Accéder au contenu principal

Entretiens

"Notre industrie est un véritable écosystème"

Alors que les professionnels de l'hébergement terminaient la haute saison estivale sur un bilan positif, notamment pour les destinations côtières et rurales, les annonces gouvernementales les plongent dans l'inquiétude. Echange avec Christine Welter présidente du Syndicat des Hoteliers de Cannes et Bassin Cannois ( UMIH CANNES )

Un bol d’air pour les hébergeurs cet été sur la Côte d’Azur

Sur la destination cannoise, plébiscitée par les touristes cet été, le bilan de la haute saison était bien meilleur que redouté. Alors que certains des 120 établissements étaient encore fermés jusqu'à la mi- juillet, les taux d'occupation dépassaient 50% durant le premier mois de haute saison, chiffres encore meilleur au mois d'août où les établissements étaient remplis à 76,3%. 

Certes l'absence de clientèle internationale et MICE avait pénalisé l'hôtellerie haut de gamme, mais le travail entrepris par le Syndicat des Hoteliers aux côtés de la ville pour conquérir une clientèle de proximité avait porté ses fruits. Les prix moyens du mois d'août restaient satisfaisants y compris pour le segment luxe qui était parvenu à maintenir une moyenne de 439 € HT pour un PM toutes catégories confondues à 187 € HT contre 236€HT en août 2019.

Un travail de fond pour réinventer la destination

L'opération 3=4 lancée par les hôteliers cannois dès juin soutenue par Cannes qui offrait le stationnement dans les parkings gérés par la Ville s’est révélée un succès / investissement marketing global de 550 000 Euros.  Les opérations de promotion financées à hauteur de 2 millions d’euros pour le CRT Côte d’Azur France étaient venues soutenir le travail réalisé sur le terrain.

« Nous avions mis en œuvre énormément de choses pour conquérir une nouvelle clientèle et nous y étions parvenus. Alors que nous comptions également sur les clientèles britanniques et allemandes pour remplir l’arrière-saison, les britanniques se sont vu imposer une quarantaine de 14 jours, le résultat immédiat a été une vague d’annulations conséquente. Nous devons donc faire face à une fin d’année sans clientèles internationale, sans événements et sans la clientèle européenne. Nous étions prêts à relever le défi avec tout ce que nous avions mis en œuvre notamment pour les vacances de la Toussaint. Cannes Golf Week, opération 2=3 ou encore pack activités mais quelles perspectives si les restaurants et bars doivent fermer ? Soyons réalistes, le room service dans un hôtel ne fait pas rêver. Si les clients ne peuvent pas se divertir qu’est ce qui va les attirer chez nous ?»

Des hôteliers responsables qui ont su s’adapter aux conditions sanitaires actuelles…

Christine Welter, partage l’inquiétude des hébergeurs de la destination. Après plusieurs semaines de travail avec l’UMIH pour mettre en place un protocole complet et efficace, les hôteliers voient leur écosystème dangereusement fragilisé par la menace de fermeture des bars et restaurants dans la région PACA.

« Notre personnel est extrêmement bien protégé par le protocole, nous craignions des cas de contamination et aucune des femmes de chambres n’a contracté le virus par exemple. Seuls certains employés millennials qui ont des activités plus diversifiées en dehors de leur travail ont contracté le virus. Nos protocoles à l’intérieur des entreprises protègent : c’est une certitude »

« Notre forte activité MICE nous pousse à l’excellence dans le respect des process. Nous sommes habitués dans toutes les catégories d’hôtels à mettre en place des normes d’accueil à la hauteur des clients qui viennent du monde entier sur nos congrès internationaux. La mise en place des protocoles Covid est respectée à la lettre dans l’hôtellerie »

…Mais face à l’incertitude

L’annulation de nombreux événements MICE qui sont habituellement parmi les points forts de la destination laisse également les hôteliers dans l’incertitude quant aux mois à venir. « Le yachting a été annulé à la dernière minute, les autres salons et congrès habituellement programmés en automne l’ont été également. Certains établissements vont fermer dès maintenant, d’autres en octobre et je pense que nous serons tous fermés entre novembre et janvier au minimum. Notre signal de départ sera la tenue ou non du MIPIM en mars 2021 qui est en temps normal le lancement de la saison ».

« La complexité et le manque de cohérence des messages envoyés par le gouvernement nous plongent dans l’incertitude. Pourquoi une réouverture qui était acceptable en juin dans les restaurants ne l’est plus maintenant ? »

« Nous allons faire face à un problème économique et financier. Si les bars et restaurants font face à une fermeture administrative ils seront éligibles au chômage partiel et autres mesures de soutien. Quid des hôtels qui devront fermer faute de clients mais qui n’auront pas droit à ce dispositif ? Les hôtels peuvent bénéficier du chômage partiel jusqu’au 30 septembre, à date [25 septembre] aucun décret n’est sorti pour la suite du dispositif. »

« Certains restaurants et bars ne seraient pas irréprochables, c’est là que l’Etat doit jouer son rôle régalien en contrôlant et en sanctionnant. Nous n’avons vu aucun contrôle cet été. »

« Nous ne pouvons pas tenir 12 mois sur 4 semaines de trésorerie, c’est l’évidence. »

Une destination soudée pour se réinventer

« Nous allons poursuivre le travail mené avec la Ville de Cannes et le CRT Côte d’Azur France. Nous organisons des ateliers de réflexion pour réinventer notre offre MICE, notre offre adressée à la clientèle internationale ou encore les codes de notre ADN luxe. Nous réfléchissons même à travailler sur la situation des petits établissements hôteliers pour leur ouvrir des opportunités de changement de destination si nécessaire ».

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?