Accéder au contenu principal

Analyses

Europe: un "oui, mais"… pour le mois de mai 2010

Mai a confirmé le retour à la normale de la fréquentation hôtelière en Europe. Mais les voyageurs, de loisirs comme affaires, sont encore très sensibles à un argument tarifaire que les hôteliers n’ont pas hésité à utiliser pour stimuler la demande. Moins touchés par ce phénomène, la France et le Royaume-Uni tirent les résultats vers le haut.

L'hôtellerie européenne continue à ressortir progressivement la tête de l’eau après une année 2009 catastrophique. En mai, le revenu par chambre a enregistré une nouvelle progression de 5,4%, soit un résultat sensiblement identique à celui d’avril dernier. Réel motif de satisfaction, le TO enregistre une croissance globale de 4,1 pts. Le voyage d’affaires est reparti à la hausse, ce dont profitent les catégories du 2* au 4* alors que le super-économique est logiquement moins réactif. Toutefois, ce résultat positif masque l’incapacité des hôteliers, dans la quasi-totalité des pays européens, à tirer pleinement profit de ce regain de forme pour faire évoluer favorablement leurs prix moyens. Seules les locomotives britannique et française enregistrent une forte progression, tirant le résultat d’ensemble vers le haut, même si celui-ci reste négatif (-0,9%). Si les plaques tournantes internationales profitent d’un regain de tonus très net, cela prouve, a contrario, que la reprise reste fragile pour nombre de destinations où les hôteliers n’ont toujours pas les moyens d’imposer leur volonté à une clientèle encore à la recherche de concessions tarifaires.Les mois se suivent et ne se ressemblent pas pour l’hôtellerie allemande. Après un mois d’avril record et une hausse du RevPAR de 23,0% grâce à une forte activité MICE, l’Allemagne a eu une faiblesse en mai, enregistrant une légère baisse du RevPAR (- 0,3%). Raison de ce repli : les efforts tarifaires consentis par les catégories 2* et 3*, à un degré moindre, pour maintenir - avec succès - la progression du TO. L’Italie connaît une situation identique mais avec une amplitude plus grande encore avec une croissance du TO de +5,6 pts et une baisse de -8,8% du prix moyen. Ces deux pays sont les seuls à être dans le rouge, ne serait-ce que légèrement, pour le mois écoulé. A l’inverse, la France et le Royaume-Uni, tirés par l’activité de Paris et Londres, affichent fièrement leur confiance retrouvée avec une progression à deux chiffres du RevPAR. Autre pays en forme, la Belgique a rejoint les deux locomotives européennes sur le podium avec +10,0%. Derrière ce trio de tête, on peut noter le regain de forme des Pays-Bas et de l’Espagne, deux pays fortement pénalisés l’année dernière. Le mois de mai a pleinement profité à Madrid sous le double effet de la présidence de l’Union Européenne et de la finale de la Ligue des Champions de football. Avec 73,7%, la République Tchèque retrouve un niveau de fréquentation auquel elle n’était plus habituée depuis longtemps. Mais cette performance a une contrepartie : une baisse de 18,4% du prix moyen…

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?