Accéder au contenu principal

Tendances

Décembre 2019 : un bilan neutre malgré les perturbations à l’échelle nationale

Un bilan positivement neutre se dresse à l’échelle de la France, et ceci malgré la plus longue grève des transports qu’a connu le pays. Tous les voyants sont dans le vert en ce dernier mois de l'année.

Le taux d’occupation (TO) réussit à gagner +0,5 point par rapport à la même période l’an dernier, pour grimper à une occupation moyenne nationale de 57,5% de chambres occupées. Le prix moyen (PM) est en légère hausse également (+1,4%) pour atteindre 90,50 € HT, conduisant à un revenu par chambre disponible (RevPAR) en croissance de +2,3% pour 52,10 € HT.

Encore une fois, le segment Haut de Gamme tire les résultats à la hausse, mais ce mois-ci, il est n’est pas seul : le Super-éco est là pour l’accompagner dans cette dynamique positive. Le Haut de Gamme progresse ainsi de +1,7 point d’occupation en décembre (TO 62,3%) et le Super-éco de +1,3 point (TO 56,9%). A l’opposé, les segments Economique (TO 56,3%) et Moyen de Gamme (TO 57,1%) accusent des pertes de part de marché, chacun de -0,2 point.

Côté prix moyen, tous les segments réhaussent leur tarif. Seul l’hôtellerie Moyen de Gamme baisse son PM à hauteur de -0,1% (101,40 € HT) conduisant à une baisse de RevPAR de -0,5% (57,80 € HT). Le Super-éco connait au contraire la plus forte croissance des prix : +2,8% de PM (46,60 € HT) pour un RevPAR qui évolue à une vitesse notable de +5,3% (26,50 €HT).

Dans l’absolu, ces performances sont dans l’ensemble relativement faibles en comparaison des mois précédents. A titre d’exemple, le mois de novembre avait révélé un TO moyen de 66,0%, soit quasiment 10 points au-dessus du TO de décembre (57,5%). La raison pour laquelle ces performances assez basses ne ressortent que très peu sont à mettre en lien avec un comparatif très bas également : le mois de décembre 2018 était aussi très perturbé, notamment à cause de la crise des Gilets Jaunes qui sévissait, conduisant à un TO de 57,6%, en recul de -0,5 point.

Il est également intéressant de noter qu’à l’échelle de l’année (résultats Year-To-Date - YTD), l’hôtellerie haut de gamme est au contraire le seul segment à avoir baissé en occupation (TO 73,7%, en décroissance de -0,4 pt), à l’instar de décembre de l’année précédente, où il était le segment à avoir le plus souffert de la crise, à travers une baisse de -1,3 point à l’échelle nationale. Tous les autres sont dans le vert de leurs côtés en décembre 2019 (YTD) : le Super-éco (TO 66,8%, +0,3 pt), l’Eco (68,4%, +0,2 pt) et le Moyen de Gamme (69,7%, +0,1 pt).

Du point de vue géographique, toutes les régions sont en progression ce mois-ci. Le record revient à l’Ile-de-France (IDF - hors Paris), avec un gain net de +1,0 point d’occupation pour un TO de 66,1%. Cette progression est légèrement moins « rapide » si on inclue Paris : +0,8 pt ; en revanche, le TO est meilleur : 68,1%. Paris seule continue d’affiche la meilleure occupation nationale (TO 70,9%), même si le marché stagne en décembre (+0,5 pt).

La Province, très impactée par le phénomène des grèves, ralentit son évolution par rapport au mois précédent, pour atteindre un TO de 52,2%. Les régions (hors IDF) connaissent ainsi l’évolution la plus basse du panel (+0,3 pt), alors qu’en novembre (+0,3 pt) ou encore en octobre (+0,6 pt), elles tiraient au contraire les résultats du pays à la hausse. En quelques sortes, les dynamiques s’inversent en ce dernier mois de l’année.

Paris affiche le seul prix moyen en baisse (-0,2%) tout en affichant le meilleur résultat dans l’absolu (155,20 € HT) ; son RevPAR parvient tout de même à rester en évolution positive (+0,5%) pour se fixer à 110,00 € HT. L’Ile-de-France observe au contraire la plus forte hausse de PM (+3,6%, 79,70 € HT) pour un RevPAR en belle croissance (+5,2%, 52,70 € HT). Quant à la Province, elle maintient légèrement son PM à la hausse (+1,8%, 76,40 € HT) tout comme son revenu par chambre (+2,5%, 39,90 € HT).

Pour ce qui est du YTD, seule la Province se maintient (TO +0,7 pt, 65,2%). Paris (TO -0,5 pt, 80,8%) et surtout l’Ile-de-France (-1,1 pt, 73,2%) accusent des pertes de marché. Néanmoins, tous les prix progressent, si bien que les RevPAR sont positifs. La Province enregistre le seul RevPAR avec une évolution supérieure à la moyenne nationale (+1,7%, 65,10 € HT), qui est de +3,1% (50,90 € HT).

A l’instar de Novembre, c’est encore le Haut de Gamme parisien qui performe bien en décembre, à la différence des autres segments. Un gain de +4,9 points d’occupation pour aboutir à un TO de 68,9%. Les prix sont néanmoins tirés à la baisse (-0,2%, 233,80 € HT) ce qui n’empêche pas le RevPAR de grimper de +7,5% (161,10 € HT). A noter qu’à l’échelle de l’année, il s’agit en revanche du seul segment en baisse de RevPAR à Paris (YTD -1,0%, 196,30 € HT), preuve que cette hôtellerie a été la plus sensible aux différents incidents de l’année (Gilets Jaunes en début d’année, grève en décembre, etc.).

Dans le reste de l’Ile-de-France, les résultats progressent notamment grâce à l’entrée de gamme. Ainsi le Super-éco gagne de belles parts de marché (+3,1 pts) pour un TO réhaussé à 70,2%, une croissance virale qui touche à la fois le PM (+4,2%) mais aussi, et surtout, le RevPAR (+8,9%). Preuve d’une dynamique de long terme, celle-ci se mesure également sur l’ensemble des douze mois (résultats YTD) : le seul TO avec une évolution neutre en IDF (-0,5 pt), la plus forte évolution de PM (+4,1%) et de RevPAR (+3,3%) de la région (hors Paris).

En région, tous les segments sont dans le vert, à l’exception de l’Economique qui est en très légère baisse (-0,1 point), baisse qui ne se perçoit même pas sur l’ensemble de l’année, puisqu’en YTD, le TO gagne +0,7 point. Le Super-Eco, le Moyen de Gamme et le Haut de Gamme connaissent des évolutions de TO neutres, respectivement de +0,7 pt, +0,6 pt et +0,0 pt. En revanche, tous les prix progressent, si bien que tous les segments connaissent une hausse de RevPAR : le Super-Eco +3,7% (record pour la Province), l’Eco +0,7%, le Moyen de Gamme +2,8% et le Haut de Gamme +2,5%.

Quelques villes régionales ont connu un beau mois de décembre. Pour commencer, Nice a surperformé ce mois-ci, à travers la seule évolution de RevPAR qui frôle les deux chiffres : +9,2% –la meilleure progression de l’indicateur dans tout le panel ce mois-ci. C’est principalement l’occupation, en hausse de +3,4 points (TO 47,6%) qui a permis d’obtenir ce résultat. En cause : un congrès scientifique au début du mois (le Congrès Français de Psychiatrie du 4 au 7 décembre), un concert d’une célèbre chanteuse française vers le milieu (Zazie le 19 décembre au Palais des Congrès Nice Acropolis) et les fêtes de fin d’années ont convaincu les touristes de choisir pour destination la métropole de la Côte d’Azur en décembre.

Lyon n’est pas en reste. La Cité des Gaulles a réussi à miser sur son évènement annuel, la Fête des Lumières, pour gagner en fréquentation (+0,6 pt) et rehausser les prix (+3,1%), pour un RevPAR en croissance de +4,2% (57,70 € HT).

Enfin Bordeaux observe une belle poussée de RevPAR aussi : +5,7%. La ville sur la côte atlantique a gagné des parts de marché en ce mois de fête de fin d’année (TO +2,1 points) et a grimpé ses prix (+1,8%), ceci malgré l’épisode des grèves.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?