Accéder au contenu principal

Actualités

Septembre : un excellent retour aux affaires à l'échelle européenne, la France dans le peloton de tête

La reprise de l'activité économique après la période estivale a nettement profité à l'hôtellerie européenne. Grâce à une croissance conjuguée des prix moyens (+3,1%) et de la fréquentation (+1,6 point de taux d’occupation), le revenu par chambre progresse de 5,2% en septembre 2006. Le mois de septembre est prometteur pour la plupart des pays de l'UE. La France fait partie des bons élèves de cette rentrée avec une hausse du RevPAR de 7,1%.

Stratégique à plus d'un titre pour tous les hôteliers européens, le mois de septembre 2006 se termine sur une note très positive. Le revenu par chambre progresse de 5,2% pour ce mois marqué par la reprise de l'activité économique après la saison estivale. Comme l'année dernière - un RevPAR en croissance de 3,6% en septembre 2005 - l'hôtellerie européenne aura réussi sa rentrée. Celle-ci a donc été encourageante à plus d'un titre. Les hôteliers continuent à faire évoluer leurs tarifs (+3,1%) sans que la fréquentation en souffre (+1,6 point). Les mois précédents, la catégorie haut de gamme tirait l'ensemble des résultats vers le haut. En septembre, elle continue à voir ses performances s'améliorer par rapport à l'année précédente avec une hausse de 4,4% du RevPAR.Après un très bon mois d'août, la Belgique ne réitère pas sa performance en septembre dernier (-6,0%). Pas plus que celle de l'année précédente où le Plat Pays avait enregistré une croissance record de son RevPAR (15,7%). Les prix moyens restent sous pression (- 6,1%), notamment dans la capitale Bruxelles, qui avait accueilli l'année dernière plusieurs salons. L'hôtellerie belge a pu également souffrir de l'absence au calendrier de la Formule 1 du Grand Prix de Spa-Francorchamp. La tendance reste cependant favorable au Plat Pays sur douze mois cumulés avec un RevPAR en hausse de 3,7%. Autres pays à avoir le moral en berne, ceux d'Europe du Nord. La Suède enregistre une baisse de 11,6% de ses performances et son voisin danois de 5,0%. En septembre, les hôteliers scandinaves ont dû pratiquer une politique tarifaire agressive (- 11,6 % en Suède) pour soutenir une fréquentation qui reste stable par rapport à l'année dernière.Mais ce sont les catégories économiques qui, ce moisci, sont à l'honneur. Le segment 2* en particulier puisque son RevPAR progresse de 9,0% grâce à une forte croissance du prix moyen (+5,6%) conjuguée à une hausse des taux d'occupation de 2,5 points. Les catégories super-économiques sont à l'unisson de cette tendance favorable avec une hausse de 5,2% du prix moyen pour le 1* et de 4,3% pour le 0*. Ces politiques tarifaires plus audacieuses démontrent l'optimisme des hôteliers qui anticipent une croissance de la demande pour ces produits " premiers prix ". Elles témoignent en tout cas d'un certain optimisme quant aux mois à venir. Sur douze mois cumulés, la hausse générale des prix moyens (+ 4,0%) permet à l'hôtellerie européenne d'afficher une progression du RevPAR de 5,9% toutes catégories confondues.Parmi les pays au premier plan ce mois-ci, la France, qui aura vécu un très bon mois de septembre. L'arrière-saison est dans la droite ligne des vacances d'été : excellente. Ni la concurrence étrangère ni la baisse du pouvoir d'achat n'ont suffit cette année à essouffler la fréquentation, qui augmente même légèrement par rapport à 2005 (+1,2 point). Mais c'est surtout la percée du prix moyen (+5,5%) qui permet de se réjouir. Les grandes villes et le littoral concentrent le gros de la progression et tirent les indicateurs vers le haut, avec un RevPAR global en hausse de 7,1% par rapport à septembre 2005. La franche reprise du tourisme d'affaires, avec force salons et séminaires, s'est combinée à un volet loisirs encore vivace (on constate depuis quelques années que la haute-saison s'étale au-delà de juillet-août). "Il y a aussi un effet conjoncturel de reprise du marché" observe Marie-Béatrice Lallemand, directeur général du pôle luxe de Louvre Hotels et directeur général de l'hôtel le Crillon à Paris. "Et les marchés porteurs comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Moyen-Orient étaient au rendez-vous". A tout cela il faut désormais ajouter l'apport des BRIC (Brésiliens, Russes, Indiens, Chinois) dont la présence s'accentue d'années en années au sein de la Capitale.Sur le littoral, les professionnels ont pu constater une grande présence de la clientèle européenne, égale voire parfois supérieure à 2005 à la même époque. "Le beau temps a bien aidé et du coup nous avons reçu beaucoup d'Anglais et d'Espagnols", confirme Isabelle Mendès, réceptionniste du Tulip Inn Biarritz Louisiane. "Ce sont eux, plus que la clientèle domestique, qui permettent de réaliser de bons taux d'occupation sur la rentrée. Les Hollandais, par contre, sont nombreux sur juillet et août mais rares au-delà de la période".L'Allemagne, de son côté, continue sur la lancée de la Coupe du Monde. En septembre, les hôteliers allemands ont pu se réjouir d'une croissance de leur revenu par chambre de 8,3% très largement tirée par une hausse des tarifs. Le haut de gamme est le principal bénéficiaire du grand retour des hommes d'affaires. La catégorie 4* affiche un prix moyen en hausse de 6,8% à 117,3 euros pour une croissance du RevPAR de 8,4%.Au Royaume-Uni, c'est "business as usual" pourrait-on dire : l'hôtellerie britannique continue mois après mois d'afficher une forme insolente avec une progression du RevPAR de + 8,0% en septembre dernier. Les établissements d'outre- Manche enregistrent la plus forte progression mensuelle du taux d'occupation (+3,6 points). La croissance du revenu par chambre est également impressionnante aux Pays-Bas, qui frôlent les 10% d'augmentation (+9,4%). Bénéficiant d'une bonne arrière saison touristique et d'une croissance du tourisme d'affaires notamment en provenance des Etats-Unis et du Japon, l'hôtellerie néerlandaise surpasse encore sa très bonne performance de septembre 2005. Les pays méditerranéens peuvent également être contents du mois écoulé. L'Italie (+3,0%) et plus encore l'Espagne (+11,8%) ont vu leurs résultats s'améliorer franchement. Du côté des pays de l'Est, le très bon alterne au moins bon. La Pologne remporte la palme de la croissance avec un RevPAR en hausse de 11,9% en septembre dernier et reste sur une hausse du revenu par chambre de 8,7% sur douze mois cumulés grâce à une hausse des prix moyens de 4,3% et une amélioration des taux d’occupation de 2,3 points. En Hongrie, les tarifs enregistrent une spectaculaire reprise en septembre dernier (+18,1%). Conséquence positive : le RevPAR est orienté à la hausse (+10,1%) malgré un recul de l’occupation. En revanche, la RépubliqueTchèque continue de fléchir mois après mois. En septembre son RevPAR est même inférieur à celui de son voisin hongrois (87,7 euros contre 88,0 euros).Après un très bon mois d'août, la Belgique ne réitère pas sa performance en septembre dernier (-6,0%). Pas plus que celle de l'année précédente où le Plat Pays avait enregistré une croissance record de son RevPAR (15,7%). Les prix moyens restent sous pression (- 6,1%), notamment dans la capitale Bruxelles, qui avait accueilli l'année dernière plusieurs salons. L'hôtellerie belge a pu également souffrir de l'absence au calendrier de la Formule 1 du Grand Prix de Spa-Francorchamp. La tendance reste cependant favorable au Plat Pays sur douze mois cumulés avec un RevPAR en hausse de 3,7%. Autres pays à avoir le moral en berne, ceux d'Europe du Nord. La Suède enregistre une baisse de 11,6% de ses performances et son voisin danois de 5,0%. En septembre, les hôteliers scandinaves ont dû pratiquer une politique tarifaire agressive (- 11,6 % en Suède) pour soutenir une fréquentation qui reste stable par rapport à l'année dernière.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?