Accéder au contenu principal

Tendances

Décembre 2019 : les hôteliers européens au ralenti

Est-ce le froid qui a paralysé les touristes en les empêchant de se déplacer ou se rendre sur le vieux continent ? Ou ont-ils simplement préféré rester chez eux pour célébrer cette période de fêtes en famille ? Personne ne le sait. Une seule chose est sûre : les hôteliers européens tournent au ralenti ce mois-ci.

Le taux d’occupation (TO) est stable (+0,0 point) à 62,7% globalement, et le prix moyen (PM) avance à un rythme de croisière (+1,8%) pour se fixer à 94,00 € HT. Le revenu par chambre disponible (RevPAR) continue sa lente ascension à un rythme de +2,7% (59,00 € HT).

A l’instar de Novembre dernier, c’est encore une fois le Haut et le Bas du panier qui révèlent les meilleures croissances de RevPAR : +4,2% (89,20 € HT) pour le Haut et +3,9% (28,70 € HT) pour le Bas. L’Economique (+0,6%) tout comme les établissements Moyen de Gamme (+1,3%) ont une croissance neutre de leur revenu par chambre, qui est respectivement de 44,20 € HT et 54,90 € HT.

Le RevPAR est tiré à la hausse par la croissance du PM dans le Haut de Gamme (+2,8%) et le Super-éco (+2,4%). Les prix sont stables dans l’hôtellerie Moyen de Gamme (+0,7%) et Economique (+0,4%). Également, aucun segment ne gagne réellement de parts de marché : +0,8 point d’occupation (TO 58,4%) pour l’Entrée de Gamme, +0,2 pt (63,0%) pour l’Eco, +0,4 pt (62,7%) pour le Moyen et +0,9 pt (64,4%) pour le Haut de Gamme.

A l’échelle de l’année (résultats Year To Date – YTD), seul le Super-éco pousse son RevPAR, à une vitesse de +3,4% pour atteindre 34,40 € HT. En réalité, il évolue quasiment au même rythme que les autres : le Haut (+2,4%), l’Eco (+2,3%) et le Moyen de Gamme (+2,1%). Même chose pour la fréquentation, dont l’évolution ne dépasse pas les +1 pt de croissance pour aucun des segments. La tendance annuelle est donc à la stabilité de performances pour l’ensemble du parc hôtelier européen.

Seules quelques destinations démontrent une réelle croissance. Deux destinations ont une évolution de RevPAR positive à deux chiffres : la Hongrie (+18,5%) – meilleure croissance du panel pour le deuxième mois consécutif après Novembre, et le Portugal (+15,7%). Ces résultats sont obtenus à la fois par une hausse de la fréquentation, à hauteur de +5,5 points (TO 72,3%) pour la Hongrie et de +5,0 pts (TO 60,4%) pour le Portugal, mais aussi des tarifs qui croissent respectivement de +9,6% et +6,2%.

La capitale hongroise (Budapest) est en grande partie responsable de la croissance nationale, puisque la destination parvient à gagner +6,4 points d’occupation, démontrant une très bonne fréquentation (TO 75,6%). Les hôteliers ont profité de cette tendance pour rehausser leurs prix (+10,1%) conduisant à une forte poussée de RevPAR (+20,2%).

Au Portugal, toutes les destinations connaissent une croissance de RevPAR à deux chiffres : Lisbonne (+17,9%), Porto (+12,7%), la région de l’Algarve (+12,7%), la région Norte (+15,5%) ou encore Lisbonne-et-Val-de-Tage (+17,0%).

Ensuite vient la Belgique, avec un RevPAR en hausse de +9,3%. La capitale, Bruxelles, tire les résultats vers le haut avec un RevPAR croissant (+13,4%), lui-même obtenu grâce à la croissance du PM (+7,1%, 117,90 € HT) et du TO (+4,1, 73,7%). Liège connait un franc succès également, avec une fréquentation croissante de +6,6 points (TO 80,3%) pour aboutir à un RevPAR en augmentation de +10,7%.

L’Espagne accuse de son côté une belle progression également (RevPAR +9,0%), notamment grâce au marché de Madrid (+22,6%) – hausse de PM de +17,3%– et de Saragosse (+10,4%) – hausse de PM de +8,7%.

La République Tchèque n’est pas en reste avec une croissance de +8,8% de son revenu par chambre, notamment grâce à des prix réhaussés de +7,1%. Prague révèle des performances similaires à la moyenne nationale, à raison d’un RevPAR en augmentation de +3,9% et d’un PM de +5,1%.

Le Luxembourg (RevPAR +7,3%) démontre la 3ème meilleure évolution de PM (+7,1%), alors que la destination a déjà le meilleur résultat en absolu (PM 127,80 € HT), et révèle même la meilleure évolution tarifaire de tout le panel à l’année (+5,7% pour 139,80 € HT).

L’Italie (RevPAR +6,3%) est tirée vers le haut ce mois-ci grâce à une très belle poussée de Florence (+16,1%) et de Rome (+10,4%) sur le marché. L’occupation nationale est néanmoins stable (+1,5 pt) si bien que la croissance est principalement obtenue par la hausse des prix (+3,6%).

L’Autriche (RevPAR +5,2%) est la star de l’année. Bien que la destination n’obtienne que +0,6 pt d’occupation supplémentaire en décembre (TO 82,3%), sur l’ensemble des douze derniers mois, elle gagne +2,2 points pour arriver à un TO annuel de 79,5% (deuxième meilleur TO de 2019, derrière le Royaume-Uni). La hausse des prix est d’autant plus notable en décembre (+4,5%) ou sur les douze mois cumulés (+4,6%). La destination décroche ainsi le record d’évolution de RevPAR en 2019 : +7,6% pour 81,00 € HT par chambre disponible.

Quatre autres marchés ont un RevPAR stable : l’Allemagne (+0,9%), les Pays-Bas (+0,2%), le Royaume-Uni (+0,0%) – qui réussit à se maintenir grâce à son PM (+1,0%) et ceci malgré un recul de de fréquentation (-0,7 pt) toujours à cause de cette instabilité liée à la perspective du Brexit, et la France (+2,3%), qui observe un bilan neutre malgré les perturbations à l’échelle nationale.

Pour finir, trois marchés sont en recul. La Grèce, pour commencer, perd -0,7% de revenu par chambre disponible, notamment à cause d’une légère chute des prix (-1,4%) alors que sur l’ensemble de l’année (YTD), ils sont en croissance (+0,9%). A l’opposé, la destination méditerranéenne vend davantage de chambre par rapport à la même période l’an dernier (+0,4 pt) mais seule la moitié d’entre elles sont occupées (TO 54,2%), démontrant une période d’activité plutôt basse, bien en-deçà de la moyenne annuelle (TO 71,0%).

Aussi la Pologne perd des parts de marché en décembre (-0,5 pt, TO 59,0%) pour un RevPAR décroissant (-1,7%). La plupart des villes du pays connaissent la même dynamique négative : Cracovie (RevPAR -6,9%), Poznan (-1,4%), et Varsovie (-0,7%). Seule Gdansk (+2,9%) et surtout la petite ville au nord-ouest du pays, Szczecin (+8,2%) améliorent leurs performances, tandis que Wroclaw se maintient (+0,1%).

Le petit état au bord de la mer Baltique, la Lettonie, accuse quant à lui la plus forte baisse de performances, autant pour son RevPAR (-5,4%), son PM (-1,2%) ou encore son TO (-2,3 pts) qui redescend à 53,1%, un résultat légèrement inférieur à la moyenne annuelle (TO YTD 65,9%), également en retrait de -4,2 points.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?