Accéder au contenu principal

Analyses

Marché hôtelier économique en France : quelles tendances ?

Hospitality ON analyse pour vous le panorama du marché hôtelier économique en France.

2017 a été l’année du retour d’une hausse de la fréquentation généralisée à l’ensemble du territoire, imputable non seulement au rebond consécutif aux attaques terroristes de 2016 mais également à la meilleure santé économique du pays. Alors que ces dernières années la Province restait sur une tendance globalement positive et que le bilan était très négatif pour Paris et l’Île de France, ce sont ces deux dernières qui affichent les plus belles performances en 2017. 

La tendance baissière des taux d’occupation des hôtels parisiens amorcée en 2015 (près de 10 points de baisse sur le cumul des 2 années) s’est inversée en 2017 avec un rebond de 6,3 points de TO. L’Île de France (hors Paris) qui avait été moins touchée (-1,6 points en 2015 puis -5,3 en 2016) regagne 5,8 points. Le rebond du TO a cependant été réalisé au prix d’une nouvelle baisse du PM. Bien que Paris se stabilise à -0,1%, l’Ile de France perd -2,0%. Outre l’effet post-attentats, sur un horizon de plus long terme la baisse du prix moyen à Paris et en IDF est accentuée par le développement des offres d’hébergement alternatives. Le RevPAR, à la hausse à Paris intra-muros (+8,6%) et en Ile de France hors Paris (+6,7%), n’a ainsi été tiré que par le redressement des niveaux de fréquentation. 

La Province voit la hausse de son taux d’occupation s’accélérer, confirmant une tendance haussière observée depuis 2015. Si l’étiage du taux d’occupation y est bien plus bas qu’à Paris (64,2% en 2017), la dynamique y devient donc de plus en plus favorable. Du fait de la comparaison avec l’Euro 2016 et d’un contexte baissier des prix en début d’année, les PM ont toutefois marqué une pause.

 

En Régions

Des causes tant structurelles que conjoncturelles expliquent la bonne tenue du marché provincial. Le taux d’occupation est porté depuis 2013 par plusieurs facteurs, dont une croissance économique faible mais suffisante pour alimenter la demande hôtelière, et plus récemment une amélioration de la compétitivité-prix du marché français relativement à d’autres marchés européens. 

Après une année 2016 qui avait connu de fortes hausses d’activité avec notamment l’organisation de l’Euro de football, les hôtels en régions ont réussi à prolonger la croissance de leur fréquentation et affichent un gain de 2,0 points de TO en 2017. Le PM qui avait augmenté fortement et continuellement depuis 2014 se stabilise (-0,6%) permettant au RevPAR de gagner 2,5%. La bonne tenue du marché provincial est toutefois inégale : en 2017, comme depuis plusieurs années, la croissance profite plus aux grandes agglomérations qu’au monde rural et aux villes secondaires.

Par ailleurs, il est à noter que tandis que les prix moyens en régions ont reculé au premier semestre 2017 et particulièrement en juin/juillet par effet de comparaison avec la période d’accueil de l’Euro 2016 de football, en fin d’année les PM sont revenus sur une tendance franchement haussière.

A compter du mois de juillet, l’impact des ouvertures de lignes LGV s’est aussi fait ressentir sur la demande hôtelière, permettant aux régions concernées (notamment Nouvelle-Aquitaine et Bretagne, et particulièrement Bordeaux et Rennes) d’enregistrer de solides croissances de leur RevPAR.

 

 

Performances de l’hôtellerie économique

Ces dernières années les hôtels de gammes économique et super-économique avaient bénéficié de leur plus forte résilience, liée notamment à une exposition proportionnellement plus faible à Paris et à une plus forte part de clientèle domestique, moins sensible aux enjeux sécuritaires. Cela leur avait permis de surperformer le marché dans le contexte baissier de 2015 et 2016.

 

Pour autant, en dépit de cette faible volatilité qui aurait à l’inverse pu peser dans le contexte actuel de reprise, les hôtels économiques et super-économique ont enregistré de très solides progressions en 2017, avec un RevPAR en hausse de +3,9% (économique) et +6,1% (super-économique) sur l’année. La performance remarquable de l’hôtellerie super-économique est due au fait que ce segment est le seul à n’avoir pas enregistré de baisse de son prix moyen mais au contraire une légère hausse (+1,6%). En effet, la demande a été portée par l’amélioration des fondamentaux domestiques (accélération de la croissance économique, reprise des mises en chantier…) ainsi que par un recul de l’offre de certaines chaînes hôtelières, notamment HotelF1.

 

>> Rapport complet « Marché hôtelier économique en France 2018 » sur demande, avec le parc des chaînes hôtelières intégrées en France en 2018, l’offre et parts de marché des principaux groupes en 2018, parc hôtelier global France en 2018.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?