Accéder au contenu principal

Analyses

Juillet 2022 : un été au beau fixe pour l’hôtellerie européenne

Malgré de nombreux bâtons dans les roues (épisodes caniculaires, crises géopolitiques et économiques, manque de personnel…) l’hôtellerie européenne semble surmonter les obstacles sur son chemin. En effet, le mois de juillet affiche des résultats très positifs en Europe.

A l’exception de quelques pays, l’hôtellerie européenne semble avoir enfin tourné la page de la crise sanitaire : au niveau global, elle se porte bien avec un RevPAR de 13,9 supérieur à son niveau d’avant Covid. Si les performances sont portées par une augmentation accrue du prix moyen (alors que l’écart de prix moyen était de 12% entre juin 2019 et 2022, en juillet l’écart passe à +20,8%), notons tout de même que l’écart de taux d’occupation, n’est plus qu’à 4,5 points de son niveau d’avant crise !

Et l’ensemble des gammes est concerné par cette dynamique : le segment super-économique a quasiment retrouvé sa fréquentation de 2019 (-0,9 points) et même le segment haut-de-gamme, qui avait été plus impacté, n’est plus qu’à 7 points d’écart.

Et ce sont la Grèce et le Portugal les leaders de la reprise en ce mois de juillet avec des niveaux de RevPAR en progression de plus de 25% relativement à juillet 2019. Ce mois-ci, la Grèce affiche même un taux de fréquentation supérieur à l’avant-COVID (+1,7%) et le Portugal n’est plus qu’à 0,6 points de ses performances de 2019. Ces destinations ont en effet pu profiter du retour des clientèles internationales tout comme la France qui, en troisième position, affiche un RevPAR à +21,2% par rapport à 2019.

 

La dynamique est plus modérée sur le reste de l’Europe du Sud avec des hausses de +19,3% en Italie et 11,5% en Espagne. Mais notons, que la saison italienne tend aussi à commencer légèrement plus tard (août-septembre).

Plus au nord, le mois de juillet a également été bien meilleur que le mois de juin. Les Pays-Bas (+4,3%), la Belgique (+5,8%) et l’Autriche (+8,8%), qui étaient encore dans le rouge en juin comparé à juin 2019, passent dans le vert en juillet porté par des prix moyens à la hausse.

L’Allemagne affiche une croissance de 6,3% d’activité tandis que le Royaume Uni maintient sa croissance avec un RevPAR de 12,7% supérieur à son niveau de 2019.

Le Luxembourg en revanche reste encore impacté et peine à retrouver son niveau d’avant-crise (-10,1% de RevPAR relativement à juillet 2019) en raison d’un prix moyen et d’un taux de fréquentation toujours inférieurs à juillet 2019.

Outre le Luxembourg, l’Europe de l’Est reste également dans le rouge, impactée par la guerre en Ukraine. Les difficultés persistent notamment en Lettonie (-23,1%) et en République Tchèque. Toutefois, la Hongrie (+16,9% de RevPAR) et la Pologne (+16,6%) s’en sortent très bien notamment en raison d’une forte hausse des prix moyens (respectivement +50% et +22,5%). La Hongrie affiche cependant l’écart de fréquentation relativement à 2019 le plus important (-18,3 points).

A l’exception de ces pays touchés par le conflit politique, le mois de juillet a donc été très bon pour les hôteliers européens. Si le mois d’août devait suivre la même tendance, quels impacts les défis économiques et sociaux auraient-ils sur le choix des vacanciers à l’avenir ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?