Accéder au contenu principal

Tendances

Mars 2019 : Les performances hôtelières dans le rouge en France

Un RevPAR en baisse malgré des prix maintenus à la hausse, les hôteliers ont souffert en mars 2019. Image de marque écornées par les manifestations Gilets jaunes ? Paris passe dans le négatif mais n'est pas la seule à souffrir en mars et tous les segments sont impactés. Mars est habituellement un mois de rebond pour l'hôtellerie française qui profite également d'un calendrier évènementiel favorable. 2019 rompt avec cette tendance.

La tenue de la cérémonie des César en février cette année ne suffit bien sûr pas à expliquer la baisse des performances hôtelières qui se traduisent pas un RevPAR à -1,2% toutes catégories confondues par rapport à mars 2018 qui affichait un progression de +6,8%.
59,1 € HT de RevPAR donc en mars 2019 pour les hôteliers français avec un TO en baisse de -1, 8 point (67,2%) et des prix moyens maintenus à +1,6%, 91,3€ HT. Ce sont les segments d'entrée et de haut de gamme qui sont le plus impactés avec -2,3 points d'occupation et un RevPAR à -0,9% soutenu par des prix maintenus à la hausse +2,7% pour le super économique. Sur le haut de gamme et luxe, baisse de 2,9 points de TO (67,2%), prix maintenus à +2,8% (200 € HT) pour un RevPAR à -1,5% (134,5 €HT) plus forte baisse par segment.

Au year to date, la tendance reste positive sur les trois premiers mois de l'année : + 2,4% de RevPAR en super économique, + 2,2% en économique, +0,9% en moyen de gamme et +0,2% en haut de gamme et luxe soit une progression globale de +1,2% (53,70€ HT). Le mois d'avril permettra peut-être de redonner des couleurs aux hôteliers français.

Alors que l'Île-de-France tirait les performances vers le haut en février, c'est la région capitale qui chute en mars avec -4,9% de RevPAR par rapport à mars 2018 (81,70€ HT) impacté par un TO en chute de -4,1 points. La capitale perd -2,8 points d'occupation (78,5%) et le reste de la région accuse une forte baisse de -5,2 points (69,9%) du TO. Le RevPAR chute donc de -4,9% sur la région Île-de-France (81,7€HT).

En province au global le tableau est moins noir, les régions parviennent à maintenir des indicateurs dans le vert avec +2,2% au RevPAR (47,7€ HT) mais ce sont les prix moyens qui permettent de rester dans le positif alors que le TO perd -0,7 point (60,4%).
Si Cannes (qui a bénéficié du MIPIM), Lille, Lyon, Marseille, Rennes et Rouen, s'en sortent bien avec un RevPAR qui progresse de +15,5% pour Lille à +7,1% pour Rouen, d'autres affichent des performances en demi-teinte.

Nantes +1,6% de RevPAR poussé par le TO qui progresse de +2,2 points (69,7%) et Strasbourg +0,4% de RevPAR tiré uniquement par la hausse des PM +4,7% alors que le taux d'occupation perd -2,5 points, tirent tout juste leur épingle du jeu.

Le tableau est plus sombre pour Toulouse (-4,0% de RevPAR), Grenoble (-4,8%), Montpellier (-5,5%), Nice (-6,3%), et Bordeaux qui affiche les plus mauvaises performances avec -8,7% de RevPAR (52,4€ HT) ainsi que la plus forte baisse de TO -5,1 points. L'offre n'a pourtant pas fini de se développer dans la capitale girondine qui doit trouver un second souffle dans sa fréquentation.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?