Accéder au contenu principal

Analyses

Hôtellerie : Paris s'éveillerait-elle enfin ?

Après avoir été longtemps à la traîne de la Province, les premiers frémissements d'une reprise semblent se faire ressentir dans les hôtels de la capitale française. Bien sûr les baisses d'activité relativement à l'avant-COVID y restent fortes : Paris n'est pas encore redevenue Paris. Mais l'hémorragie ne serait-elle pas en passe de se résorber ?

Depuis le début de la crise sanitaire, les grandes métropoles et tout particulièrement Paris ont été les destinations les plus impactées en termes de perte d'activité hôtelière. Elles ont aussi mis plus de temps à s'en remettre, que ce soit en termes de performance hôtelière ou de taux d'ouverture des hôtels : certains d'entre eux, notamment les plus haut de gamme, sont restés fermés plus longtemps que leurs homologues de province.

Mais en septembre et début octobre, alors que 95% des hôtels étaient ouverts, de premiers frémissements d'une (timide) reprise d'activité semblent se faire ressentir.

 

Les RevPAR (revenu par chambre disponible, sur la base de l'ensemble des chambres construites) ont augmenté progressivement d'une semaine à l'autre, passant de 77,5€HT en semaine 36 (semaine du 6 au 12 septembre 2021) à 127,1€HT en semaine 40 (4-10 octobre 2021).

L'augmentation progressive du RevPAR Parisien en septembre et octobre relativement à l'été est une dynamique habituelle liée à la reprise du tourisme d'affaires après sa pause estivale, comme l'illustrent les données de 2019. Mais cette année, contrairement à 2020, chaque semaine le RevPAR a réduit l'écart avec son niveau d'avant-crise. Le RevPAR de la semaine 36 de 2021 correspondait à un chiffre d'affaires de 55% inférieur à celui de la semaine équivalente en 2019. Cette baisse est passée à -48% en semaine 37, puis -49% , -43% et enfin -30% en semaine 40.

En considérant séparément les nuitées réalisées en jours de semaine (du lundi au jeudi soir) et pendant les weekends (du vendredi au dimanche soir), cette progression du RevPAR est visible sur les deux périodes. La baisse de RevPAR par rapport à 2019 est ainsi passé de -61% les jours de semaine en S36 à -38% en semaine 40. Pour les nuitées sur des jours de week-end, cette baisse est passée de -50% à -15%.

Même si les performances de la semaine et du weekend ont toutes deux progressé, le RevPAR en semaine, et donc la demande des visiteurs d'affaires, demeure encore en retard de la reprise observée sur la demande loisirs, déjà plus affirmée. 

 

En 2019 et de façon habituelle avant-crise, à Paris le RevPAR en semaine (194,7 € HT) était plus élevé que celui du weekend à Paris (165,2€HT). En septembre et début octobre 2021, cette reprise plus vigoureuse du tourisme de loisirs relativement à celui d'affaires a changé la donne : l'activité du week-end (104,2€HT de RevPAR) est même légèrement supérieure à celle des jours de semaine (103,2€HT). Le RevPAR de la semaine enregistre aussi une baisse relative plus importante que celui du week-end (-47% contre -37%). 

Ainsi l'hôtellerie parisienne semble (enfin) peu à peu s'éveiller, même s'il s'agit encore de matins difficiles. Mais c'est plutôt par l'attrait retrouvé de la Ville Lumière auprès des cigales (les visiteurs loisirs) qui reprennent les routes du voyage, tandis que les fourmis (les visiteurs d'affaires) ne s'y réaventurent encore qu'avec parcimonie. Les prochaines semaines seront donc clés pour déterminer si cette reprise est ou non durable.

 

 

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?