Accéder au contenu principal

Analyses

L’Empire du milieu s’approprie la deuxième place du classement mondial

La stratégie de conquête d’Est en Ouest, doublée d’une puissance financière non négligeable, permet à Jin Jiang d’étendre sa sphère d’influence en confiant l’internationalisation de ses marques à ses partenaires. L’objectif ? Devenir numéro trois en 2019 et déchoir de son trône le géant américain Marriott d’ici cinq ans.

Le conglomérat chinois, contrôlé par la mairie de Shanghai, dispose d’un portefeuille d’activités multisectorielles et détient des sociétés dans la restauration, la logistique, les loisirs et les transports. A ce jour, le géant, déjà un poids lourd du secteur touristique, compte presque 700 000 chambres dans 7 000 hôtels, conservant sa cinquième place au niveau mondial et européen depuis 2016.

En 2013, l’opérateur fait ses premiers pas sur le marché de l'hôtellerie moyen de gamme avec le lancement de l’enseigne Metropolo, marque faisant suite à la récente acquisition de 21 Smart Hotels en Chine.

Deux ans plus tard, le conglomérat chinois reprend les rênes de Louvre Hotels Group, fondé par la famille Taittinger en 1976. Ce rachat permet alors à Jin Jiang de devenir le dixième groupe hôtelier mondial avec 2 208 unités et 241 908 chambres.

Sur le segment moyen de gamme, Jin Jiang développe sa marque Campanile avec Louvre Hotels Group. L’objectif visé est l’ouverture de 250 établissements à travers le monde d’ici 2021 et le renforcement de l’enseigne Kyriad. Mais, l’offensive du numéro cinq mondial n’est pas circonscrite au moyen de gamme puisque la société investit également dans les segments supérieurs.

En effet, Jin Jiang est propriétaire de près de 160 établissements de luxe en Asie, la plupart confiés en gestion à de grands noms tels Waldorf Astoria (Hilton) ou Fairmont (AccorHotels). Et souhaitant créer son propre univers dans l’hôtellerie haut de gamme, le conglomérat chinois développe ses marques Kunlun, J Tower et Ying Garden ainsi que la montée en gamme de certains établissements Golden Tulip.

En 2016, le géant continue d’acquérir avec une montée dans le capital de Vienna Hotel Group, lui permettant d’ajouter 479 unités et 60 000 chambres à son portefeuille. La même année, le conglomérat met la main sur Plateno Group,  deux ans après que celui-ci ait acquis 7 Days Group.

En 2016, Jin Jiang dépasse Home Inns. Il était le premier opérateur chinois à rentrer au sein du top 10 des plus grands groupes mondiaux en 2012 et occupe au 1er janvier 2018 la huitième place du classement.

Récemment, HNA a accepté de vendre ses participations dans Radisson Hospitality AB et Radisson Holdings au consortium chinois Jin Jiang. Une perte importante pour HNA qui opère 6 800 chambres tandis que Radisson Hotel Group dispose de 182 192 chambres.

Le rachat de Radisson Hotel Group, complété par la reprise de la société indienne Sarovar Hotels en 2017, propulserait Jin Jiang à la deuxième place du classement avec 862 303 chambres. Le groupe américain Hilton qui fêtera ses 100 ans en 2019 serait alors rétrogradé à la troisième place, avec 14 000 clés de moins que le nouvel entrant.

L’Europe demeure également au cœur de leurs préoccupations, avec des marchés stratégiques tels que l’Allemagne ou la Grande Bretagne. En effet, le rachat de l’opérateur américo-scandinave par Jin Jiang enregistrerait une capacité d’accueil 123 896 chambres en Europe, soit une évolution de 75%. Mais insuffisant pour dépasser les 292 429 chambres d’AccorHotels, dont Jin Jiang est le premier actionnaire avec 12,3% de participation.

Il faut noter que le chinois reléguerait IHG, un des leaders historiques du Vieux Continent, à la troisième place du classement, avec une différence de plus de 27 000 chambres. Cependant, pour rattraper le challenger français, Jin Jiang aurait besoin d’acquérir plus du double de sa capacité d'accueil, soit 168 533 chambres. Ce qui équivaut aux portefeuilles européens de Best Western (78 051 chambres), Whitbread (67 554 chambres) et Scandic (33 198 chambres) combinés.

L’arrivée de Jin Jiang au sein du top 3 est symptomatique de la montée en puissance des groupes chinois dans l’hôtellerie, mais survient au détriment des enseignes américaines telles que Best Western qui perd sa 10e place ainsi que Greentree Hotel Management (+13,9%), Wyndham Hotel Group (+13,9%) et Hyatt (+7,0%) qui ont enregistrés de belles évolutions en 2017.

D’autres rachats et fortes progressions des groupes chinois pourraient être annoncés dans les prochaines années. Une nouvelle ère pour les hôteliers de l’Empire du Milieu.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?