Accéder au contenu principal

Analyses

Janvier 2022 : l'hôtellerie française de nouveau affaiblie

Après une hausse des performances hôtelières d'octobre à décembre 2021, le premier mois de 2022 a vu une baisse de l'activité hôtelière avec un RevPAR 37% inférieur au niveau de janvier 2019 alors que décembre affichait seulement -14% à l'échelle de l'Hexagone.

La France qui avait été l'un des rares pays européens à avoir vu ses performances augmenter entre novembre et décembre 2021 a finalement été rattrapé en janvier par les conséquences de la vague Omicron. Ainsi, le RevPAR de janvier 2022 s'est affiché à 31,2€, soit 37% de moins que le niveau de 2019 tiré vers le bas par un taux d'occupation de janvier de 37,9%, soit 17,8 points en dessous du niveau d'avant-crise. En revanche, relativement à janvier 2021, les performances sont en forte hausse avec un taux d'occupation supérieur de 13,0 points et un RevPAR de 95%. Notons cependant que janvier 2021 était encore marqué par des restrictions importantes à l'échelle nationale.

 

Comme depuis le début de la crise, Paris et la région Île de France ont été les zones les plus impactées avec des reculs de RevPAR de respectivement -51,3% et -50,0% par rapport à janvier 2019. Cela s'explique principalement par leur forte dépendance au tourisme international et professionnel qui ont été tous les deux fortement impacté par la crise sanitaire. La Province quant à elle a, dans son ensemble, vu ses revenus baisser de 25,2%.

Au niveau régional, le Centre-Val de Loire (-16,8%), la Bourgogne-Franche-Comté (-17,0%) et la Bretagne (-18,7%) ont fait partie des régions avec les RevPAR les plus résilients en janvier 2022 en raison d'un tourisme qui dépend davantage des Loisirs.

Alors que certaines métropoles à l'instar de Montpellier, Rennes ou Marseille avaient quasiment retrouvé leurs performances d'avant-crise en décembre, celles-ci ont replongé en janvier à des niveaux oscillant autour de 30%. 

Si certaines villes plus centrées sur les visiteurs locaux ou avec une forte activité économique et industrielle, ont pu avoir des résultats très proche du niveau d'avant-crise comme c'est le cas de Toulon avec un niveau de performance de seulement -4,1% par rapport à 2019, les plus grosses métropoles affichent des résultats autour de -50%. Lyon ou Paris notamment signent à nouveau des niveaux de performances divisés par deux quasiment deux ans après le début de la crise sanitaire.

 

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?