Accéder au contenu principal

Actualités

Février 2005 confirme le mouvement de reprise en Europe

Les résultats de février confirment un début 2005 prometteur pour l’hôtellerie européenne. Le RevPAR de l’hôtellerie européenne (25 pays) du mois de février 2005 est en progression par rapport à l’an dernier (+2,8%). Le RevPAR cumulé sur 12 mois glissants poursuit sa hausse (+4,5%), grâce au double levier du taux d’occupation (+1,2%) et du prix moyen (2,7%).

Bilan globalement positif pour l’hôtellerie européenne en février : les résultats mensuels sont en hausse, avec une progression de 2,8% par rapport à février 2004. Cette performance encourageante n’est pas uniforme selon les catégories. La palme de la plus forte progression du RevPAR est décernée au segment 2* avec une hausse de 7,1% à 42,8 euros, sous l’effet conjugué de la hausse du taux d’occupation et des prix moyens. Le segment superéconomique enregistre des résultats positifs, mais contrastés. Avec des prix moyens en augmentation de 4,2%, le segment 0* pâtit encore légèrement d’un taux d’occupation en baisse de 1,5 point qui impacte le RevPAR (+1,8%). Le segment 1* de son côté, continue d’afficher un “large sourire” avec un RevPAR en hausse de 5,5%. Quant au segment moyen de gamme, il affiche également des résultats en progression avec un RevPAR qui progresse de 3.7%. Finalement, c’est le segment 4* qui affiche le plus faible différentiel en février avec une hausse du RevPAR de 1.2% seulement. Les résultats du 4* sont symptomatiques d’un segment en phase de reconstruction avec une hausse des prix moyens qui se limite à 0.3%.Au final, février 2005 s’inscrit bien dans la tendance à moyen terme. Le Royaume Uni et le nord de l’Europe sont en avance dans leur reprise. Les pays émergents enregistrent de bonnes performances. En Allemagne et en France, la reprise se poursuit et l’Espagne traverse un difficile trou d’air. Si davantage que l’an passé, l’optimisme est de rigueur, l’heure n’est pas encore à l’enthousiasme. La faiblesse du dollar est un réel problème pour le segment haut de gamme – pour les hôtels dont le mix clientèle est dépendant de la clientèle américaine - et les perspectives 2005 sont encore peu favorables. Gageons toutefois que les pouvoirs publics sauront mieux qu’en 2004 prendre conscience de ce problème et prendre les mesures appropriées.Sur 12 mois glissants, les indicateurs sont également pratiquement tous au vert, dans toutes les catégories, les RevPAR sont orientés positivement. Seul le segment 0* enregistre un recul de son taux d’occupation (-0,6 point). Toutes les autres catégories sont concernées par le rebond de la demande. La progression la plus marquante reste celle du segment 3* avec une hausse du taux d’occupation de 1.6 point. En termes de prix moyens, les plus fortes hausses continuent d’être enregistrées dans les catégories économiques. Conséquence : les RevPAR cumulés sur 12 mois glissants sont en nette hausse de 4% pour le 0* et 3,8% pour le 1*. Les hôteliers du segment 3* n’ont pas pu adopter la même stratégie tarifaire. Les prix moyens enregistrent la hausse la plus faible (+1,4%) sur 12 mois glissants, ce qui se répercute sur le RevPAR avec une hausse de 3,9% à 53,5 euros. L’hôtellerie haut de gamme continue sa progression en termes de RevPAR avec +4,6% sur 12 mois, augmentation principalement soutenue par la hausse des prix moyens de 2,9%.En ce début d’année 2005, avec des résultats, tant mensuels que cumulés, globalement positifs, l’Europe est dans en phase de croissance. Tous les pays ne se situent cependant pas au même niveau dans la reprise.Ainsi le Royaume-Uni se distingue par une progression de son RevPAR de 9,6% sur les 12 derniers mois, augmentation essentiellement due à l’importante hausse des prix moyens de 6,6%. Après une année 2003 où de très fortes réduction avaient été consenties, 2004 a favorisé la hausse des tarifs et la moindre pratique des réductions. Cette tendance se poursuit en 2005 en raison d’une forte reprise de la demande. Comme le souligne, Rob Baldry, Responsable Marketing de Corus Hotels, “Le début de l’année 2005 commence fort avec une croissance des prix moyens et des taux d’occupation, ce qui laisse une place à l’optimisme pour l’industrie hôtelière britannique”.La Belgique et les Pays-Bas sont encore globalement en retrait dans leur reprise malgré de bons résultats mensuels. Ces pays enregistrent ainsi des progressions de leurs RevPAR, de 1,6% et de 3,9% sur 12 mois glissants. Les taux d’occupation sont en légère hausse mais les prix moyens, encore stables, ne sont pas encore repartis à la hausse. Tjeerd Holtrop, directeur du Golden Tulip Inntel Amsterdam, confirme : “Les performances enregistrées en février 2005 sont loin de nos attentes. Il y a eu moins de chambres vendues que ce que l’on espérait. La raison principale est que les hôtels baissent leurs prix moyens : quand un hôtel commence les autres suivent !”.Cette explication s’applique aussi à l’Italie qui connaît encore des résultats en baisse par rapport à l’an passé. Le RevPAR enregistre une baisse de 1% sur 12 mois glissants, avec une baisse du taux d’occupation de 0,4% couplée à une baisse des prix moyens de 0,5%.La tendance à la baisse sur l’Espagne se confirme avec un RevPAR mensuel pour février qui diminue de 1,7% et un RevPAR cumulé sur 12 mois en baisse de 6% à 55,7 euros. Les mauvaises performances actuelles de l’hôtellerie espagnole s’expliquent d’abord et avant tout par un problème majeur de surcapacité. La très forte croissance de l'offre hôtelière impacte à la fois les prix moyens et les taux d’occupation.A l’inverse, l’Allemagne semble voir le bout du tunnel et affiche des résultats en progression. Le RevPAR cumulé sur 12 mois glissants augmente de 5,2% grâce à la progression du taux d’occupation de 2,4 points et à la hausse des prix moyens (+1,2%). “Nous sommes optimistes pour le premier semestre 2005, les réservations dépassent nos prévisions”, précise Anton Sterk, directeur du Quality Hotel & Suites Berlin City- East. La France présente finalement des résultats légèrement en retrait par rapport au marché européen. Avec un RevPAR en hausse de 1.9% sur 12 mois glissants, la France n’a pas encore réellement entamée sa reprise ce qui est de bonne augure pour l’année 2005.D’une manière générale, les zones les plus dynamiques sont le nord et les marchés émergents de l’Europe de l’est. Ainsi, le Danemark connaît de bons résultats avec un RevPAR cumulé sur 12 mois en progression de 14,6%. Lars Alund, General Manager de l’hôtel Ibis Copenhagen Triton Hotel, constate: “Les organismes de promotion de la ville comme ‘Wonderful Copenhagen’ font un important travail pour attirer plus de visiteurs pendant ces périodes creuses. En février 2005, l’activité hôtelière a été dynamisée par le Copenhagen International Fashion trade, les résultats ont donc été meilleurs que l’an dernier.” D’autres évènements programmés dans un futur proche laissent envisager une bonne année 2005 : “Nous sommes optimistes pour les mois à venir, car Copenhague s’apprête à fêter le bicentenaire de Hans Christian Andersen, de nombreuses festivités sont prévues toute l’année” ajoute Lars Alund.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?