Accéder au contenu principal

Actualités

Europe : septembre 2010 marque la fin de deux années de baisse du RevPAR

L’activité Affaires est repartie sur les chapeaux de roue après la pause estivale. L’hôtellerie européenne en profite pour enregistrer une des plus fortes progressions de ces derniers mois. La fréquentation, en hausse de plus de 5 pts, a permis une croissance du prix moyen de 3,5% pour aboutir à une croissance du RevPAR de 11,3%.

L’hôtellerie européenne qui, ces deux dernières années, avait pris la triste habitude de voir la bouteille à moitié vide, se plait à retrouver un regard optimiste sur l’avenir. Avec des établissements aux trois-quarts plein – le TO est de 75,9% en moyenne - les professionnels ont pu revoir à la hausse leur politique tarifaire pour soutenir les performances de leurs établissements. Alors que, du 2* au 4*, la fréquentation progresse de 5 à 6 points, chacune de ces catégories a pu se montrer plus agressive tout en étant attentive à ce que sa clientèle était prête à accepter : le prix moyen progresse de + 4% pour le 4* et de + 2% pour le 3* et 1*. Le segment 2* est encore un peu en retrait avec une hausse de seulement +0,8%.Mis à part l’Autriche (-12,0%), pénalisée par sa capitale Vienne qui n’a pas eu en 2010 un calendrier aussi prolifique de congrès médicaux qu’en septembre 2009, l’ensemble de l’hôtellerie européenne est en pleine forme. Ses trois piliers - le Royaume-Uni (+14,9%), l’Allemagne (+17,6%) et la France (+13,7%) - qui, par l’étendue de leur offre et leur poids économique, fixent la tendance générale, ont donné le ton d’une croissance vigoureuse pour ce mois traditionnellement fort. A côté d’eux, nombreux sont les pays qui enregistrent une croissance à deux chiffres de leur revenu par chambre. L’Espagne (+13,8%) fait partie de ceux-ci, boostée par Barcelone qui a accueilli l’European Respiratory Society, le plus grand congrès mondial dédié à la médecine respiratoire, qui s’était justement tenu à Vienne l’an dernier. Belgique et Pays-Bas, les deux voisins, affichent un résultat identique à +11,5%. Point positif pour l’hôtellerie néerlandaise : la franche progression des taux d’occupation permet à son prix moyen d’enclencher la marche avant. Le net regain de forme de la Hongrie et de la République tchèque, avec des TO supérieurs à 80%, se transforme là aussi en retombées positives sur le plan tarifaire. Ce qui n’est pas le cas au Portugal où, pour atteindre un TO moyen de 80,3%, les hôteliers ont dû consentir des efforts côté prix (-7,4%), signe que le cycle n’a pas encore totalement redémarré pour le pays le plus septentrional du continent.Ces excellents résultats permettent au revenu par chambre d’enregistrer une progression à deux chiffres en septembre mais, aussi et surtout, grâce à cela, le RevPAR sur douze mois glissants est repassé dans le vert (+1,7%). Ce qui n’était plus arrivé depuis octobre 2008 !Mis à part l’Autriche (-12,0%), pénalisée par sa capitale Vienne qui n’a pas eu en 2010 un calendrier aussi prolifique de congrès médicaux qu’en septembre 2009, l’ensemble de l’hôtellerie européenne est en pleine forme. Ses trois piliers - le Royaume-Uni (+14,9%), l’Allemagne (+17,6%) et la France (+13,7%) - qui, par l’étendue de leur offre et leur poids économique, fixent la tendance générale, ont donné le ton d’une croissance vigoureuse pour ce mois traditionnellement fort. A côté d’eux, nombreux sont les pays qui enregistrent une croissance à deux chiffres de leur revenu par chambre. L’Espagne (+13,8%) fait partie de ceux-ci, boostée par Barcelone qui a accueilli l’European Respiratory Society, le plus grand congrès mondial dédié à la médecine respiratoire, qui s’était justement tenu à Vienne l’an dernier. Belgique et Pays-Bas, les deux voisins, affichent un résultat identique à +11,5%. Point positif pour l’hôtellerie néerlandaise : la franche progression des taux d’occupation permet à son prix moyen d’enclencher la marche avant. Le net regain de forme de la Hongrie et de la République tchèque, avec des TO supérieurs à 80%, se transforme là aussi en retombées positives sur le plan tarifaire. Ce qui n’est pas le cas au Portugal où, pour atteindre un TO moyen de 80,3%, les hôteliers ont dû consentir des efforts côté prix (-7,4%), signe que le cycle n’a pas encore totalement redémarré pour le pays le plus septentrional du continent.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?