Accéder au contenu principal

Actualités

Europe: Janvier amorce un réchauffement progressif

L’hôtellerie européenne enregistre au mois de janvier une des meilleures” performances de ces derniers mois avec une baisse du RevPAR contenue à -3,1%. La fréquentation repart à la hausse, notamment dans le haut de gamme, mais les prix moyens restent comprimés par la recherche de tarifs avantageux.

L'évolution du taux d’occupation en janvier (+0,2 pt) permet raisonnablement d’espérer que l’hôtellerie européenne, longtemps dans les ténèbres, commence sa remontée vers la lumière. Le chemin sera évidemment long. La baisse du RevPAR enregistrée au premier mois de l’année (-3,1%) se rajoute à une chute importante enregistrée en janvier 2009 (-17,0%). Le TO reste bas - inférieur à 50 % - mais sa progression témoigne d’un léger mieux en termes de fréquentation. Les prix moyens sont toujours sur une phase descendante, mais celle-ci est moins prononcée (-3,5%). Elle montre à la fois que l’hémorragie est enraillée, mais aussi que la clientèle Affaires est toujours en attente de conditions tarifaires favorables et devrait le rester tout au long de l’année. L’enseignement le plus positif de ce mois de janvier vient de la catégorie 4* qui avait subi l’affront de porter un bonnet d’âne tout au long de l’année dernière. Son RevPAR est resté stable (-0,9%) et l’hôtellerie haut de gamme réalise un meilleur mois que l’Economique et qu’un milieu de gamme en petite forme. Mieux, son TO progresse de 2,0 pts, un résultat atteint sans aller chasser sur le terrain des autres segments puisque la baisse du prix moyen est assez homogène entre les catégories.Rule Britannia ! Le Royaume-Uni est reparti sur le chemin de la croissance. L’hôtellerie britannique qui a longtemps été au premier plan lors des années fastes a retrouvé son rôle moteur. Son revenu par chambre affiche une progression de plus de 4%, tiré par la croissance conjuguée du prix moyen et du TO. La Belgique est elle aussi en positif, un résultat acquis grâce à une bonne fréquentation. Car, en parallèle, l’hôtellerie belge reste contrainte de consentir certaines largesses tarifaires. Derrière eux, le Portugal, la Pologne et l’Autriche enregistrent une baisse limitée de leur revenu par chambre. Ces deux dernier pays affichent les plus fortes hausses du TO (+3,0%) mais sont eux aussi obligés d’en passer par l’arme tarifaire pour soutenir la fréquentation. L’Allemagne, l’Italie, la France : ce trio suit avec une chute contenue entre -4% et -5%. La France est, avec la Suède et le Danemark, un des trois pays à enregistrer un recul assez sensible de la fréquentation. C’est une déception : les résultats en Europe du Nord sont proportionnels aux températures extérieures de ces pays. Cependant, les ?cancres” de l’hôtellerie européenne sont restés les mêmes en 2010 qu’en 2009 : Pays-Bas, Espagne et plus encore les deux voisins Est-européens, la Hongrie et la République Tchèque.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?