Accéder au contenu principal

Tendances

Juillet 2021 : Malgré un temps maussade, les vacanciers étaient présents en France

Les touristes ont pris le chemin des vacances malgré la météo pluvieuse de juillet, amenant ainsi les performances hôtelières à continuer leur progression et à se rapprocher de leur niveau d’avant-crise. Si Paris et l'Ile-de-France restent nettement en-deçà de leurs standards, la Province a donc apporté un regain d'activité bienvenu.

Entre juin et juillet 2021, le taux d'occupation global de l'hôtellerie française est passé de 46% à 54,9%. Si l'écart avec l'année pré-COVID 2019 reste de -21,3 points, il se resserre petit à petit : il était de -35,6 points en juin 2021 relativement à la même période en 2019. Cela s'explique par le regain de la confiance des touristes, le besoin d’évasion mais aussi et peut-être surtout la progression du taux de vaccination de la population, qui a permis à beaucoup d'entre eux de reprendre le chemin des vacances.

Paris reste la zone la plus impactée en France avec un écart de TO de -48 points par rapport à son niveau de 2019 et un écart de RevPAR de -65,2%. Les performances de la capitale sont toutefois en hausse par rapport au mois précédent : le TO prend +10 points entre juin et juillet 2021 et passe à 37% (contre moins de 16% en juillet 2020).

Ces écarts sont moindres pour le reste de la région Île de France (39,4%) et surtout pour la Province grâce à une clientèle Loisirs et familiale qui profite de la période estivale : le taux d'occupation y rebondit ainsi à 63,1% (contre 51,8% en juillet 2020). Ainsi, avec un RevPAR de 60€ en moyenne en ce mois de juillet 2021, les hôtels de province sont revenus à "seulement" -9% de leur niveau d'activité de 2019, quand les hôtels parisiens sont eux à encore -65% (soit 1/3) de leur activité pré-COVID.

 

C’est encore une fois l’hôtellerie super-économique qui s’en sort le mieux avec un TO d’occupation à 62,8% (seulement 11,4 points de moins qu’en 2019) tandis que le segment haut de gamme n’affiche un TO qu’à 43,6% (-36,8 points de moins qu’en 2019). L'hôtellerie haut de gamme est en effet dépendante des activités touristiques étrangères et d'affaires qui peinent à redémarrer. Si ces résultats sont loin derrière ceux de l’avant-crise, ils restent toutefois nettement supérieurs à ceux du mois dernier.

La fin du mois a été marquée par l’arrivée du passeport sanitaire dans les cinémas, les théâtres, les parcs d’attraction et de loisirs mais les performances touristiques pourraient être davantage impactées par l’élargissement de cette mesure aux bars, restaurants, campings, transports à partir du 9 août. Le passeport sanitaire aura-t-il alors un réel impact sur la fréquentation hôtelière au mois d’août ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?