Accéder au contenu principal

Actualités

Europe : une baisse du REVPAR en avril conforme aux attentes

L’hôtellerie européenne n’avait plus enregistré de baisse du RevPAR depuis août 2005 (-5.1%). La baisse affichée en avril (-2.6%), relativement modérée à l’échelle européenne, cache cependant des disparités très importante d’un pays à l’autre. Cette diminution était néanmoins prévisible et ne remet pas en question le trend positif sur lequel l’hôtellerie européenne reste accrochée.

Difficile d'être plus contrasté que ce dernier mois d'avril. La France et les Pays-Bas enregistrent des hausses très nettes - proches de 10% - de leur revenu par chambre ; l'Allemagne et les pays nordiques des résultats diamétralement opposés avec des baisses de près de 15 % et plus. Dans ce tableau en clair obscur, c'est le négatif qui l'a emporté. Le RevPAR européen est orienté négativement (- 2,6%). La fréquentation n'est pas à mettre en cause dans ce repli vraisemblablement ponctuel. Le taux d'occupation ne recule que très légèrement, de 0,1 point. Le prix moyen est en revanche sous pression. Les établissements milieu et haut de gamme ont particulièrement souffert. Leurs prix moyens baissent respectivement de - 3,6% et – 2,9%. Et le RevPAR de la catégorie 3* affiche la plus forte baisse (- 4,8%). Si, sur le plan géographique, les résultats ont été contrastés, ils le sont tout autant entre les catégories hôtelières. La différence de performance est nette entre les catégories supérieures et l'hôtellerie économique. Celle-ci continue de démontrer une forme resplendissante. Prix moyens et taux d'occupation progressent de concert du 0* au 2*. La palme revient à l'hôtellerie 1* dont le revenu par chambre progresse de 9,1%.Malgré ce coup de frein mensuel, la tendance reste nettement positive sur douze mois cumulés : +2,5% pour le RevPAR. Ce sont les tarifs hôteliers, en difficulté en avril, qui tirent la croissance du RevPAR global grâce à une progression de 1,4% . La fréquentation, elle, progresse de 0,8 point. Ce sont ainsi dorénavant les pays méditerranéens (France, Espagne, Italie) qui sur-performent à moyen terme. A l’exception de l’Autriche, ils se situent en tête des performances européennes. Voilà un excellent signe avant coureur de la saison estivale.Pourquoi ce mois d'avril a-t-il été aussi difficile ? Premier élément de réponse : le calendrier. Pâques est tombée en avril, contrairement à l'année dernière. Selon les pays, la réaction au ralentissement économique enregistré traditionnellement à cette période a été différente. Mais l'explication majeure de ces mauvais résultats réside dans la performance exceptionnelle réalisée par l'hôtellerie européenne en avril 2005. L'Europe avait alors enregistré ses meilleurs résultats mensuels depuis cinq ans, flirtant avec une croissance à deux chiffres du revenu par chambre (+9,8%). Il fallait revenir à septembre 2000 pour retrouver des performances équivalentes. Avril 2006 souffre donc de la comparaison avec l'édition 2005. Les pays qui enregistrent les baisses record cette année avaient affiché l'an dernier des hausses tout aussi impressionnantes. L'Allemagne ne retrouve pas ses 22,7% de progression mais chute de 13,2%. L'activité séminaires a été moins importante et les congrès moins nombreux. A titre d'exemple en 2005, Cologne (+142,1%) avait été à la fête et Düsseldorf (+ 123%) avait atteint un résultat similaire grâce au salon Interpack qui se tient tous les quatre ans.Les pays nordiques ne retrouvent pas non plus les performances astronomiques de l'an dernier : +55,1% au Danemark et + 41,2% en Suède en 2005. En comparaison, avril 2006 paraît bien triste avec - 35,9% et – 28,0%. L'impressionnante baisse des prix moyens est venu s'ajouter à une fréquentation elle aussi en repli. Si les pays de l'Est sont eux aussi en baisse, leurs situations est très différentes. La Hongrie (- 1,4%) réussit à compenser une baisse de sa fréquentation par une hausse des prix moyens. Au contraire, la République Tchèque (- 17,4%) ne parvient pas à enrayer la baisse continue de ses prix moyens (-10,4% sur douze mois cumulés) malgré un TO qui dépasse les 80%. Enfin, la Pologne (- 15,7%) souffre toujours de prix moyens inférieurs à la moyenne.Fort heureusement, tous les pays n'ont pas vécu un mois d'avril dernier aussi noir. L'Espagne progresse (+2,3%) confirmant mois après mois que le pays est en passe d’absorber la surcapacité qui a pénalisé les hôteliers durant plusieurs mois. Quant au Royaume Uni, il parvient à stabiliser ses performances (+0.2% pour le RevPAR).Malgré ce coup de frein mensuel, la tendance reste nettement positive sur douze mois cumulés : +2,5% pour le RevPAR. Ce sont les tarifs hôteliers, en difficulté en avril, qui tirent la croissance du RevPAR global grâce à une progression de 1,4% . La fréquentation, elle, progresse de 0,8 point. Ce sont ainsi dorénavant les pays méditerranéens (France, Espagne, Italie) qui sur-performent à moyen terme. A l’exception de l’Autriche, ils se situent en tête des performances européennes. Voilà un excellent signe avant coureur de la saison estivale.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?