

Il est désormais manifeste que les poids lourds du tourisme européen (la France (+4,5%), l’Espagne (+0,9%), l’Allemagne, le Royaume Uni et l’Italie) ont tourné la page de la crise sanitaire. Ces pays peuvent regarder vers l’avenir et les tendances nouvelles, celles nées des années Covid et qui structureront l’hôtellerie de demain. 

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?