Accéder au contenu principal

Analyses

Avril 2022: l’hôtellerie française avance vers la guérison de ses années Covid

L’écart entre les performances hôtelières entre 2019 et 2022 ne cesse de se réduire en France et l’hôtellerie se rapproche pas à pas de la guérison. Toutefois, chacun avance à son rythme : Paris, durement frappé par la crise sanitaire, reprend de l’avance par rapport à ses performances de 2019, mais aussi par rapport aux autres régions, qui avancent à leur rythme vers le retour à la normale.

Au cours du mois d’avril, l’écart de niveau du RevPAR entre 2019 et 2022 en France continue à se réduire et n’est plus qu’à -2,2%. Le RevPAR des hôtels haut de gamme retrouve un niveau légèrement supérieur à celui d’avant-crise avec une évolution de +1,2%, tandis que les hôtels des gammes super-économique et économique gardent un peu plus de retard, affichant des évolutions respectives de -4,2% et -6,8% par rapport à 2019.  

Cette évolution positive du RevPAR trouve son explication dans la hausse des prix relativement à 2019. En effet, ceux-ci ont augmenté de 10,7% de manière générale, non seulement en raison d’une solide reprise mais aussi de trois années d’inflation. Le segment haut de gamme a vu ses prix grimper plus fortement que les autres avec une évolution de +17,7%. Cette forte augmentation est due au retour de la clientèle étrangère et du luxe en France. Le segment milieu de gamme connait une évolution proche de la moyenne, et les catégories super-économique et économique ont également vu leur prix augmenter, bien que moins rapidement que les deux autres segments : ils affichent des évolutions de leurs prix moyens de +6,5% et +7,1%.

En revanche, le TO en France affiche encore un certain retard par rapport à son niveau d’avant crise avec 8,3 points de moins qu’en 2019. Les segments haut de gamme et économique sont les plus touchés avec une perte de 10,4 et 9,2 points relativement à 2019. Ce retard est un peu plus faible pour les catégories super-économique et moyen de gamme avec 7,1 et 7,5 points de moins qu’en 2019.

 

 

D’un point de vue géographique, la Province a retrouvé un niveau proche de son niveau d’avant-crise avec un RevPAR inférieur à celui de 2019 (seulement -2,4%). La dynamique de rattrapage de Paris a finalement mené la capitale à dépasser son niveau d’avant crise avec une augmentation de son RevPAR de 6,3%. Néanmoins, la région Ile de France (hors Paris) rencontre toujours des difficultés avec un RevPAR inférieur de 16,3% à celui affiché en 2019. En effet, le retard de 14,7 points de fréquentation de la région Ile de France (hors Paris) n'est pas suffisamment compensé par l’augmentation des prix (seulement +3,2%).

Paris au contraire a non seulement pu bénéficier du retour de la clientèle étrangère (affaire & loisirs) lui permettant d’afficher un TO quasiment aux niveaux de 2019 (< 5 points) mais a également appliqué une hausse du prix moyen supérieurs aux autres zones (+12,9%).  

Si les régions Auvergne-Rhône Alpes et PACA, affichant des RevPAR de 2,1% et 2,5% supérieurs à leurs niveaux de 2019, ont déjà dépassé leurs performances d’avant crise, les autres régions garde toujours un peu de retard. En effet, les RevPAR des autres régions enregistrent une évolution comprise entre -4,3% et -1,8%, à l’exception des régions des Hauts-de-Fance, Normandie et Occitanie qui affichent des retards plus importants relativement à leurs niveaux de 2019, respectivement de -6,4%, -10,5% et -8,7%. La région Occitanie compte d’ailleurs déployer un plan afin de reconquérir la clientèle étrangère.   

L’impact de la crise sanitaire se ressent encore sur les RevPAR des hôtels de nombreuses agglomérations françaises : -14,8% pour Bordeaux, -13,1% pour Lille ou encore -12,3% pour Toulouse, contribuant à tirer vers le bas les performances de la région Occitanie. En revanche, les agglomérations lyonnaise et niçoise signent de belles remontées avec des évolutions respectives de +9,0% et 5,3% par rapport à 2019, expliquant les bilans positifs des régions Auvergne-Rhône Alpes et PACA. De plus, l’augmentation de 7,4% du RevPar dans l’agglomération de Strasbourg confirme le retour du tourisme d’affaires.

La France poursuit donc sa rémission du Covid. Si certains poids lourds du tourisme tels que la région PACA ou la ville de Paris témoignent d’une solide reprise, certaines autres régions se remettent plus lentement mais surement. Les chiffres du mois de mai vont-ils montrer une nouvelle progression de ces régions ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?