Accéder au contenu principal

Actualités

Novembre accentue le mouvement de reprise en Europe

L'hôtellerie européenne continue d'afficher des performances réjouissantes. Le mois de novembre ne déroge pas à la règle avec une croissance du RevPAR de 4,7%. La France affiche ses meilleurs résultats depuis cinq ans. L'Allemagne, le Royaume-Uni et le Benelux ne sont pas en reste.

La fin d'année est heureuse pour les hôteliers européens. La performance d'ensemble du mois de novembre leur offre de nouveaux motifs de satisfaction avec un revenu par chambre disponible en hausse de 4,7%. Ce bon résultat est d’autant plus satisfaisant que c’est surtout la fréquentation qui rebondit (+1,9 points). Les prix moyens suivent également, mais à un rythme légèrement moins soutenu (+1,7%). L'hôtellerie super- économique confirme sa vitalité à l'échelle continentale (+8,7% pour le 1*). La catégorie 2* n'est pas en reste (+7,1%). Mais en novembre, c'est le milieu de gamme qui se démarque. Ce segment, plus en retrait sur douze mois cumulés, enregistre une hausse du RevPAR de 5,8%. Un résultat plus que satisfaisant malgré quelques faiblesses notamment en Allemagne. L'hôtellerie haut de gamme est légèrement en retrait (+3,4%) en raison d'une croissance plus modérée des prix (+1,0%). Toujours très vigilants sur leur positionnement concurrentiel, les hôteliers de la catégorie n’ont toujours pas renoué avec les augmentations tarifaires significatives.Les Pays de l'Est sont tous orientés positivement. La Pologne enregistre une croissance grâce à une forte hausse du taux d’occupation. Mais les pressions concurrentielles, notamment à Varsovie entrainent une baisse des prix. Cependant, sur douze mois cumulés, le pays affiche un RevPAR en hausse (+ 6,8%), toujours grâce à une fréquentation en progression. La Hongrie a connu également un mois de novembre relativement satisfaisant (+3,7%). Des trois nouveaux entrants dans l'Union Européenne, seule la République tchèque enregistre des résultats cumulés en baisse (-3,1%). Le mois de novembre n'a pas permis au pays d'inverser la tendance. Loin de là, puisque l'hôtellerie tchèque enregistre une baisse de son revenu par chambre disponible de 12,4% en novembre. L'hôtellerie européenne s'apprête donc à finir 2005 avec une progression de son revenu par chambre proche des 2%. Les taux d'occupation et les prix moyens ont enregistré une progression au même rythme au cours de l'année. L'ensemble des segments auront pleinement profité de cette année 2005. En premier lieu, l'hôtellerie économique et super-économique entre 3 et 4%. Les segments supérieurs, 3 et 4*, n'ont aucune raison de rougir de leurs performances. 2006 confirmera- elle la croissance initiée depuis 2004 ?Ces résultats positifs n'en cachent pas moins de fortes disparités. La France remporte la palme de la croissance avec une croissance à deux chiffres de son revenu par chambre (+11,3%). Pour l’Hexagone il s’agit tout simplement de la meilleure performances depuis 5 ans, et ce, malgré les émeutes qui ont touché la métropole en novembre. De l'autre côté de la frontière, la Belgique fête également de belle manière son 175ème anniversaire avec un résultat en hausse de 8,3%. La forme de l'hôtellerie bruxelloise explique en grande partie ces résultats d'ensemble réjouissants alors qu'Anvers retrouve des couleurs après plusieurs mois perturbés par des travaux autoroutiers ainsi qu'une conjoncture défavorable.Les Pays-Bas, Amsterdam en tête, continuent d'afficher mois après mois grâce à une conjoncture internationale favorable des performances qui tranchent avec une année 2004 en demi teinte (+4,4% de croissance du RevPAR en novembre). L'Allemagne, également, peut se réjouir de son mois de novembre (+3,2% pour le RevPAR). “Novembre est toujours un gros mois avec un segment Affaires très fort”, confiait Otto Lindner, CEO de Lindner Hotels. Même si certaines places souffrent encore comme Düsseldorf, la plupart des villes outre-Rhin voient leurs résultats favorablement orientés, Hanovre et Hambourg en premier lieu. L'hôtellerie haut de gamme (+3,9%) et économique (+6,2%) soutiennent l'activité hôtelière allemande, alors que le milieu de gamme est obligé de consentir des efforts tarifaires pour soutenir la fréquentation.De l'autre côté de la Manche, l'hôtellerie britannique confirme une tendance toujours favorable (+2,8%). Certes, les événements de juillet dernier pèsent sur les résultats cumulés qui auraient pu être plus favorables encore (+3,5% seulement !). La fréquentation stagne mais reste à des niveaux élevés, notamment à Londres où les taux d'occupation sont proches des 80%. Les hôteliers du pourtour méditerranéen européen enregistrent un mois de novembre disparate. L'Italie souffre en novembre avec un RevPAR qui stagne. Rome n'affiche plus, en cette fin d'année, la santé du premier semestre. En revanche, l'Espagne contrebalance le repli des prix moyens par des taux d'occupation en hausse. Fait réjouissant, sous l’effet d’une croissance du PIB supérieure à celle des autres grands pays d’Europe, l’Espagne semble bel et bien en passe d’absorber ses difficultés de surcapacité. Mais l’Espagne reste un des rares pays à afficher des résultats sur douze mois cumulés en baisse.L'hôtellerie danoise a également souffert en novembre. Le revenu par chambre subit un net recul avec – 16,3%, en raison de prix moyens en chute libre (-18,6%). En comparaison, la Suède a connu un mois de novembre nettement plus réjouissant avec une progression du RevPAR de 2,8%. “avons affiché complet tous les week-ends, contrairement à l'année dernière”, confirme Sari Josket, manager du Comfort Home Hotel Tapto à Stockholm, “nous avons fait ce qu'il fallait pour. Hôtel d'affaires, nous avons donc décidé de nous concentrer sur le segment tourisme avec des “packages week-end”. Sur l’ensemble du pays, la hausse de la fréquentation des établissements (+4,2 points) a néanmoins été acquise en contrepartie d'efforts tarifaires (-3,5%).Les Pays de l'Est sont tous orientés positivement. La Pologne enregistre une croissance grâce à une forte hausse du taux d’occupation. Mais les pressions concurrentielles, notamment à Varsovie entrainent une baisse des prix. Cependant, sur douze mois cumulés, le pays affiche un RevPAR en hausse (+ 6,8%), toujours grâce à une fréquentation en progression. La Hongrie a connu également un mois de novembre relativement satisfaisant (+3,7%). Des trois nouveaux entrants dans l'Union Européenne, seule la République tchèque enregistre des résultats cumulés en baisse (-3,1%). Le mois de novembre n'a pas permis au pays d'inverser la tendance. Loin de là, puisque l'hôtellerie tchèque enregistre une baisse de son revenu par chambre disponible de 12,4% en novembre. L'hôtellerie européenne s'apprête donc à finir 2005 avec une progression de son revenu par chambre proche des 2%. Les taux d'occupation et les prix moyens ont enregistré une progression au même rythme au cours de l'année. L'ensemble des segments auront pleinement profité de cette année 2005. En premier lieu, l'hôtellerie économique et super-économique entre 3 et 4%. Les segments supérieurs, 3 et 4*, n'ont aucune raison de rougir de leurs performances. 2006 confirmera- elle la croissance initiée depuis 2004 ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?