Accéder au contenu principal

Analyses

France : un mois de septembre dans la lignée des meilleures années

Fréquentation supérieure (76,6%) à celle de septembre 2008 (76,0%), mois fatidique où l’économie mondiale a commencé sa descente aux enfers dans la foulée de la faillite de Lehman Brothers ; prix moyen (93,5€ contre 89,5€) et RevPAR (71,6€ contre 70,6€) supérieurs – hors inflation - à ceux de septembre 2007 quand l’hôtellerie française battait des records grâce à l’accueil de la coupe du monde de rugby : le mois de septembre 2010 fait plus qu’effacer la triste performance de l’an dernier, où le RevPAR affichait un repli de -7,4%. Mieux, l’hôtellerie française a vu ses deux moteurs principaux monter nettement en puissance pour atteindre un rythme de croisière mensuel très élevé. La fréquentation de l’hôtellerie parisienne a ainsi atteint la barre des 91,0%, autorisant une croissance du RevPAR de +26,0%. En parallèle, en retrouvant un niveau de fréquentation supérieur à 80%, la catégorie 4* a retrouvé toute sa latitude en matière tarifaire (+12,6%) pour propulser le revenu par chambre de +24,1%. Cette bouffée d’air est ressentie de la même manière par chacun des segments hôteliers, tout en restant dans le cadre fixé par leur positionnement. Le RevPAR du milieu de gamme progresse de 13,1% et celui des catégories économiques dans une fourchette comprise entre 4% et 6%.Même si elle ne bénéficie pas autant que l’hôtellerie parisienne de l’apport des clientèles internationales les plus contributrices, l’hôtellerie en province profite elle aussi de l’effet d’accélération qui a porté la catégorie 4* tout au long du mois pour enregistrer une progression de son RevPAR à +5,5%. Toutes les régions françaises sont en positif ou à l’équilibre à l’exception du Midi-Pyrénées pénalisé par l’hôtellerie toulousaine (-3,2%). Si la Ville Rose retrouve de la vigueur en matière de fréquentation (+1,3 pt), son hôtellerie d’affaires reste pénalisée par l’existence de contrats Corporate négociés au plus fort de la tempête et par l’absence du Congrès des organismes HLM organisé cette année à Strasbourg. La capitale alsacienne, qui est dans une phase positive depuis plusieurs mois, en a profité et fait quasiment aussi bien que Paris en enregistrant une croissance de +26,1% en septembre dernier. Comme ceux de Strasbourg, les hôteliers de la plupart des grandes métropoles françaises peuvent se montrer satisfaits du mois écoulé. Avec une hausse de 17,3%, Nice mène la danse devant un peloton composé de Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon et Nantes qui enregistrent des progressions comprises entre 8% et 12%. Marseille (-0,5%) est en net retrait.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?