Accéder au contenu principal

Analyses

Les 24h du Mans édition 2021, départ retardé, quel impact sur le secteur hôtelier ?

Faisant partie des trois courses automobiles les plus prestigieuses du monde, les 24h du Mans sont généralement organisées au mois de juin. En 2021, en raison de la crise sanitaire, l’ACO a décidé de retarder le départ de la course mythique qui s’est finalement déroulée en août. Quelles conséquences ce changement de planning a-t-il eu sur la visibilité de l’événement et sur les performances des hôtels de l’agglomération du Mans ?

Depuis leur première édition en 1923, Les 24h du Mans ont toujours constitué un temps fort pour le secteur hôtelier de la région. Se déroulant en juin, au début de la saison estivale, afin de profiter de l’afflux de touristes aussi bien nationaux qu’internationaux, l’événement a pour habitude d’attirer de nombreux visiteurs. Par conséquent, les hôtels de l’agglomération voient leur taux d’occupation grimper en flèche à l’approche de la course. Ainsi, en 2019, dernière année durant laquelle la course s’est déroulée sur son créneau habituel, le taux d’occupation moyen sur la semaine de l’événement était de 89,4%. La semaine précédente de cette même année, il était de 75,0% soit une augmentation de 14 points liée spécifiquement à l'évènement.

Cette année, en raison de l’épidémie de coronavirus et de la limite de spectateurs autorisés (5 000 personnes), la course s’est déroulée les 21 et 22 août 2021. Durant la semaine de l’événement, le taux d’occupation des hôtels s'est élevé à de 78,5% ; sur la semaine précédente, il était de 53,2%, soit une augmentation de plus de 25 points. C'est donc une hausse notable même si les niveaux, toujours affectés par la crise sanitaire, restent encore nettement en-deçà de 2019.

 

 

Avec un prix moyen de 161,5€ sur sur la semaine complète et une pointe à 181€ durant le week-end, côté tarifs en revanche les hôtels ont pratiquement rattrapé leurs standards d’avant la crise sanitaire. Ce maintien des prix moyens permet de maintenir le RevPAR à un niveau satisfaisant de 126,8€ sur la semaine complète. Même si la plus faible fréquentation s'est faite ressentir sur le taux d'occupation, le bilan est donc globalement favorable.

Car l'impact relatif a été majeur : en 2021 le revenu par chambre disponible des hôtels sur la semaine de l'édition s'est élevé à 126,8€, soit 3,8x le niveau de la semaine précédente (33,7€). En temps normal, au mois de juin, cette hausse est plutôt de l'ordre de 3 à 3,4x le niveau d'activité de la semaine précédente (RevPAR de 151€ en 2019 pendant l'évènement contre 50€ la semaine précédente).

En définitive, l’engouement pour les 24h du Mans est toujours présent. Le décalage du calendrier en août a fait que la hausse relative (par rapport aux standards de la période, plus calme au Mans en été) a été plus fort, mais il a débouché sur une fréquentation plus faible : 78,5%, contre plus de 90% les années où l'évènement se tenait en juin. 

L’édition 2021 qui s’est déroulée en août semble donc d'un côté avoir eu plus d'impact, mais de l'autre ne pas avoir atteint son plein potentiel. La décision qu’a prise l’ACO d’organiser l’édition 2022 en juin, comme à son habitude, semble aller dans ce sens.

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?