Accéder au contenu principal

Analyses

2023 : En dépit de la crise énergétique, l’hôtellerie européenne prête à se rallumer ?

Après une année 2022 encore soumis à de nombreuses incertitudes, la dynamique observée du marché hôtelier a finalement été particulièrement forte sur la deuxième moitié de l’année malgré un environnement macro pourtant ralenti. Et malgré ce nouveau contexte quelque peu déstabilisant, les voyants semblent pourtant être au vert pour l’activité hôtelière en 2023. Si les résultats à l’échelle du continent ont été favorables en fin d’année 2022, de nombreuses questions restent encore sans réponse : la dynamique des prix moyens va-t-elle tenir ? La crise énergétique va-t-elle perdurer et affecter les déplacements des touristes ? La baisse de pouvoir d’achat des visiteurs se traduira-t-elle par une baisse de fréquentation ? Bien que les taux de réservation à ce stade soient encourageants, les inquiétudes pèseront-elles toujours sur le secteur ?

A partir de la mi-2022, l’hôtellerie européenne plus résiliente que d’autres secteurs

Le début de l’année 2022 commençait dans le rouge pour l’ensemble des destinations phares d’Europe en raison de nouvelles vagues épidémiques, mais les beaux jours ont marqué le début de la véritable reprise avec des niveaux de performances dépassant enfin ceux de 2019 pour de nombreux pays. 

Mais à l’approche des mois d’hiver marqués par le retour des épidémies cumulé à une instabilité géopolitique tenace et le timide retour des clientèles étrangères, la santé de l’hôtellerie européenne a de nouveau été quelque peu menacée en novembre.

Pourtant si en fin d’année 2022, de nombreux secteurs d’activité ont connu un essoufflement en raison de l’inflation, de la crise énergétique et des conflits géopolitiques, des mouvements sociaux et des pénuries de main d’œuvre, malgré ces obstacles, l’hôtellerie européenne, également impactée, a signé une dynamique en hausse.

Et la tendance de reprise à l’échelle européenne, qui longtemps s’est concentrée sur certains pays seulement notamment en Europe du Sud (Italie, Grèce et France) ou encore au Royaume-Uni, est véritablement devenue paneuropéenne à l’approche de la fin d’année puisque dans de nombreux pays restés en retrait de la reprise à l’instar de l’Allemagne ou du Bénélux, des rebonds ont enfin été enregistrés dans la seconde moitié de l’année.

 Tendances de reprise post-COVID par pays

En effet, au global, on remarque alors même que l’activité macroéconomique avait déjà ralenti (seulement +0,2% de PIB au T3 2022 en France par exemple) qu’une nette amélioration des performances hôtelières a été enregistrée avec des hausses à 2 chiffres sur le marché hôtelier.

Et ainsi, grâce à cette reprise hôtelière confirmée en 2022, le scénario médian pour 2023 (prévision MKG à date de décembre) prévoit une belle amélioration des performances pour l’année à venir. Le tableau qui restait encore bien contrasté en 2022 à l’échelle européenne avec un retard des destinations business & internationales, s’améliore avec un scénario médian pour 2023 positif sur l’ensemble des grands marchés européens allant de +3,3% en France à +15,4% en Belgique.

Les prévisions sont particulièrement bonnes en Allemagne, au Pays-Bas et en Belgique, où des hausses à 2 chiffres sont enregistrées en termes de RevPAR relativement à la période pré-COVID.

En effet, le ralentissement de l’environnement macroéconomique est plus modéré que prévu en Allemagne, où les prévisions de croissance du PIB pour 2023 étaient profondément négatives et ont été considérablement revues à la hausse dans les derniers rapports. Combiné à une dynamique de marché hôtelier améliorée, cela apporte un soutien nettement plus fort à la croissance des RevPAR en Allemagne et au Benelux en 2023, dans le sillage d’une fin d’année 2022 plus forte.

Des hausses d’activités relativement à la période pré-COVID sont également enregistrées en Espagne, au Royaume Uni, en Italie et en France mais plus modérées. A noter qu’en 2022*, le Royaume-Uni, l’Italie et la France sont déjà parvenus à dépasser leurs performances de 2019.

ÉVOLUTION DU REVENU PAR CHAMBRE HÔTELIER EN 2020, 2021, 2022* ET SCÉNARIO MEDIAN 2023, PAR PAYS

L’espoir de la stabilité dépendant de nombreux facteurs 

Mais compte tenu de l’incertitude forte liés aux enjeux macro, il est important de prendre en compte différents scénarios 2023 : l’hypothèse haute traduit une rebond de l’activité économique soutenu par une croissance de l’activité hôtelière non pénalisée par le contexte macroéconomique, une forte croissance du PIB et une bonne résilience du marché tandis que l’hypothèse basse repose sur un ralentissement de la croissance économique pas suffisamment compensé par l’inflation pénalisant ainsi le secteur. Toutefois, c’est le scénario médian qui est le plus probable.

L’espoir d’une stabilité de l’activité hôtelière dépend ainsi de plusieurs marqueurs importants : croissance de PIB, inflation, marché de l’emploi, pouvoir d’achat, taux de change et retour des clientèles internationales…

En effet, en raison d’une croissance de PIB sur 2023 fortement révisée à la baisse par les instituts, OCDE et Banques Centrales relativement à la prévision d’automne (de +1,3% à +0,3%) cumulée à l’atterrissage plus élevé en 2022, la prévision de RevPAR 2023 exprimée en pourcentage relativement à 2022 a reculé légèrement. Néanmoins, elle est bien plus haute que précédemment en niveau et en pourcentage par rapport à 2019.

En effet, outre la bonne résilience du marché hôtelier vis-à-vis du contexte économique macro, l’inflation a elle aussi été révisée fortement à la hausse (de +3,4% à +6% pour 2023), l’investissement se maintient bien (FBCF à +2,8% en 2022 et +0,8% en 2023), et le marché de l’emploi (chômage bas relativement aux standards historiques, à 7,1% en Portugal métropolitaine au sens du BIT) reste un support solide en termes de demande, même si les perspectives sur le pouvoir d’achat invitent à la prudence sur ce plan.

Par ailleurs, les performances hôtelières européennes sont aussi corrélées aux taux de change, et notamment à la parité Euro/dollar qui a été un important support « exceptionnel » de la hausse d’activité observée au 2e semestre 2022, particulièrement en haut de gamme. En effet, la baisse du taux de change avait globalement rendu les hausses de prix indolores pour les clientèles en dollar – USA, Moyen-Orient…-, surtout relativement au contexte inflationniste sur leurs marchés domestiques.

Indicateurs économiques Europe

ÉVOLUTIONS DE REVPAR ATTENDUES EN EUROPE EN 2023

Evolution RevPAR France

Evol RevPAR France par hypothèse

Une croissance plus modérée en France mais la reprise est affirmée

La bonne nouvelle est que la croissance "réalisée" a été encore plus forte que prévue en France à la fin de 2022. Mais les prévisions de croissance macro du PIB pour 2023 ont quant à elles été revues à la baisse. Bien que cela soit en partie compensé par l'inflation, qui devrait rester élevée plus longtemps, l'objectif de croissance pour 2023/2022 a donc été revu à la baisse (à +3,3 %). Néanmoins, comme la base de 2022 sera plus solide et que les hôtels resteront fondamentalement forts, les RevPAR pour 2023 devraient dépasser de 10 % les niveaux préCOVID (2019) au cours de l'année 2023.

Géographiquement tout le territoire ne sera pas affecté de la même manière. Mais alors que la capitale et sa région ont longuement souffert du manque de dynamisme, l’Ile-de-France hors Paris va bénéficier du retour du Salon du Bourget en juin et de l’amélioration du marché parisien ces dernières semaines et futures (hausse de RevPAR dans la capitale attendue à +18,6% par rapport à 2019, soit +3% par rapport à 2022) : cela favorise le retour des effets de débord / vase communicant vers la périphérie, permettant une meilleure croissance 2023/2022 en IDF hors Paris (+5,3%) même si elle restera en-dessous des autres relativement à 2019.

A l’inverse, la Région Sud est attendue concernée par un effet « technique » sur le RevPAR annuel car l’activité a été à la fois très concentrée et très dynamique en 2022 sur les mois les plus contributeurs (juin-septembre) ; le rebond des volumes sur janvier-mai va mécaniquement modérer la hausse des prix moyens annuels. Pour autant, le RevPAR y est attendu à +16,5% par rapport à 2019, contre +10% en moyenne par rapport à 2019 en France entière, et +3,3% par rapport à 2022.

Expected growth by zone in France in 2023 compared to 2022 and compared to 2019 (RevPAR evol. in %)

 

Côté gammes, les performances des top segments dépendront encore beaucoup du retour des clientèles lointaines mais aussi des taux de change, la parité Euro/dollars ayant permis, en fin d’année 2022, de jouir du retour des clientèles long-courrier sur le haut de gamme. En effet, après deux années de pandémie, la valeur de l’euro a baissé en raison en partie de la guerre en Ukraine, de l’inflation, des craintes de récession et même en dessous du dollar, bénéficiant ainsi aux touristes américains qui ont fait leur retour dans la capitale française et sur les destinations « luxe » françaises.

Dans le scénario médian le plus probable, les établissements milieu de gamme devraient, à l’échelle nationale, connaître une reprise proche des 10% relativement à 2019 (soit +3,7 points vs 2022) tandis que les gammes économiques pourraient enregistrer une reprise de 6% devancé par le segment budget avec près de 9% d’évolution de RevPAR comparé à 2019.

Prévision évolutions de prix moyen France par zone

 

Evolution PM Forecasts

Ainsi, compte tenu de la situation économique du pays, le scénario médian mise sur une hausse de +15,1% du prix moyen à l’échelle de l’Hexagone vs. 2019, porté par une croissance exponentielle à Paris (+24,6%) et plus « contenue » en Province avec +11,8%.

Mais si le prix moyen explique une grande partie de la croissance du RevPAR relativement à la période avant crise, les niveaux de fréquentation ne sont pas à négliger.

Prévisions activité 2023

Au niveau global, l’activité hôtelière peut espérer, dans le cadre d’une hypothèse médiane, un écart de seulement -4,2 points en termes de taux d’occupation versus l’avant Covid, soit +1,1 point de plus qu’en 2022. Si Paris, longtemps restée en marge de la reprise parvient à se redresser, la Province figure comme principal moteur avec un écart de fréquentation de moins de 3 points, dans un scénario médian.

Prévisions activités comparé 19 et 22

En effet, le scénario « médian » reste le plus probable et s’appuie sur des perspectives de reprise d’activité hôtelière dès l’apparition du printemps, avec un pic d’évolution positive pouvant même dépasser les niveaux de 2019 sur certaines destinations notamment littorales cet été. Mais un scenario plus bas à l’échelle de l’Hexagone peut également être envisagé si les hausses tarifaires amenaient les clientèles à freiner leurs déplacements et/ ou si de nouveaux pics d’épidémie venaient à se manifester. Le cas échéant, la France ne pourrait espérer une reprise à hauteur de ses niveaux de 2019 (-1,7% en termes de RevPAR).

Vers un nouveau schéma de réservation ?

Les « années COVID » 2022 avaient été marquées, par le phénomène de réservation « last minute » afin que chacun puisse s’ajuster à des conditions sanitaires mais dès la fin de l’année 2022, l’avance constatée sur les réservations hôtelières s’est nettement accentuée, offrant de belles perspectives, et ce non seulement au T1 mais pour tous les mois du S1 2023.

Si cette avance est très certainement due à un effet de prise de réservations plus à l’avance dans le contexte actuel inflationniste (certains clients souhaitant se prémunir de futures hausses de prix), cela permet de sécuriser des volumes, et donc de maintenir des dynamiques de prix favorables.

 

Par exemple, sur l'ensemble de la France, où l'échantillon " on-the-books " de MKG est désormais >160K chambres, les réservations hebdomadaires sont généralement en avance de +20-40% / +1,5 à 3 points par rapport à la même période l'an dernier.

Ainsi compte tenu de la situation économique européenne, sur les fondamentaux hôteliers, l’année 2023 devrait déjà, et surtout, amorcer une stabilisation de l’activité à l’échelle du continent européen, avec certainement des résultats supérieurs à ceux de 2019. Reste à voir si l’hôtellerie saura faire face, dans la durée, aux perturbations macro qui touchent l’ensemble du continent, mais pour le moment et en dépit de la crise énergétique, l’hôtellerie européenne semble être prête se rallumer.  

Les prévisions MKG d’activité par année détaillées par gamme et par pays (et pour la France, par zone : Paris, Ile-de-France, PACA et Province) sont disponibles sur commande. Contactez-nous ou commandez-les en ligne sur le Store Hospitality ON.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?