Accéder au contenu principal

Analyses

Août 2010 : les résultats ne font pas de vague

• Par rapport à un mois de juillet en très nette progression (+8,8%), la deuxième partie de la période estivale s’est révélée moins flamboyante pour l’hôtellerie française. Ce qui n’empêche pas au RevPAR de poursuivre sur la voie de la croissance avec une hausse de +2,6%. • Deux éléments expliquent cette performance plus modérée : le 4* parisien qui, faute d’une clientèle hautement contributrice, enregistre un résultat en retrait des excellents derniers mois, et l’hôtellerie économique de chaînes, qui, malgré une attitude modérée en matière tarifaire, subit un léger recul de sa fréquentation.

En raison du décalage de la période du Ramadan, le mois d’août n’a pas bénéficié de l’apport d’une clientèle aussi contributrice que les Moyen-Orientaux. Les Britanniques se sont, eux aussi, faits plus rares sur la Côte d’Azur et les Américains, autres riches apporteurs d’affaires, n’ont pas retrouvé en masse le chemin de la destination France, même si on peut noter une légère augmentation du trafic aérien en provenance d’Amérique du Nord. Aussi l’hôtellerie française doit-elle composer avec des clientèles domestique et européennes toujours attentives au prix. C’est particulièrement sensible pour l’hôtellerie haut de gamme, dont le RevPAR avait plongé de 15,1% en 2009, et qui affiche une nouvelle baisse de -1,3% cette année, preuve que sa marge de manœuvre tarifaire est encore très réduite vis-à-vis de la clientèle Loisirs. Phénomène de report de clientèle ou attractivité accrue, le 3* sort grand vainqueur de ce mois d’été en enregistrant une croissance de son RevPAR de 6,0%. Les catégories économiques sont, elles, restées dans la moyenne.Méthodologie : la Base de données de MKG.Hospitality effectue chaque mois le traitement statistique des parts de marché de plus de 3 500 hôtels : analyse personnalisée des taux d’occupation, prix moyens et RevPAR face au marché concurrentiel, en fournissant des indices de performances et des indices de pénétration des marchés, avec plus de 20 ans d’historique..Les traitements respectent les règles de déontologie, de confidentialité et de maintien de la concurrence édictées par les autorités de l’Union européenne.Zoom sur le "top" du mois : Lille passe des congrès aux loisirsAprès une très belle année 2008 grâce au retombées du film Bienvenue chez les Ch’tis, en 2009, Lille avait limité la casse. Cet été, avec tous ses indicateurs au vert, la ville du Nord a connu un très bon mois d’août. Taux d’occupation, prix moyen, RevPAR… tout a augmenté en août pour les hôtels de chaînes lillois. Le TO a grimpé de 3,4 points, jusqu’à 46,2%. Quant au prix moyen, il est monté à 8,1% par rapport à l’année dernière. Logiquement, le RevPAR est donc lui aussi en hausse (+16,8%). De quoi réjouir les acteurs du tourisme. Et confirmer que l’image de Lille a beaucoup évolué, surtout depuis 2004, date à laquelle la ville avait été promue Capitale culturelle européenne. En termes de réputation, c’est un bond en avant pour Lille, qui passe de ville de tourisme d’affaires et de congrès à destination touristique à part entière. Depuis, la capitale de la Région Nord-Pas de Calais est sur une courbe ascendante. De plus en plus de touristes de loisir y séjournent, essentiellement pour de courtes périodes. Ils font étape quelques jours avant de continuer leur périple dans le Nord de la France ou vers la Belgique.Cette nouvelle attractivité, Lille la doit à un travail de longue haleine sur deux axes principaux : l’évolution de l’offre d’hébergement et l’amélioration permanente de l’offre culturelle. En moins de 5 ans, le parc hôtelier s’est largement diversifié et a monté en gamme. Beaucoup de nouveaux hôtels répondant parfaitement aux attentes des touristes d’agrément ont vu le jour. Parmi eux le Up, un 4 étoiles design en plein centre ville, le tout nouvel hôtel Barrière, qui a ouvert ses portes fin septembre, avec son casino et sa salle de spectacle, ou encore le Kyriad, qui devrait bientôt devenir un Best Western. Installé dans un hôtel particulier du XIXème siècle, il est équipé d’un spa, et d’une terrasse. Tous ces établissements positionnent Lille parmi les villes adaptées pour accueillir le tourisme de loisir. Et le passage en 5 étoiles de deux établissements devrait également contribuer à affirmer cette nouvelle image. En effet, l’acquisition d’une nouvelle étoile par l’Hermitage Gantois est déjà actée, quant au Barrière, il en a déjà fait la demande. De quoi valoriser encore l’image de Lille.Et puis la ville a aussi travaillé son offre culturelle. Celle-ci ne cesse de s’élargir. On l’a vu avec la récente ouverture aux individuels du beffroi de l’hôtel de ville, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, avec 22 autres dans le Nord-Pas de Calais.Depuis le 2 août, on peut le visiter, avec un audio-guide en 4 langues et des jumelles prêtées. Sur la terrasse panoramique juchée à 72 mètres de hauteur, on découvrir une vue à 360° sur la ville et ses environs. Le monument a généré 100 à 150 visites par jour depuis son ouverture. Et la ville dispose aussi de nombreux musées : le Musée de l'Hospice Comtesse, le Musée d'Histoire Naturelle, la Maison natale Charles Gaulle, et surtout le Palais des Beaux-Arts, La Piscine à Roubaix et le MUba Eugène Leroy à Tourcoing… auxquels est venu s’ajouter fin septembre le Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve-d'Ascq. Il a rouvert ses portes, rénové et agrandi, sous un nouveau nom : le LaM. Autant d’éléments qui font qu’après un bon mois d’août, Lille espère continuer sa progression. D’ailleurs, la rentrée s’annonce déjà bien avec un très bon cru 2010 pour la grande braderie.Bruno Goval, Directeur de l'Office du tourisme de LilleEtes-vous satisfait de la saison estivale de Lille? _ Oui. Juillet a été un bon mois. Et août meilleur encore. En tout cas si on regarde les chiffres du parc hôtelier. Parce que si l'on se fie au nombre de visiteurs à l'Office du tourisme, les résultats ne sont pas les mêmes ! Les touristes ont été moins nombreux que d'habitude à passer notre porte. 6% de moins. Mais si l'on regarde la fréquentation de notre site Internet, là, on constate une hausse de 30%. On comprend donc que ce sont les comportements qui ont changé. Quant à la rentrée, elle se présente très bien aussi. Concernant la grande braderie, élément phare de septembre pour nous, pour sûr, c'était un bon cru ! Cet événement est toujours un grand moment pour Lille, pour l'ambiance, les retombées médiatiques mais aussi pour la fréquentation. Il est difficile d'évaluer le nombre de visiteurs, mais on estime qu'environ 2 millions de visiteurs s'y sont rendus.Qui est venu visiter Lille en août ? _ Principalement des français, souvent de passage pour une simple étape durant leurs vacances. Mais nous avons aussi constaté la présence de plus de touristes étrangers que les années précédentes. Historiquement, nos touristes étrangers viennent principalement du Royaume Unis (environ 20% en 2009), de Belgique (18%) et des Pays-Bas (7%). Cette année, nous avons vu moins de Britanniques, essentiellement pour des raisons conjoncturelles et non structurelles (ce qui nous fait dire qu'ils reviendront). Mais aussi des touristes d'autres nationalités sont venus plus nombreux que d'habitude. On a, par exemple, vu plus de Néerlandais. Et des Belges aussi. Et puis, en moins grande importance, mais nous avons aussi accueilli des Espagnols et des Italiens. Cela prouve une fois de plus que Lille est aujourd'hui une vraie destination de tourisme de loisir, qui attire même en dehors de nos frontières.Quelles sont les axes de développements de l'offre sur lesquels vous allez encore travailler ? _ Pour continuer à développer le tourisme de loisir, nous misons sur plusieurs sites attractifs. Par exemple le grand stade du territoire métropolitain, dont la première pierre a été posée à la fin du mois de septembre. Mais aussi le Louvre II à Lens, à 40km à peine, qui forcément apportera de nouveaux touristes jusqu'à nous. Et puis le LaM, le Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve-d'Ascq qui a rouvert ses portes fin septembre (après quatre ans de travaux de rénovation et d'agrandissement) sous un nouveau nom : le LaM. Avec la plus importante collection d'art brut en France, il est le seul musée en Europe à associer l'art moderne, l'art contemporain et l'art brut. Avant sa fermeture, il faisait déjà partie des sites les plus visités de la métropole. Désormais, nous espérons qu'il attirera chaque année 200 à 250 000 visiteurs par an. Nous continuons donc à élargir l'offre touristique de la métropole. Et pour davantage dynamiser l'été, nous faisons en sorte que de nombreuses expositions soient prolongées sur cette période, ce qui n'était pas le cas jusqu'alors. Parallèlement, nous développons de plus en plus de packages et de forfaits. Et d'autres marges de progrès restent à exploiter. Il faut que nous apprenions à mieux connaitre notre public, que nous améliorions encore notre présence et notre commercialisation via Internet, et que nous réfléchissions à la manière dont nous pouvons agir à une autre échelle : celle d'une euro-métropole. Nous sommes juste à côté de Courtrai et de Tournai, des villes belges très touristiques. Il faut que nous travaillions davantage ensemble.Franck Laparade, directeur du B&B Hotel Lille Centre Grand Palais Nous sommes ouvert depuis 2 ans et ce mois d’août a été excellent en matière de fréquentation. Et septembre s’annonce très bon aussi. Ces résultats estivaux s’expliquent de plusieurs façons. Tout d’abord, nous en sommes à notre troisième été d’activité et bénéficions donc d’une plus grande notoriété. Et puis B&B a lancé une campagne de publicité nationale qui a eu un impact important. L’enseigne avait investi un grand nombre d’espaces publicitaires dans les villes de plus de 100 000 habitants pour vanter la promotion « Crazy été». Cela nous a permis de capter une clientèle plus importante. Mais surtout, le flux de touristes de loisir sur la ville a augmenté. Il faut dire que la météo sur les côtes était moins bonne que l’année dernière, poussant les touristes à faire du tourisme urbain. Et Lille est maintenant clairement une destination à part entière. Elle attire chaque année d’avantage de monde et de nationalités différentes. Cela nous a permis de compenser la présence moins importante des britanniques, qui ont beaucoup perdu en pouvoir d’achats, par une arrivée en plus grand nombre de néerlandais et de belges.Pascal Razurel, directeur du All Seasons Lille Centre Gare BeffroiEn août, notre taux d’occupation a bien augmenté par rapport à l’année dernière. Nous avons vu progresser le tourisme de loisir, surtout grâce à notre distribution via des sites tels que Expedia ou Booking et parce que nous sommes passés sous l’enseigne All Seasons il y a deux ans, une nouvelle marque qui séduit de plus en plus. Mais ces bons résultats sont surtout dus à la présence d’un important congrès Tupperware au Palais des congrès, qui a généré beaucoup de nuitées lors de la dernière semaine d’août. C’est important d’arriver à obtenir de gros événements de ce genre en août. Lille vit au rythme des congrès. Et nous manquons encore de moyens pour les attirer dans les périodes creuses. Pour dynamiser cette activité, Accor a mis en place des actions marketing, de la communication auprès des réceptifs, des différentes fédérations, de nos partenaires commerciaux… Mais nous avons besoin du soutien du Club hôtelier, pour établir un calendrier des périodes, permettre à l’ensemble des hôtels de travailler en synergie et faire le lien avec le Palais des Congrès. Pour l’instant, c’est encore sur ce dernier point que la marge de progression est la plus importante. Il faut dire que les moyens, notamment humains, sont encore insuffisants. Quand on regarde l’équipe dont dispose Lyon pour organiser des congrès, on se dit que Lille a encore des grandes possibilités de développement.Jean-Claude Kindt, propriétaire de l’Hermitage Gantois, du Crowne Plaza Euralille, du Grand Hôtel Bellevue, du Art Déco Romarin, de l’hôtel de la Treille et de l’hôtel Alliance Couvent des Minimes.Je ne trouve pas que le mois d’août est été si bon que cela. Loin de là. Certes, les prix moyens ont un peu remonté, mais c’est simplement parce que nous étions nombreux à avoir cassé les prix, espérant ainsi remplir nos établissements. Et côté fréquentation, mes hôtels ont fait entre -5 et +4 points de taux d’occupation. On ne peut pas dire que ce soit extraordinaire ! Nous avons aussi noté la présence bien moins importante des Anglais, qui n’a été que très partiellement compensée par la présence de Néerlandais et de Belges wallons qui ne veulent plus partir sur la côte flamande parce qu’ils y sont trop mal reçus. Et puis j’avais rarement vu une météo aussi désastreuse au mois d’août, ce qui n’a pas dû aider à attirer les touristes… Mais surtout, même si Lille a déjà beaucoup évoluée depuis 1995 et est réellement devenue une destination touristique, il manque encore des animations l’été. Et concernant le tourisme de congrès, il faut que nous nous ressaisissions vite. Il manque une équipe qui ne se dévoue qu’à cela. Sinon, Lyon, Nantes ou Bordeaux vont récupérer bien plus d'événements que nous.Hôtellerie de chaînes - tous segments confondus : Les tops et les flops des agglomérationsAvec l’absence de clientèles à forts revenus, le haut de gamme a dû s’adapter aux conditions d’un segment Loisirs moins dépensier, pénalisant l’hôtellerie 4*à Paris et Cannes, les destinations privilégiées de la clientèle internationale. Sur le littoral, en particulier méditerranéen, et plus généralement dans le Sud de la France, la clientèle domestique privilégie les hébergements autre que l’hôtellerie, ce qu’indique les résultats en baisse à Nîmes ou Salon de Provence. Par ailleurs, les régions touristiques du nord de la Loire ont la cote auprès d’une part grandissante de la clientèle. Le tourisme urbain se développe, surtout en cas de mauvais temps, comme le montre l’attractivité grandissante de Lille ou les résultats de Beauvais ou de la Lorraine qui bénéficie de l’ouverture réussie de l’antenne du musée Centre Pompidou. A partir de 2012, Le Louvre Lens pourra encore renforcer cette tendance.Résultats cumulés pour le début d'année 2010 tous segments confondusL’hôtellerie française est en passe d’effacer les traces d’une année 2009 particulièrement difficile et d’un dernier trimestre décevant. L'évolution du RevPAR est revenu à l’équilibre sur douze mois glissants à fin août et 2010 marque le retour progressif à des conditions de marché plus favorables aux hôteliers. Le revenu par chambre enregistre une hausse de 4,5% au cumul des huit premiers mois de l’année, marquant l’amorce d’un nouveau cycle de croissance. La catégorie haut de gamme, très pénalisée l’an dernier, a vu avec un certain soulagement le retour de la clientèle d’affaires. La période estivale fut également productive avec un excellent mois de juillet. Seule ombre au tableau, le segment n’a pas encore retrouvé une totale marge de manœuvre tarifaire vis-à-vis des hommes d’affaires comme des clients Loisirs toujours prudents, ce qu’a démontré le mois d’août dernier. Cette modération tarifaire est également sensible sur le segment milieu de gamme qui retrouve un niveau de fréquentation acceptable. En revanche, même si des motifs d’inquiétude ont pu apparaître en plein cœur de la crise, l’hôtellerie 0-2* se montre plus résistante aux soubresauts et a repris le chemin d’une progression régulière et continue.Base de donnéesEchantillon : les tendances fournies par la Base de données de MKG.Hospitality sont fondées sur le traitement mensuel des indicateurs de performance de 11 000 hôtels, récoltés hôtel par hôtel, représentant 1 100 000 chambres..Cet échantillon, le plus large en France et en Europe, est en croissance régulière de 7 % l’an depuis 2004..Il inclut à ce jour la quasi totalité de l’offre des chaînes intégrées et un nombre de plus en plus important d’hôtels indépendants..Il représente 60 % du chiffre d’affaires réalisé par l’ensemble de l’hôtellerie française.Outils de suivi : au-delà des performances mensuelles, la Base de données de MKG.Hospitality dispose d’un programme de suivi des performances quotidiennes - Hotelcompset Daily® - sur les principales places européennes. 1.500 hôtels suivis quotidiennement à ce jour. Il permet de suivre en temps réel l’évolution des places et des grands pays européens. La base de données conduit des missions d’analyse concurrentielle et d’information sectorielle pour le compte des investisseurs, des institutions financières, des organismes publics, ainsi que pour les chaînes internationales.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?