Accéder au contenu principal

Enquêtes

La réalité virtuelle peut-elle s’immiscer dans l’hôtellerie ?

Dernière innovation mise à la disposition du grand public, la réalité virtuelle offre à ses utilisateurs une immersion totale et une expérience qui pourrait s’apparenter à un voyage interactif. Elle est disponible via un casque qui projette des images de synthèse d'un environnement virtuel en 3D dans lequel on peut évoluer, donnant l'impression d'une immersion dans un monde réel. Si elle se destine pour l’instant au milieu médical, à la formation professionnel (ex : simulation de conduite) ou à l’univers des jeux vidéo, son application dans le secteur touristique pourrait devenir réalité dans peu temps.

Les Google Glass sont déjà obsolètes, alors que se prépare l'arrivée d'un autre outil technologique plus performant, la réalité virtuelle. Donnant l'impression d'une immersion dans un univers en 3D, le procédé a déjà conquis les acteurs du High Tech, dont le nombre se multiplie d'ailleurs sur ce nouveau marché. Pionnière en la matière, la start-up Oculus VR, filiale de Facebook, offre une expérience d'immersion 3D via son outil phare, l'Oculus Rift. Ce casque, qui coûte approximativement 350 €, sera commercialisé fin 2015 (ou début 2016) auprès du grand public. Derrière, la concurrence se met en place même si Oculus détient énormément de brevets d'utilisation (notamment grâce à son Oculus Store). Samsung, partenaire d'Oculus, a par exemple lancé le Samsung Gear VR en 2014 avec un prix placardé à 200 €. De plus, la société spécialisée dans l'impression 3D, Altergaze, propose aux utilisateurs de composer leur propre paire de lunettes. Enfin, pendant que Sony prépare en secret son projet Morpheus, Google a lancé une version low-cost : le Cardboard, un casque en carton qui ne coûte que 15 €. Il permettra notamment de profiter de Google Earth et Google Map. Mais alors, quelle utilisation pour le casque de réalité virtuelle dans le secteur touristique ? Deviendra-t-il un objet de communication pour les agences de voyages, remplaçant par la même occasion les brochures ? Assistera-t-il les clients dans la préparation de leur voyage en devenant un objet du quotidien comme l'iPad ? Ou permettra-t-il un voyage tous les soirs, depuis son canapé, comme dans le clip précurseur de Duke Dumont (I Got U). Rien n'est impossible. En attendant, certains professionnels du tourisme se familiarisent avec le nouvel outil.

Promouvoir une destination ou un hôtel avec la réalité virtuelle

A peine sortie de l'usine, l'Oculus Rift avait déjà séduit Marriott International. Dans le cadre d'une opération de communication datant de septembre 2014, le groupe hôtelier s'etait associé à la compagnie d'effets spéciaux britanniques Framestore CFC, davantage connue pour ses activités cinématographiques (Harry Potter, Chicken Run, etc.). Marriott avait installé deux cabines de "téléportation" équipées de la technologie Oculus Rift devant le New York City Hall, permettant aux clients de visiter, à l'aide du casque, une plage de sable noir à Hawaï ou le sommet d'un gratte-ciel londonien, au choix. Une sensation de chaleur accompagnait la première expérience, de vent froid la seconde. "La technologie est là depuis un certain temps...mais maintenant qu'elle est de plus en plus accessible au grand public, nous avons voulu être le premier à sauter le pas" avait déclaré Michael Dail, Vice Président Global Brand Marketing, Marriott Hotels & Resorts au magazine Wired. "Nous voulions quelque chose de plus immersif, de plus 'expérientiel', qui aide les gens à se connecter avec la sensation du voyage". Autre innovation, la société Eon Reality va prochainement lancer son produit Nassif House qui permettra de découvrir des lieux difficiles d'accès pour les touristes en réalité virtuelle.

Et si la réalité virtuelle s'invitait au menu des restaurants d'hôtel ?

Le designer Jinsoo An, basé à Los Angeles, a créé une expérience de restauration virtuelle baptisée Project Nourished qui nécessite l'utilisation du casque Oculus Rift. Elle permet aux utilisateurs de tester des plats qu'ils ne sont pas censés manger à cause d'une complication médicale (ex : allergie, obésité, diabète, hypertension, etc.). Or, avec ce projet, le casque créé un environnement visuel et sonore basé sur un lieu réel (ex : café parisien à Montmartre) tandis que les diffuseurs olfactifs reproduisent l'odeur du repas. La "nourriture", mis sous forme de tarte, de steak ou de sushis, remémore la texture et la saveur des aliments qui ne sont en fait que des dérivés d'agar-agar ou de gomme arabique. L'un des avantages, c'est que la teneur en calorie est faible. Cette expérience culinaire pourrait s'insérer dans une offre de F&B original. Si la réalité virtuelle ne remplace pas une expérience de voyage classique, elle permet aux clients hésitants de décider quelle destination ou quel hôtel choisir pour leur séjour. Encore faut-il que les établissements hôteliers jouent le jeu de la haute-technologie, parfois intrusive.

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?