Accéder au contenu principal

Enquêtes

Comment les destinations européennes balnéaires dépasseront-elles la crise du Covid-19 ? PARTIE 2

La côte Méditerranéenne accueillait jusqu’à maintenant nombre de touristes désireux d’oublier leur quotidien au bord de plages ensoleillées le temps de quelques semaines de repos bien méritées. Quelle pérennité pour le modèle du tourisme de villégiature, basé pour certaines destinations sur une grande part de clientèle étrangère ? Quel impact durant la crise pour les hébergeurs? Quelles réactions des destinations ?

L'impact de la crise a été violent dans toutes les destinations européennes

Le RevPAR en France ne dépassait pas 3 euros HT en avril avec des TO à 5% sur le mois, en mai la tendance s’infléchit légèrement, avec des TO à 8,6% pour un RevPAR qui se fixe à 5,30€HT encore très loin des 64€ HT dégagés en janvier 2020. A partir du 12 mars, les TO sont passés sous la barre des 50%, atteignant 45,8%. Le TO se maintenait ainsi à 25,7% pour un RevPAR atteignant à peine les 23,9€HT.

Les hôteliers espagnols ont dû faire face à une fermeture administrative imposée par le gouvernement en période de confinement. L’annonce de l’assouplissement progressif des mesures de confinement et de la réouverture des frontières au 1er juillet permet aux exploitants de se projeter vers la réouverture après 2 mois et demi très complexes, les effets de la crise du Covid-19 ayant commencé à se faire ressentir dans la fréquentation des établissements espagnols dès le 8 mars, date à laquelle les TO passaient sous la barre des 50% avec 40,4% d’occupation le 8 mars.

En Italie, les performances ont décroché à compter du 23 février où le TO est tombé à 43% pour ne cesser de décroitre. Les établissements disponibles étaient occupés à 5,3% en moyenne en mars pour un RevPAR à 5,6€ HT en moyenne. En avril le TO se fixait en dessous des 1%, en mai la tendance est identique. La réouverture des frontières au 3 juin et les messages envoyés par les autorités locales pour la reprise de l’activité touristiques seront déterminants pour sauvegarder l’activité hôtelière d’une destination encore majoritairement occupée par de l’hôtellerie indépendante plus vulnérable aux crises.

En Grèce, dès le 27 février, la situation commençait à se dégrader avec un TO à 47,2% pour un RevPAR à 47,8€HT. Le mois de mars plafonnait à 15,4% de TO pour un RevPAR à 16€HT. Dès début avril, la grande majorité des établissements était fermée. Là aussi, la reprise sera déterminante et le gouvernement grec et ses partenaires s’emploient à envoyer des signaux positifs et rassurants vers les clientèles d’Europe du nord, déterminantes pour le démarrage de la saison estivale.

Une chose est à espérer, que la reprise soit aussi rapide que le décrochage des performances. Même si toutes les nuitées perdues ne seront jamais rattrapées, la reprise de l’activité sera déterminante pour la survie de la majorité des établissements. Une vigilance particulière devra être menée sur la politique tarifaire pratiquée par les hébergeurs qui pourraient être tentés de brader les prix dans une tentative d’attirer la clientèle à eux au détriment de la santé globale de plusieurs destinations.

Le point de vue des destinations. Entretiens croisés avec des dirigeants de collectivités locales, leur point de vue sur la crise, ses conséquences et les actions mises en œuvre

  • Claire Béhar, Directrice Générale du Comité Régional du Tourisme Côte d'Azur France
  • Michel Durrieu, Directeur Général du Comité Régional du Tourisme Nouvelle Aquitaine
  • Patrick Torrent, Directeur Exécutif dans l’Agència Catalana de Turisme et Président du réseau européen de destinations durables NECSTouR
  • Kristjan Staničić, M. Sc., Directeur de l'Office de Tourisme de Croatie

Quelle part du tourisme dans ces destinations ?

Catalogne Le tourisme représente 12% du PIB catalan. Si certaines industries comme l'automobile ont favorisé le développement économique de la Catalogne, c'est maintenant le tourisme qui pousse le développement, et tend à devenir la première industrie économique régionale.

Côte d’Azur France 150 000 emplois directs et indirects, soit 40 % des emplois de la destination, sont dépendants de la consommation touristique, représentant 20% du PIB. […] Ce sont des moyennes, dans certaines destinations la proportion est encore plus importante, notamment les plus petites stations littorales. La Côte d’Azur recense 53 % de clientèle internationale, jusqu'à 60% l’été. C’est également une destination très liée aux flux aériens.

Croatie Ces dernières années, la Croatie a enregistré une augmentation continue des arrivées et des nuitées de touristes nationaux et étrangers. En 2019, sur la base des données de notre système d'enregistrement des visiteurs, eVisitor, 109 millions de nuitées ont été enregistrées, ce qui représente 2,5 % de plus qu'en 2018. Les tendances positives du tourisme en Croatie ont également été confirmées par les indicateurs financiers. Les revenus totaux du tourisme des hôtes étrangers en 2019 ont dépassé 10 milliards d'euros et le tourisme génère environ 20% du PIB, alors qu'on estime que le tourisme emploie plus de 150 000 personnes en Croatie.

Nouvelle Aquitaine C’est le premier segment économique de la région devant l’agriculture et devant l’aéronautique. Cela représente 18 milliards d’euros de revenus touristiques soit 144 000 emplois. Nous recevons 32 millions de touristes et cela représente 9 % du PIB régional.

Quels impacts de la pandémie et quelles actions mises en œuvre pour faire face ?

Catalogne L’impact sur l’activité est terrible. Nous sommes presque à zéro en termes d’activité touristique en Catalogne. Les connexions internationales ont souffert d’une chute de 95%, il ne reste que 5% de connexion aérienne avec les aéroports catalans. Ces 5% concernent surtout le transport de première nécessité. Au niveau des établissements, la situation est similaire. Il y a 90% de chute de l’activité et les 10% sont focalisés surtout dans les industries essentielles pour accueillir les personnes qui travaillent pour le secteur de la santé ou du social. C’est une situation qui est terrible pour tout le secteur qui est maintenant en train de travailler pour la réouverture graduelle, surtout avec des garanties de la santé et de la sécurité des visiteurs. Ici en Catalogne, il reste encore les restrictions plus fortes en termes de mobilité, mais maintenant la situation de la crise sanitaire semble contrôlée.

Des mesures sanitaires pour préserver la santé des visiteurs, sont adoptées partout, dans les restaurants, les hôtels. Autour de moi, il y a cinq ou six hôtels qui préparent leur réouverture. Ils ne sont pas ouverts au public, mais travaillent pour garantir la sécurité et développer les actions de préventions. Je vois qu’il y a un effort et je vois la conviction de certains afin d’être sécurisés plus que jamais et de pouvoir accueillir les visiteurs quand les frontières seront ouvertes.

Il y a des mesures adoptées en deux temps. La première ligne de travail a été l'urgence et surtout l’information. Nous avons créé un espace Covid sur notre site internet pour informer le secteur et qu’il puisse prendre des décisions. Nous avons surtout parlé de la sûreté des mesures et de la fermeture organisée du secteur touristique dans la première phase de la crise sanitaire. Après cela, nous avons créé un programme de soutien afin d’accompagner les entreprises, les microentreprises catalanes et les travailleurs autonomes dans le secteur touristique pour leur permettre de respirer et pour pouvoir soutenir la situation. C’était alors 1 450 aides directes au secteur, une somme de 2 500€ pour chacun. Nous avons engagé 3,5 millions d’investissements directs sur le secteur. Maintenant nous sommes en train d’ouvrir une autre ligne de support de 9 millions d’euros. Avec ses 9 millions d’euros nous essayerons d’aider les typologies d’entreprises qui peuvent être bénéficiaires des aides, telles que les entreprises qui soutiennent le secteur. Nous devons préserver le tissu industriel de ce secteur et c’est pour cela que nous avons fait cette aide. Elle garantit que les professionnels du tourisme de la Catalogne ne vont pas disparaître, parce que cela pourrait arriver. Beaucoup d’entreprises qui sont en situation critique et nous avons décidé de les aider et de leur offrir ces ballons d’oxygène.

La deuxième phase, c’est la récupération. Nous travaillons avec le secteur pour développer une campagne de communication et récupérer la confiance en la destination. Repositionner la marque Catalogne pour travailler sur l’idée des véhicules émotionnels de tous les touristes. Nous allons appeler à leurs sentiments. Nous allons nous adresser à ces personnes qui ont été confinées pendant 70 ou peut-être 80 jours. Elles ont maintenant besoin plus que jamais de vivre toutes les opportunités des destinations touristiques que la Catalogne peut offrir.

Et c’est pour cela que nous allons communiquer surtout au marché de proximité, notamment en France ou nous recevons presque 5 millions de touristes chaque année. Mais également en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni. Même si la situation du Brexit est en transition actuellement, son marché pourrait arriver en Catalogne en voiture ou par avion. Les tendances et les changements de comportement de la clientèle nous font penser que les arrivées en voiture vont être supérieures à d’habitude et c’est pour cela que nous allons essayer de focaliser la communication aux marchés de proximité qui pourrait arriver en Catalogne.

Côte d’Azur France Nous avons été très impactés dès le mois de mars au niveau du tourisme d’affaires avec l’annulation des grands événements. Les professionnels ont donc très vite pris conscience de la mesure de l’impact de cette crise sanitaire qui allait se transformer en crise économique. Les collectivités, le département des Alpes Maritimes, la communauté d’agglomération, la région ont mis en place des fonds. Le département des Alpes Maritimes a porté un fonds d’urgence qui est mis en place par la CCI Nice Côte d’Azur. Il est doté de plus de 8 millions d’euros qui sont déjà consommés à plus de 80%.

Il y a la solidarité gérée par la région mise en œuvre avec l’Etat. Nous avons également relayé toutes les informations sur les dispositifs mis à disposition par le gouvernement. […] Nous avons également relayé les mesures mises en place par les communes sur par exemple le report ou l’exonération des droits de terrasse. Nous avons centralisé toute cette information que nous avons mise en ligne. Nous faisons régulièrement des newsletters pour informer des évolutions.

Dès le mois de mars, nous avons créé des comités techniques pour échanger nos informations et avoir une bonne coordination publique privée. Nous travaillons en étroite collaboration avec les syndicats hôteliers, les syndicats de restaurateurs, l’aéroport, la chambre de commerce, tous les offices de tourisme du territoire, le département des Alpes Maritimes, la Région et nous nous coordonnons également avec le CRT Provence Alpes Côte d’Azur pour avoir tous, le même niveau et la même qualité d’information. David Lisnard qui est le président du CRT Côte d’Azur qui est aussi maire de Cannes, relaie les demandes des professionnels au niveau de l’Etat. […] Nous sommes là pour accompagner nos professionnels du tourisme et nos entreprises pour cette période de transition, avant une reprise que nous espérons le plus tôt possible.

En toute humilité, nous continuons à faire vivre la destination sur les réseaux sociaux. Nous avons participé à l’initiative #fenêtresurlaFrance et nous avons créé un #fenêtresurlaCôtedAzur qui nous permet de partager au quotidien nos belles images, nos souvenirs, ce que nous aimerions faire lors du déconfinement. Cela nous permet de continuer à avoir un lien avec notre communauté. Nous avons d’ailleurs un #CôtedAzurFrance qui est suivi par 670 000 fans. Cette #fenêtresurlaCôtedAzur nous a permis de déployer une autre communication pendant cette période transitoire. Nous faisons des quizz […] une dynamique pour entretenir la communauté des amoureux de la Côte d’Azur.

Croatie Nous avons enregistré une grande diminution du trafic touristique, à savoir une baisse cumulée d'environ 70 %, ce qui aura un impact négatif sur les revenus. Les entreprises du secteur touristique sont jusqu'à présent bien conscientes de la crise, car avec le soutien du gouvernement, elles ont adopté des mesures et utilisé une assistance pour compenser l'impact économique pendant cette baisse. Cela a permis de préserver les emplois et la liquidité des entreprises, ce qui était l'objectif stratégique des mesures. Nous approchons de la haute saison d'été, durant laquelle, en raison de l'excellente situation épidémiologique de notre pays, nous espérons générer un certain trafic touristique et reprendre un certain tourisme dans un cadre réaliste.

Nouvelle Aquitaine Nous allons clairement avoir une problématique. Le déconfinement va être très long avec des frontières qui vont rester fermées longtemps. Le tourisme étranger va être très fortement impacté. Nous estimons la perte supérieure à 60 % pour les clientèles étrangères sur l’ensemble de l’année. Il y aura également clairement un impact pour le Pays Basque puisque la frontière espagnole risque de ne pas être très fluide.

Il y a eu une période de sensibilisation des acteurs. Au départ ils n’étaient pas conscients de la gravité de la situation. Il a fallu plusieurs semaines pour qu’il y ait une réelle prise de conscience. Il a fallu donner des informations, pour voir la gravité de la crise sanitaire et de la crise économique. Donc de l’impact que ça allait avoir sur le tourisme. Nous avons dit très tôt qu’il n’y aurait pas de mois d’avril ni de ponts. C’était un discours très difficile à porter. Nous avons informé les professionnels qu’il y aurait des choix économiques à faire, qu’il allait falloir adapter l’offre. Nous les avons invités à y réfléchir ensemble. Nous leur avons expliqué qu’il fallait commencer à penser à l’annulation des événements. Certains ont résisté.

Il y a ensuite eu des aides financières de la région pour compléter les aides de l’état. Il fallait arrêter d’avoir une communication traditionnelle durant cette période. C’est tout cet accompagnement que nous avons mis en œuvre.

Quelle vision de leurs destinations post Covid-19 ?

Catalogne Cette parenthèse a permis d’ouvrir l’opportunité et la réflexion du consommateur qui sera plus conscient que jamais du besoin commun de travailler dans un modèle durable et compétitif. Pour cette durabilité et compétitivité, il faut travailler en deux axes, le premier sera la durabilité sociale, culturelle, environnementale et aussi économique et touristique. La deuxième sera la digitalisation. Nous venons de faire en immersion forcée de la digitalisation en 80 jours. Mais c’est vrai que certaines choses que nous avons apprises pendant ces périodes seront utiles dans ces nouveaux modèles durables et compétitifs que nous allons bâtir.

Côte d’Azur France Cette crise sera un accélérateur des tendances émergentes qu’il y avait autour d’un tourisme plus durable. Plus soutenable économiquement, socialement ainsi qu’au niveau de l’environnement. Les tendances étaient le retour à un tourisme plus naturel, responsable, de recherche de grands espaces. Nous attendons à très court terme la réouverture des 15 parcs naturels départementaux, régionaux et du parc naturel du Mercantour. […] Nous avons des atouts sur la Côte d’Azur en lien avec ce tourisme de la beauté des paysages préservés.

Sur les ailes de saison, ce qui était très important pour nous également, c’était le tourisme événementiel autour de la culture, du sport, du tourisme d’affaires. Là, il y aura de nouveaux modèles à réfléchir, c’était un marché très important pour nos hôteliers, nos plagistes et nos restaurateurs, pour démarrer la saison touristique dès le mois de mars puis l’étendre le plus longtemps possible. En tant que CRT, nous faisions beaucoup de promotion pour désaisonnaliser le tourisme et faire vivre le tourisme sur la Côte d’Azur toute l’année sachant que le tourisme y est né l’hiver.

Croatie La crise a montré l'importance du tourisme pour de nombreuses économies, à savoir son lien profond et son impact sur d'autres segments de l'économie. Il est certain que le tourisme, surtout dans cette première période après la crise du Coronavirus, sera différent dans la façon dont les processus seront exécutés, car l'accent sera mis sur les mesures de santé, de sécurité et de sûreté qui nous permettront de mettre un terme à cette pandémie. Cependant, nous comprenons que les gens ont hâte de voyager et c'est une chose que nous devons tous avoir à l'esprit lorsque nous construisons ensemble l'avenir du tourisme, tout en prenant encore plus soin de l'environnement et du développement durable.

Nouvelle Aquitaine La Nouvelle Aquitaine est la première destination des Français. Nous avons une très grande fidélité des clientèles françaises. […] 50% des Français iront toujours au même endroit en vacances ; 50% des Français se baigneront toujours sur la même plage.On peut estimer que les Français cette année continueront à venir en Nouvelle Aquitaine.

Il y aura des contraintes de transport. De nombreux Français ont été touchés par la maladie. Le chômage technique aura un impact économique et sur les ménages. Les 16% de perte de salaire, correspondent au budget loisirs et vacances des Français. Il y aura donc un impact certain. Les gens voudront rendre visite à leur famille avant de partir en vacances.

Nous attendons tout d’abord en Nouvelle Aquitaine beaucoup de solidarité. Nous avons lancé très tôt la communication Solidarité Tourisme, juste avant l’annonce du confinement. Nous avons été la première région à dire Restez chez vous. Nous nous sommes associés à l’OMT, qui en parallèle disait : Voyagez Demain. […] Nous avons également fait remonter les actions de solidarité des professionnels du secteur. […] Nous allons maintenant demander une certaine solidarité des Français, notamment ceux qui ont l’habitude de venir sur nos destinations. […] Cette situation obligera à beaucoup de solidarité.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?