Accéder au contenu principal

Tendances

Mars 2018 : l’hôtellerie française toujours endurante

L’hôtellerie française est une nouvelle fois, ce mois-ci, sur une bonne dynamique. Si tous les segments sont en forme au global, le haut de gamme et le super-éco tirent les chiffres vers le haut, en particulier sur le taux d’occupation.

Mars 2018, c’était aussi la 43ème cérémonie des César à la salle Pleyel à Paris, le salon du Livre ou encore la fin du salon de l’Agriculture et de la Fashion Week ayant déjà fait l’objet d’une analyse.

Après un début d’année encourageant avec un mois de janvier enregistrant un RevPAR en hausse de +3,9%, puis un mois de février bondissant avec une croissance de +8,0% au RevPAR, l’hôtellerie ne s’arrête pas en si bon chemin et affiche +6,8% sur l’indicateur.

Le segment super-économique affiche la plus forte progression avec +8,6% au RevPAR due à une hausse conjointe du taux d’occupation (+2,7 points) et des prix (+4,2%). Le haut de gamme le suit de près avec +7,4% au RevPAR plutôt dû à une augmentation du taux d’occupation (+3,9 points) qu’à une hausse des prix (+1,3%). Le mois de mars est favorable aux deux segments opposés : la catégorie super-éco réalise une progression de RevPAR de +2 points par rapport à l'évolution du chiffre Year-to-date tandis que la catégorie haut de gamme progresse de +1 point par rapport à l'évolution du RevPAR Year-to-date. Ces catégories devancent les segments économique et moyen de gamme qui enregistrent tout de même respectivement +5,2% et +5,8% au RevPAR grâce à la progression des prix et du taux d’occupation. Ces performances sont en phase avec la progression du RevPAR Year-to-date.

En province, la croissance du RevPAR s’élève à +3,7% poussée par les extrêmes : le super-éco et le haut de gamme, avec +6,7% et +5,2% au RevPAR respectivement. Ces évolutions s’expliquent principalement grâce à une hausse du taux d’occupation de +2,8 points pour le segment haut de gamme et par une hausse des prix de +3,5% pour le segment super-économique.

La croissance francilienne (hors Paris) atteignant +12,5% suit également cette tendance en voyant le super-éco grimper de +14,8% et le haut de gamme bondir de +16,9% au RevPAR, dues à des progressions importantes du taux d’occupation ainsi que des hausses de prix significatives mais plus modérées.

A Paris, la situation est quelque peu différente : réalisant une progression de RevPAR de +9,1% tous segments confondus, la capitale constate un dynamisme marqué en mars sur la catégorie économique avec +12,3% au RevPAR en raison d’une augmentation conjointe du taux d’occupation (+4,9 points) et des prix (+5,8%) et sur le moyen de gamme avec +10,5% au RevPAR entraîné notamment par une hausse des prix de +7,1%.

 

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?