Accéder au contenu principal

Analyses

Février: Le retournement de cycle se confirme

La situation se dégrade de mois en mois. L’industrie hôtelière française est entrée pleinement en phase de récession. Le RevPAR baisse de 10,5 % en février dernier. Ce recul est le plus fort depuis le choc du 11 septembre 2001. Le scénario d’une crise aussi intense que celle vécue entre 1993 et 1995, après la première guerre du Golfe, est de plus en plus probable. Selon les prévisions de MKG Hospitality, le RevPAR devrait enregistrer, pour l’ensemble de l’année 2009, une baisse de 6 à 9% pour l’hôtellerie économique et de 10 à 15% pour les segments plus haut de gamme. Alors que le segment économique montre sa capacité de résistance en maintenant la progression de leurs prix moyens, l'hôtellerie haut de gamme s’enfonce dans le rouge, rappelant les heures les plus noires de l’hôtellerie française. Paris réagit brutalement. L’effet de levier de la clientèle étrangère, pro.table en période faste, agit comme un retour de balancier. Il fait plonger le RevPAR de la capitale de près de 25% toutes catégories confondues, et jusqu’à 35 % dans les établissements les plus luxueux.

Avec une fréquentation supérieure à 60 %, les catégories 0-2* encaissent les coups sans être KO. Le segment est soutenu par un marché domestique qui a encore un peu de tonus et puise une part de sa clientèle dans les catégories supérieures. La baisse du TO est en revanche nettement plus sensible dans le 3 et 4*. L’hôtellerie haut de gamme subit une chute sévère de près de 11 points d’une année sur l’autre. L’absence d’une “belle clientèle” individuelle dans les 4 étoiles se traduit par des prix négociés à la baisse. La conjonction de ce recul conjugué des prix et du TO fait plonger le RevPAR dans les abîmes (-26,7% par rapport à février 2008). La vraie différence de comportement réside dans la possibilité de maintenir des prix moyens en progression. En hôtellerie économique, l’amélioration du produit et la stratégie ferme des groupes hôteliers autorisent un gain de quelques euros de prix moyens, qui restent très accessibles par rapport aux prix pratiqués dans le reste de l’Europe. Les RevPAR se maintiennent à flot par rapport à 2008, ce qui est en soi une belle performance. Entre les deux, le milieu de gamme subit une baisse de la fréquentation plus importante que dans l'économique mais réussit à maintenir une politique tarifaire volontariste qui limite le recul du segment à – 8,4 %.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?