Accéder au contenu principal

Analyses

Décembre 2022 : l’hôtellerie européenne termine l’année en beauté

Habituellement sujet aux températures basses voire négatives, le mois de décembre s’était depuis 2 ans traduit par des gels côté hôtellerie également. La tendance a été tout autre cette année : l’Europe a signé des records de température au moment des fêtes de fin d’année, et l’hôtellerie européenne a souhaité suivre la même tendance ! Alors que le mois de novembre affichait un léger essoufflement de l’activité hotellière, décembre 2022 a de nouveau signé des performances haussières.

 

Au niveau global, l’hôtellerie européenne affiche en décembre un RevPAR supérieur à l’avant-crise avec une croissance de +13%, un résultat positif et nettement plus encourageant que dernièrement : novembre affichait un écart de +3,5% « seulement » vs. novembre 2019. La dynamique toujours tirée vers le haut par les prix moyens avec un écart versus la période pré-Covid de +19% confirme la dynamique de prix toujours en hausse. Toutefois, n'oublions pas que le taux d’occupation s’améliore également avec un écart de seulement -3,4 points vs. décembre 2019.

Ainsi, puisque les performances du mois de décembre sont bonnes, elles soutiennent la dynamique de l’année complète : l’hôtellerie européenne n’est plus qu’à un écart de -1,1% en termes de RevPAR relativement à l’avant-crise (avec un écart de -8,4 points pour la fréquentation et une avance de +11,8% en termes de prix moyen).

Et en ce dernier mois de l’année 2022, toutes les gammes s’en sortent bien : le haut de gamme enregistre 13,9% d’augmentation de RevPAR tandis que le milieu de gamme affiche la croissance la plus « faible » qui atteint tout de même 11,3% ! Côté fréquentation, le créneau haut de gamme est le plus en retard (-5,5 points) mais la différence avec les autres segments est désormais minime.

 
Décembre 2022 Europe 
Infogram

Dans la continuité de ce qui avait pu être déjà observé en novembre, la Hongrie affiche la plus forte hausse d’activité (+46% en termes de RevPAR relativement à décembre 2019) expliqué par le prix moyen en hausse de 60,8% biaisé par le taux d’inflation qui a été le plus élevé de l'Union européenne en décembre (+ 24,5 %).

Au-delà de cette performance « biaisée » par la situation économique locale, la Pologne quant à elle a signé une hausse de +24,5% de son activité hôtelière en décembre en raison de son prix moyen qui a pris +24,8% mais aussi à une fréquentation qui a quasiment retrouvé ses niveaux d’avant-covid (-0,2 points).

S’en suivent ensuite la France et le Royaume Uni qui, au sein de l’Europe occidentale ont signé de belles performances avec respectivement des évolutions de RevPAR de 23,3% et 22,2%. Si leurs hausses de prix moyens sont similaires (env. 23% comparées à décembre 2021), la France a dépassé sa fréquentation d’avant-covid en décembre (+0,2 points) tandis que le Royaume Uni ne l’a pas encore tout à fait atteinte (-0,2 points). Soulignons toutefois que les performances de la France avaient été impactées en 2019 par la crise des gilets jaunes notamment, entrainant des niveaux de performances bas en décembre 2019.

Les destinations du Sud telles que l’Italie et la Grèce ont également bien performé le mois dernier avec +16% et 18,8% de RevPAR porté par de beaux résultats en termes de fréquentation (la Grèce affiche +2,4 points de taux d’occupation supplémentaires comparé à l’avant-crise, un record à l’échelle du continent) mais surtout par une hausse des prix.

Plus au nord, l’Autriche, la Belgique, le Pays-Bas et la Suisse dépassent leurs niveaux d’activité relativement à décembre 2021. Leurs évolutions de RevPAR comprises entre 2,3% (pour l’Autriche) et 9% (pour la Belgique) sont justifiées par des hausses de prix moyens oscillant entre 13,3% et 21,6%. Mais ayant longtemps souffert de retards de fréquentation considérables, on peut aujourd’hui estimer que même du côté des taux d'occupation, les résultats sont bons (plus que 8 à 5 points d’écart de fréquentation).

Mais si la dynamique est très bonne pour ces pays, le Luxembourg (-9%) l’Allemagne (-5,7%), la Lettonie (-5%) et la République Tchèque (-5%) ne parviennent pas encore à enregistrer des évolutions positives ce mois-ci (vs. décembre 2019). De manière générale, les prix moyens tendent à suivre une dynamique moins forte que l’ensemble des autres pays européens et la fréquentation de ces 4 destinations reste à des niveaux inférieurs de 5 à 10 points vs. l'avant-Covid.

Cependant, à l'échelle nationale, à l’approche de 2023, l’hôtellerie européenne semble donc enfin être décidée à tourner la page. Les performances du mois de décembre ont prouvé que le secteur se relevait dans quasiment tous les pays. Soulignons néanmoins que le mois de décembre bénéficie des fêtes de fin d’année et de périodes de congés, l’hôtellerie européenne parviendra-t-elle à suivre cette même dynamique de reprise en janvier ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?