Accéder au contenu principal

Analyses

L'hôtellerie française ferme à nouveau ses portes

Alors que les hôtels avaient entamé une lente reprise en rouvrant peu à peu leurs portes sur l'ensemble du territoire, la seconde vague de l'épidémie vient rebattre les cartes du secteur qui replonge dans l'incertitude de la crise.

En effet, après l'annonce du second confinement, un nouveau rideau de fer s'abat sur les hôteliers. Après l'été encourageant, les professionnels du secteur semblaient enfin sortir la tête de l'eau. En date du 1er Octobre, le taux d'ouverture en France était de 93%, un taux jamais atteint depuis le début de la crise sanitaire. Cette reprise était menée principalement par la province, avec 96% d'ouverture au début du mois d'Octobre, contrairement à la capitale dont les établissements n'étaient ouverts qu'à 76%.

Cependant, en Novembre, deux semaines après l'annonce des nouvelles restrictions, la dynamique s'inverse puisque le taux d'ouverture sur le territoire et en province diminue de 20 points (respectivement 73% et 76%). De la même manière, Paris voit son taux d'ouverture retomber à 58% et l'Ile de France à 74%. L'hôtellerie est contrainte au repli, notamment en région parisienne, la plus touchée par la crise sanitaire et l'absence de clientèle internationale. 

 

Si les impacts sont inégaux pour les différentes zones, il en va de même pour les segments, dont certains sont plus touchés que d'autres. Les segments budget et économique étaient presque de retour à la normale au 1er Octobre, ouverts respectivement à 98% et 96%, suivis par le segment moyen de gamme, ouvert à 91%, le haut de gamme & luxe étant encore en retrait avec seulement 74% d'ouverture. Suite aux annonces du gouvernement, le segment budget se montre une nouvelle fois plus résilient, avec un taux d'ouverture diminuant de seulement 8 points (90%) entre le 1er Octobre et le 1er Novembre. Le taux d'ouverture des segments économique et milieu de gamme reculent quant à eux de respectivement 23 et 22 points (à 73% et 69%), tandis que celui du segment haut de gamme rechute en dessous du seuil des 50% (45%).

On assiste donc à nouveau à une fermeture des établissements hôteliers, plus ou moins importante selon la zone ou le segment d'activité. Ce scénario pessimiste pour les hôtels repousse les prévisions de reprise à une date ultérieure, mettant évidemment à mal le bilan de la fin d'année. Le secteur replonge alors une nouvelle fois dans sa léthargie du début de crise, dans l'attente d'une réanimation durable.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?